Recherchez

Annulation du festival Les Musicals

Le jeudi 9 juillet 2009 à 15 h 06 min | Par | Rubrique : En bref

Le festival Les Musicals cessera ses représentations à partir de dimanche. L’équipe de Regard en Coulisse espère retrouver tous ces spectacles sur scène prochainement. Bon courage à tous !

Nous vous adressons ci- dessous le communiqué officiel :

« Le festival Les Musicals de Paris 2009 se terminera dimanche 12 juillet à l’issue des dernières représentations du jour.

Nous sommes au regret de vous informer que les représentations initialement prévues entre le 13 et le 26 juillet sont annulées.

Nous vous invitons à PROFITER AU MAXIMUM des spectacles à l’affiche jusqu’au dimanche 12 juillet inclus.

Au Trianon :
* Pinocchio (création)
du mercredi 8 au samedi 25 juillet à 14h30, le dimanche 26 juillet à 17h30

* Le Prince et le Pauvre
du mardi 7 au samedi 11 juillet à 16h30, le dimanche 12 juillet à 15h30

A l’Européen :
* Une Etoile et moi
du mardi 7 au samedi 11 juillet à 19h30, le dimanche 12 juillet à 15h30

* Tismée (création)
du mardi 7 au samedi 11 juillet à 21h30, le dimanche 12 juillet à 17h30

Au Vingtième théâtre :
* Jean de la Lune
du mercredi 8 au samedi 11 juillet à 16h30, dimanche 12 juillet à 15h30

* Marlène D.
du mardi 7 au samedi 11 à 19h30, le dimanche 12 juillet à 17h30

* Coups de foudre
du mardi 7 au samedi 11 juillet à 21h30
Et nous vous invitons à soutenir les spectacles malheureusement annulés :

* Another Road à l’Européen

* Camille C.

* Épouse-moi

* La French Touche

* Le cabaret des Chiche Capon

* Le dernier Jour

* Le Horla le musical

* L’envers du décor

* Les Épis Noirs – Andromaque – Tragic-hall (création)

* Mademoiselle Souris

* Ulysse, le retour de Troie

L’équipe des Musicals de Paris adresse ses sincères excuses aux compagnies et aux spectateurs et reste convaincue que le théâtre musical est un genre qui mérite d’être défendu et de trouver la place qu’il mérite auprès du grand public et des médias. »

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

28 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. super d’annuler au dernier moment sans aucune explication pour le public…(annulation également du bal..)

  2. Je suis d’accord avec patrick. Annuler c’est une chose,par contre par respect par raport au public, il pourrait expliquer ce qui a entrainé cette annulation…

  3. Peut-être en raison des différents problèmes techniques rencontrés en cascade durant les débuts du festival, peut etre en raison de Mathieu Gallou Entertainment – ne se prend pas pour « Stage » qui veut -, peut-être à cause de l’état lamentable des réservations, … il doit y en avoir plein, de raisons. Et à l’arrivée, bien sur, ce sont les artistes qui trinquent — et le public (celui qui a déja raqué).
    La désinvolture avec laquelle tout ceci est annoncé, sans véritable excuse ni raison, me sidère totalement…

  4. la raison doit etre grave,et sans aucune solution de replis,bon courage à matthieu gallou,et l’equipe de bénévoles,aux auteurs,et artistes.Et puis méditons:Que point n’est besoin d’esperer pour entreprendre,et de réussir pour perséverer.

  5. Tout ceci était hélas un désastre prévisible…

  6. Je suis également très très déçue de cette annulation et de ne pas pouvoir assister aux spectacles prévus et surtout au bal, dont la perspective me réjouissait particulièrement, mais l’équipe des Musicals, les compagnies, et les comédiens/chanteurs le sont sans doute plus encore que nous, et ont besoin de notre soutien plutôt que de critiques trop acerbes…

  7. Quel dommage pour les artistes qui se sont engagés, ont signé un contrat, ont répété depuis des jours pour presenter leur spectacle et ces compagnies qui ont investi pub , tracts et se battent comme des lions pour exister J’espère pour eux qu’ils vont être dédommagés .

  8. Pourrait on connaître la raison de ces annulations? Habitant à Lille, j’aimerais connaître la raison qui fait que les billets de trains achetés (non remboursables) et la réservation d’une chambre d’hotel (heureusement annulable) pour le bal ne seront pas utilisables.
    Par ailleurs, y a t il un remboursement prévu des entrées payées pour le bal et autres représentations, ou tout l’argent va t il rester dans des poches inconnues? Ca me désolerait moins si cet argent allait aux artistes qui ont dû bossé pour… au final quoi?

    Encore un FLOP comme la fédération des musicals

  9. Je suis bien évidemment révolté par cette nouvelle.

    En tant que spectateurs, nous avons le droit de connaître les motifs d’une telle annulation de dernière minute.

    Si les raisons sont économiques, je trouve particulièrement léger et irresponsable de monter un festival dont le modèle économique est à ce point fragile qu’on arrête tout au bout de 3 jours d’exploitation. C’est un manque de respect caractérisé envers les artistes qui n’ont pas compté leurs efforts et leur investissement pour se retrouver au chômage technique en plein mois de juillet, au meilleur de la saison théâtrale en France.

    Au final, cet événement marque la mort d’un des rares festivals à promouvoir le genre musical en France. Nous n’avions vraiment pas besoin de ça !

  10. Tout ceci était prévisible : quelle idée de monter tout cela en plein mois de juillet, pendant le Festival d’Avignon… Ridicule !! Ce sont les artistes qui vont trinquer d’une façon ou d’une autre…

    [Commentaire modéré]

  11. Perso je suis super decue, et je pense pas etre la seule.
    On a les costumes et de la motivation…
    Ca vous dit un plan B?

    http://www.facebook.com/group.php?gid=108433182889

    Pourquoi pas un pique-nique musical si le temps s’y prete?

  12. Lu sur le site de « sortir à Paris  »
    « Les Musicals : un festival ambitieux, unique en Europe, qui accompagne depuis 5 ans l’engouement des Français pour la comédie musicale et les spectacles musicaux.
    Après une édition 2008 réussie mais limitée aux capacités du Vingtième Théâtre, LES MUSICALS passe en 2009 la vitesse supérieure en investissant trois théâtres sur trois semaines : le Trianon (935 places), l’Européen (350) et le Vingtième Théâtre (245) représentant une capacité totale de 75.000 places.
    En 2010, en plus d’une programmation répartie sur quatre ou cinq salles, les organisateurs ambitionnent de présenter des comédies musicales en extérieur, gratuite pour le public, avec le soutien des pouvoirs publics et de sponsors privés. »

    ça me rappelle un proverbe mais j’ai oublié lequel

  13. On s’y attendait bien, vu le nouveau coup de mégalloumanie cette année… Toutes mes pensées vont aux artistes, on imagine bien votre déception.

    Surtout que personne ne dise que c’est la fin de la comédie musicale en France!

    Et nous on n’a qu’à se concentrer sur notre travail, car c’est avec de la passion, de l’humilité et du respect mutuel qu’on y arrivera!

    [Commentaire modéré]

  14. Ouhhhhh quelle rancoeur !!

    Je fais partie de ces artistes qui se sont tant investis pour faire ce festival, nous sommes évidemment très déçus de l’arrêt brutal du festival, mais calmons nous un peu….
    Evidemment MG n’est pas le meilleur producteur au monde ( vous en connaissez un vous??), mais il est aussi dépité que nous. Cela fait presque 20 ans que sa société existe, et déposer le bilan est pour lui aussi très difficile( pour info, toutes les prods existantes ont déposé le bilan au moins une fois). Comme vous, je pense qu’il s’y est mal pris tant au niveau de la communication qu’ au niveau de l’envergure du festival… mais comme nous tous, il y croyait très fort. Ne voyez pas là encore une arnaque!!! MG aime les musicals et a créé ce festival pour l’amour du genre, il a eu au moins le mérite d’essayer…. mais il s’est cassé les dents…. c’est la vie. Il apprendra de ses erreurs. Et ne vous inquiétez pas, nous avons de bons contrats.
    Allez calmons nous un peu…. et que la comédie musicale continue !!!!!

  15. C’est triste, mais il y a encore des spectacles qui jouent jusqu’à dimanche !
    Alors Vive la comédie musicale !!

  16. Clo, je ne suis pas d’accord avec toi.

    Concluons simplement: il existe tout genre de producteurs: des grands et des petits. Pour des projets grands ou petits. Il existe aussi des marchés grands et petits. Pour des projets grands ou petits.

    [Commentaire modéré]

  17. Je suis d’accord avec toi, MG n’a pas de métier dans tous les sens du termes…. Ce n’est pas la première fois que je participe à son festival et je sais oh combien il y a eu de conflits… Mais j’ai vu MG ces derniers jours et je peux te dire que là il va mettre des années à s’en relever!! Je veux juste insister sur le fait que cette fois ci, rien n’était calculé, il s’est piégé tout seul comme un con… Et sincèrement je ne pense pas qu’il y aura un  » l’année prochaine.. » , il s’est vraiment mis dans une merde noire et jusqu’au cou, j’ai plus de peine que de rancoeur pour ce « pauvre » homme. Je sais qu’il est difficile de travailler avec lui, et que l’on peut lui reprocher des tas de choses, mais pour avoir travaillé dans la production et fréquenté de prêt  » ce milieu », je dirais que beaucoup sont à mettre dans le même panier. Arrêtons donc cet acharnement contre MG et battons nous plutôt pour éviter une pollution de ce genre de  » producteur’.

  18. Bonjour à tous,

    Nous sommes comme vous tous désolés de l’annulation de ce festival et nous espérons que chacun, compagnies, artistes et organisateurs, rebondira très vite pour nous offrir de beaux spectacles et évènements.

    Notre site est un espace d’échange et d’expression. Nous vous demandons cependant de ne pas déborder vers le règlement de comptes et de rester courtois, ou nous serions obligés de modérer 🙂 (et nous n’aimons vraiment pas censurer !)

    D’autres spectacles sont à découvrir, à re-découvrir ou même à créer ! Continuons à défendre et aimer le théâtre musical ! 🙂
    Bon été à tous !

  19. LOL Steph. Je viens d’apprendre que tu as censuré tous mes posts. OK, je comprends.

    Une chose importante, ne la censure pas stp. Il ne s’agit pas d’un réglement de comptes. MG ne m’a fait aucun mal personnellement.

    Je le méprise pour ce qu’il est. Ni moins, ni plus.

  20. Auteurs, metteurs, interprètes, prenez garde. Le théâtre musical est un genre noble, encore jeune en France.
    Dans notre pays, il est parfois jeté aux chiens. Faites gaffe, pour du profit, de la gloriole personnelle, certains seront encore prêt à tout. Et à vous écraser avec. Réfléchissez, analysez, ayez (et regardez) vos contrats, ne vous laissez pas impressionner par l’arrogance de gens qui vous promettent du travail:les temps sont durs, ils le savent en profitent.
    Et c’est toujours les jeunes, ceux qui veulent exister à tout prix qui trinquent. C’est triste, vous êtes victimes d’ogres qui eux retomberont toujours sur leurs griffes acérées. Sauf ceux qui finiront en taule…

  21. Et bien, en voici des critiques gratuites.
    surtout de la part de avenidaatlantica, qui se permet juste enormement de choses.

    juste pour faire un point sur ce qu’il en est de ce festival:
    Il est vrai que les festival des Musicals est annulé pour cause de faillite.
    une des raisons est simple: MG qui voulait aller encore plus de l’avant à décidé pour la première fois de payer chacun des comédiens, chanteurs et danseurs qui participent a ce festival. Ce qui fait peur a chacun, c’est que nous allons tous mettre du temps a toucher notre argent. Et alors, c’est pas vous qui jouez a la recette et jusqu’a 3 spectacles par jour?

    partez en Avignon, payez votre billet, votre hebergement votre bouffe et soyez content.
    ou restez a Paris, jouez gratuitement et continuez a faire du mal a la profession d’intermittent.

    Pour ce qui est de faire du mal, merci a avenidaatlantica qui s’acharne sur un homme a terre, certainement que tu dois bien dormir et te sentir puissant.

    Il n’est question au départ de ne faire que ce que nous aimons, du spectacle musical, la nous faisons tous du commérage. Dépensez votre énergie dans vos mises en scène, dans votre travail vocal et scenique et een communication, soyez encore meilleur, pour que le musical en France devienne encore plus grand et envié de tous, plutôt que les brèves de spectacle inachevés tels qu’on peut les voir quotidiennement sur les planches de nos théâtres.
    effectivement, l’ambition était trop grande, mais nous avons vécu cependant de beaux spectacles.

    Si le festival est tombé, c’est parcequ’il n’avait pas les reins assez solide.
    Tous nos spectacles risquent la même chose, faute de travail et d’investissement (et je ne parle pas d’argent).
    Alors, battez vous, travaillez, retirez une satisfaction a faire de belles choses, mais FAITES LES, plutôt que de perdre votre temps a dénigrer les ambitions et échecs de tel ou tel, et là naîtront des spectacles enviés de tous.

    Nous sommes tous dans le même bateau, tous decus, mais pensez juste 2 secondes a ceux qui on VRAIMENT tout perdu avant de vous lamenter sur votre sort.

    Bonne musique a tous,
    gardez la foix en le musical (ou retrouvez la pour certains !)

  22. Oui c’est vrai, un homme est à terre. C’est le moment de lui ôter ses chaussures. De manière à ce qu’il ait mal aux pieds une fois debout. Histoire qu’il n’oublie pas que de l’incurie naissent les douleurs…

  23. bonjour,

    le plan B:le spectacle musical Swinging Life à l’Alhambra ! à 20h30 , le 15 16 17 et 20 juillet.

  24. Jean-Luc ouh la la je ne comprend pas vos arguments
    A qui s’adressent t ils exactement ? vous dites « Et alors c’est pas vous qui jouez à la recette trois fois par jour » . Heureusement dites donc !!! Mais enfin qui vous oblige à faire ça, c’est fou ! Autant faire la manche dans le métro ça gagne plus et on est libre ; pas besoin des Musicals pour ça ?
    Vous donnez des leçons sur ce que doit être un spectacle « dépensez votre énergie dans vos mises en scène, dans votre travail vocal et scenique et en communication, soyez encore meilleur etc » … Merci de vos conseils mais en attendant c’est vous qui en avez besoin puisque vous vous demandez quand vous serez payé …
    D’ailleurs la promesse d’être payé cette fois ci (et pas l’inverse!) ne rendait pas le festival plus professionnel ni respectable .
    Vous dites « pensez juste 2 secondes a ceux qui on VRAIMENT tout perdu avant de vous lamenter sur votre sort » Mais à part vous , qui se lamente ?
    Tout contrat se signe de part et d’autre entre personnes consentantes … Défendez vous : allez voir le SFA avec le vôtre, réunissez vous avec les autres compagnies, demandez conseil à un avocat ou aux services juridiques del’ADAMI , ou auprès des agents des l’Urssaff . Battez-vous !!!
    Je vous souhaite de mener à bien votre spectacle : ce n’est pas facile d’être un vrai artiste ni d’être un bon producteur , mais ça existe , avec le respect et la confiance . Patience « si la musique est bonne » comme dit l’autre, ça se saura très vite !!!.

  25. Combien de fois faut-t-il tomber avant d’apprendre à marcher ? Matthieu Gallou a ce mérite d’avoir tenté et entrepris. Tout le monde est (ou a été) faillible un jour. la réussite ne vient pas en claquant des doigts. Si son projet avait abouti, tout le monde aurait tapé des mains.
    Il reste un passionné, un amoureux de ce genre que nous avons tous à cœur de défendre, avec ce petit plus qu’il a tenté des choses que peu ont tenté avant lui en France.
    Bien sûr, maintenant, il y a les pots cassés, ceux qui restent sur la route avec sans doute un sentiment de gâchis, rapport à toutes les énergies qui ont été déployées vainement. Ceux qui aiment vraiment ce métier, et qui sont vraiment fait pour lui, s’en relèveront, comme se relèvera sûrement Matthieu.
    Show must go on !!!

  26. Mon dieu! Que de déchirements !
    J’ai rencontré Mathieu Gallou en février 2004 ou 2005, si j’ai bon souvenir, lors du 1er Festival de spectacles musicaux qu’il organisait à Béziers. J’étais, je crois, parmi les trois ou quatre directeurs de lieux de diffusion, qui avaient répondu positivement à son invitation (sur plus de 1500). Pourtant l’organisation à l’époque de Mathieu Gallou avait été parfaite et ne péchait que par un évident manque de moyens. J’étais pourtant surpris de ce peu de curiosité de la part de ma profession, et je pense que cette attitude est symptomatique des problèmes que rencontre ce genre théâtral, je m’en rendais compte. J’ai pu par la suite le vérifier personnellement. En 2005, j’ai pris ma retraite de directeur. J’ai alors mis en scène et coproduit pour deux représentations au Trianon, un spectacle musical consacré à Léo Ferré et les poètes qu’il a chantés, « Passantes », Ceci avec l’aide de l’ensemble de la troupe (que des amis talentueux), de la direction du théâtre qui croyait au projet, et du service billeterie de la Fnac. Sans eux rien n’eut été possible et j’aurais financièrement perdu encore plus d’argent que je n’y ai personnellement laissé. Nous espérions tous une reprise ou une tournée, l’époque était favorable, mars 2006, et nous avions dans ce but, invité 1500 directeurs de théâtres, parisiens et diffuseurs de province, une bonne vingtaine de producteurs, ainsi que la presse. Un seul directeur s’est déplacé qui souhaitais d’ailleurs ensuite recevoir le spectacle, aucun producteur, aucun critique de presse. Le public présent, 200 invitations privées et nombreux billets réduits sur internet, au total plus de 1000 spectateurs qui nous ont témoigné un très joli succès et de beaux témoignages sur le net. Mais sans un réel soutien professionnel et médiatique c’est hélas absolument insuffisant. Et pour cela une seule solution : il faut avoir de très gros moyens. Actuellement les seuls spectacles musicaux qui peuvent fonctionner en France sont ceux qui bénéficient de très très gros budgets. Ceux dont les producteurs ont les moyens d’investir dans des productions très « grand public », sans aucun jugement péjoratif de ma part des reprises transatlantiques ou anglosaxonnes la plupart du temps, ainsi que dans le matraquage publicitaire en amont et à long terme qui va de pair et qui est nécessaire. Ceci sans faire de généralité pour autant, en effet des spectacles musicaux plus intimes et originaux ont rencontré leur public, mais toujours grâce à des subventions ou aux importants moyens des scènes du secteur publique. Exception également, les très petites productions, celles des petites scènes privées ou l’acharnement de leurs dirigeants finit par triompher des difficultés, mais le plus souvent grâce à bien des sacrifices. Mais jamais des entreprises privées pour des scènes grandes ou moyennes sans une production capable de suivre. Le monde culturel a terriblement évolué en quelques décennies. J’ai dirigé plus de 20 ans, de 1976 à 1997, ma propre compagnie, parallèlement à mes directions théâtrales. Il suffisait alors de décider d’une création pour que nous tombent entre 50 à 100 représentations selon le projet. Nous bénéficiions d’un réseau de professionnels qui vous suivaient et vous accordaient leur confiance. Nos subventions ne représentaient que 10 ou 20% (les années fastes) de nos entrées financières. Quand je vois aujourd’hui les difficultés de diffusion que rencontrent les compagnies, je ne sais pas si j’aurais pu exercer mon métier dans ces conditions.
    Tout cela pour dire qu’entreprendre aujourd’hui sans les moyens adéquats à la réalité économique des temps présents, est sans doute courageux mais totalement suicidaire. Mathieu Gallou a-t-il été inconscient ou, comme il a été dit, mégalomane, je ne sais pas et celui qui jette la pierre est rarement celui qui ose entreprendre. D’autres avant lui ont subi des déboires. Des pionniers du genre, mes amis de la compagnie Fracasse, se sont vu réduire à devoir déposer le bilan et ceci malgré un « Molière » du spectacle musical. Il s’agissait de la reprise de leur magnifique « Christophe Colomb » au Théâtre Dejazet qu’ils avaient créé dans le théâtre que je dirigeais à l’époque à Enghien. Il n’y a aucune honte à faillir. C’est le lot possible de tout entrepreneur, nous avons droit à l’erreur et à l’échec, au même titre qu’un metteur en scène, un comédien, un chanteur, ou de n’importe quel autre artiste, les plus grands n’y ont jamais échappé.
    Simplement il faut savoir tirer les leçons de nos échecs. Loin de Paris, je n’ai pas vu les spectacles proposés par Mathieu Gallou, je ne peux donc juger de leur qualité. Seulement quelques réflexions supplémentaires de ma part. La période était-elle la plus favorable pour organiser un festival à Pais, quand on sait l’attirance des médias et des diffuseurs pour Avignon dans le même temps ? Bien sûr, en pleine saison, il n’aurait sans doute pas obtenu ces trois scènes conjointement, louées de longue dates à des producteurs plus solides. Mégalomanie, je ne crois pas, l’idée de plusieurs lieux et d’un nombre important de spectacles, ne pouvait que contribuer à l’image d’un réel festival. Et encore une fois sans se donner les moyens d’une très grosse couverture médiatique, essentiellement télévisée, le public français reste frileux d’un genre musical qu’il a pourtant, en son temps, contribué à créer. Mais il faut pour cela remonter à tes temps antidéluviens, ceux de mes grands parents, voire arrières, et je ne suis plus jeune !
    Comme tous j’espère que les artistes se verront régler les fruits de leur travail. Le GARP avait assuré les salaires de ceux de Fracasse suite au dépot de bilan de la compagnie. En sera-t-il de même pour ceux des compagnies engagées ? Cela doit être compliqué s’ils ne sont pas directement les salariés de Mathieu Gallou.
    Voilà en espèrant que mon témoignage, une première pour moi, serve à apaiser.

    Jean-Pierre André (retiré en Bretagne loin du fracas parisien)

    PS : un regret de ma part que les personnes qui signent leurs commentaires se cachent derrière des pseudonymes.

  27. Oh combien Jean Pierre André a raison. Il est trés facil tirer sur celui qui prend risque. MG l ‘ a pris et quand cela marché tout le monde a été à ces pieds. Les paris audatieusses ont les haut et les bas. Arretons etre mesquins! Bravo a Mathieu de faire ce qu’il a fait. Rien ne peut etre parfait et au lieu de lui jeter le pierre aidons le! Jaromir Knittel directeur du Théâtre Porte Saint Lazare à Avignon. PSQuand je vois tout ce gachi j’ ai envie de partir comme Jean Pierre en Bretagne ou Auvergne……. mais trés trés loin de Paris.

  28. Bonjour,
    Je suis sidérée de lire les commentaires de certains lecteurs anonymes. Je ne connais pas personnellement Matthieu Gallou mais j »étais sur les marches du Sacré Coeur quand il a organisé ce qui reste pour moi l’une des plus belles performances de ces dix dernières années : rassembler 125 chanteurs et comédiens pour un happening qui reste unique à ce jour. Et tout cela au milieu de milliers de touristes sur le site le plus visité en France ! Un tour de force. Que l’édition 2009 soit écourtée et que sa société n’ait pas tenu le coup, ok, ça devait être dur pour les compagnies qui répétaient. Et pour l’organisation aussi. Mais citez moi UN producteur qui n’a pas fait faillite dans sa carrière ? Un seul ? DIVA aussi s’est planté.
    Alors je trouve certains commentaires déplacés et particulièrement injustes. Il y a derrière ce happening un professionnalisme qui doit être salué. Et qui ne s’est pas acquis en un jour. Oliver Twist reste également une merveille de production. A bon entendeur…

Laisser un commentaire