Recherchez

Anandha Seethanen

Le vendredi 1 septembre 2006 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Divers, Portraits

Anandha Seethanen ©DR

Anandha Seethanen ©DR

Anandha Seethanen sera à l’affiche de Couleurs et Mots, récital poétique autour de Joséphine Baker, à partir du 14 septembre. Elle sera également en concert,  accompagnée par le guitariste Misja Fitzegrald-Michel, aux Fous de l’Ile le 5 octobre et au Kibele le 11 octobre.

Nom : Seethanen

Prénom : Anandha

Date de naissance [NDLR : année facultative mais ce serait bien si vous la mettiez] : le 19 septembre de l’année 5070 (d’après le calendrier Tamoul !)

J’adore : penser que l’Homme est perfectible.

Je déteste : l’idée qu’il s’en fiche pas mal !

Ma couleur préférée : n’importe quelle couleur de la nature.

Mon péché mignon : les salles de théâtre vides.

L’autre métier que j’aurais pu faire : photographe (voyageuse ce n’est pas un métier ?).

La chose que j’emporterais sur une île déserte : : mon appareil photo ! (Aller simple ou aller-retour ?) Et aussi de quoi écrire.

Mon pire cauchemar : passer à côté de l’essentiel.

Sucré ou salé ? Sucré le plus souvent ; mais on sait où ça mène…

En ce moment, j’écoute : la musique de la pluie contre ma fenêtre, tandis que l’orchestre entame sur ma platine « Jeux de vagues », la deuxième esquisse symphonique de La Mer de Debussy.

En ce moment, je lis : Loin de Chandigarh de Tarun J. Tejpal (un écrivain indien).

Mon idole quand j’avais dix ans était : je ne crois pas en avoir eue.

Mon idole aujourd’hui est : en fait, je ne comprends pas très bien cette notion d’idole. Je dirais plutôt qu’il y a des personnes dont j’admire les qualités, et ce ne sont pas forcément des personnes publiques.

Ma comédie musicale préférée : j’ai bien peur d’en connaître très peu… Un Américain à Paris peut-être, pour la musique de Gershwin, et pour ces numéros de danse à l’américaine à la fois fluides, légers et réglés au millimètre près. Mais je l’ai vu il y a longtemps. Mon regard serait peut-être différent aujourd’hui.

Le rôle que je rêve d’interpréter : n’importe lequel qui me ferait découvrir des choses nouvelles et fortes sur le plan psychologique, émotionnel, peut-être même philosophique.

La personne avec qui je rêve de travailler : une qui soit intelligente, exigeante, ouverte d’esprit, sensible et humble (Peter Brook est-il comme ça ?).

Trois adjectifs qui me décrivent : utopiste, émotive, perfectionniste.

Question posée par la précédente victime de Ze interrogatoire, Frédéric Baptiste : Quel soir êtes-vous libre, que nous dînions ensemble ? Euh… Je n’ai pas pour habitude de dîner avec des inconnus ; déjeunons, plutôt !

La question que je pose à la prochaine victime de ze interrogatoire : que signifie pour vous « être heureux » ?

Ma devise : « Lentement mais sûrement ».

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire