Recherchez

Achille Tonic – Varieta

Le lundi 16 juillet 2001 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Récitals, Concerts, Spectacles divers

Lieu : Théâtre de l'Athénée Louis Jouvet -
Dates : du 16 juillet au 4 août 2001
Horaires : 21h (relâche le dimanche)
Tarifs : 100F (tarif réduit 80F), placement libre
Informations supplémentaires : 08 92 68 36 22 (2,21F la minute)

Avec : Corinne et Gilles Bénizio, Sylvain Jailloux, Sandie Masson, Maryse Poulhe, Stéphane Sansévérino.
Musiciens : G-P. Crémonini, Arnaud Sacase, Vadim Sher
Textes et mise en scène : Corinne et Gilles Bénizio
Dans le cadre de Paris Quartier d’Ete

Du Music-Hall à l’italienne, revu et très corrigé !

Retrouver la troupe des doux dingues de la compagnie Achille Tonic est une fois de plus un bonheur. Corinne et Gilles Bénizio, les créateurs de cette compagnie originale, ont le music-hall dans le sang et savent communiquer cette passion à leurs acolytes (quatre comédiens et trois musiciens, épatants) et au public qui, chaque soir, applaudit à tout rompre. Varieta passe « en revue » tous les composants de la culture italienne en leur faisant subir une cure de jouvence parfois inattendue… Du bouge à matelot en passant par le péplum (avec course de char en direct), l’adoration d’une sainte un rien déglinguée ou l’explication très visuelle de ce qui a amené Saint Michel à terrasser le dragon : le terrain d’exploration est vaste ! Par la vision en constant décalage avec les thèmes choisis ou la fantaisie par l’absurde, la troupe maintient le spectateur dans une délicieuse euphorie. Le spectacle, dans sa forme, évoque donc le music-hall à l’italienne, on chante, on danse, on fait de la magie… le tout pour rire. Et le but est largement atteint. La troupe Achille Tonic n’a pas son pareil pour mettre le public dans sa poche créant dès les premiers mots, les premiers gestes, une complicité que seules les lumières de ce très beau théâtre viendront rompre, à l’issue de deux heures de franche rigolade. Si vos zygomatiques sont rouillés, courez voir Varieta, mais apportez vos mouchoirs : il n’est pas impossible que vous pleuriez de rire.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire