Recherchez

20 ans de REC : les artistes de la 42ème rue du 8 septembre. Dong Michaxu

Le dimanche 8 septembre 2019 à 3 h 00 min | Par | Rubrique : Talent à suivre

Dong Michaxu © Guo Hu

Quelle fut votre première émotion, ou votre plus grande émotion liée à une comédie musicale ?
Quand j’étais à l’université à Pékin, j’ai eu la chance d’incarner un rôle principal dans une troupe de la comédie musicale Mamma Mia! J’avais l’impression qu’on aurait la possibilité d’oublier tous les soucis de la vie en chantant et en dansant. C’était comme un paradis, même quand on répétait. À ce moment-là, je me suis rendu compte que c’est ça, le sentiment d’aimer quelque chose. Puis un an après, on m’a invité à mettre en scène la comédie musicale Rent à l’école. Cette expérience m’a fait réfléchir à la vie, à la mort, au plaisir et à la douleur. J’ai pleuré plusieurs fois à cause de l’histoire et aussi pour les expériences que j’ai vécu avec l’équipe. Je me suis dis que c’est bien ça que je voudrais faire dans ma vie. Vivre les émotions! 
 
Pour vous quels sont les ingrédients pour une comédie musicale parfaite ?
Pour moi, le plus important c’est de raconter l’histoire, même en chantant et dansant. On devrait toujours rester dans la narration. Comme ça le spectateur peut rester connecté dans une émotion cohérente. Un bon rythme pour la narration avec de la musique et de la danse assure une comédie musicale parfaite. Et puis une bonne composition car la musique est l’âme de la comédie musicale. C’est la musique qui tourne dans notre tête après avoir vu le show. La musique nous rappelle les sentiments ressentis pendant le show et les moments où les personnages nous ont fait vibrer. Et puis bien sûr une bonne mise en scène, un bon décor, des beaux costumes sont autant d’ingrédients pour obtenir à coup sûr une belle comédie musicale. 
 
Vous faîtes partie de la génération émergente, quel sens cela a-t-il pour vous ?
J’imagine que cela veut dire que l’avenir nous réserve de multiples possibilités. Je me suis dis qu’il faut faire l’effort de me perfectionner sans cesse pour pouvoir mieux interpréter les différents personnages. Et je crois qu’un jour, nous pourrions créer de belles choses qui appartiennent véritablement à notre génération et notre époque. 
 
Quel rôle rêvez-vous d’incarner ?
Un soir j’ai fait un rêve : j’avais 40 ans et j’étais sur scène en train de chanter « The American Dream » dans Miss Saigon, en différentes langues ! Le rôle drôle et en même temps pathétique d’Engineer, m’a toujours fasciné, dès ma découverte du spectacle.

Si vous pouviez demander à un auteur compositeur d’écrire un rôle spécialement pour vous, quel serait-il ?
Ce qui m’amuse c’est jouer tous les genres de rôles. Parce qu’ils m’offrent des occasions d’être quelqu’un d’autre, de vivre leurs vies. C’est fascinant. Mais si un auteur compositeur souhaitait bien écrire un rôle pour moi, j’imagine que le rôle serait peut-être inspiré par moi. Ma personnalité serait celle du personnage, avec ma vision sur la vie et le monde. Wow, ce serait une expérience merveilleuse. 

Sur quel projet travaillez-vous en ce moment? 
Je suis en pleine répétition d’une comédie musicale originale qui s’appelle Léonard, au bout du conte. On va jouer du 25 au 28 septembre 2019 au Théâtre de la Jonquière. J’adore créer  ce spectacle avec la troupe !   

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire