Recherchez

Avignon 2014 : Le Cabaret Blanche (Critique)

Le dimanche 13 juillet 2014 à 7 h 34 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre des Carmes - 6 place des Carmes - Avignon 84000
Dates : Du 6 au 27 juillet 2014 (relâche le 14)
Horaires : 22 h

cabaret-blancheUne pièce écrite et mise en scène par Cristos Mitropoulos et Ali Bougheraba
Avec :
Mathieu Becquerelle : Sandrex
Camille Favre-Bulle : Violette
Benjamin Falletto : Blanche
Patrick Gavard-Bondet : Mapiwa
Stéphane Bouba Lopez : Marcel
Cristos Mitropoulos : Le père
Serge Ayala : Pippo
Djamel Taouacht : Djalil

Chorégraphies : Camille Favre-Bulle
Arrangements : Bouba et Patrick Gavard-Bondet
Lumières : David Darricarrère
Son : Mathieu Cacheur
Chef de choeur : Mathieu Becquerelle

Synopsis
1914, première guerre mondiale, tous les hommes valides et jugés aptes abandonnent leurs vies et leurs familles afin de remplir les rangs des mobilisés pour la patrie. Un jeune homme, un certain Pippo Pépino, fils d’immigré Italien, rêve d’intégrer un régiment en tant que tambour major et de se rendre ainsi utile à la société. Jugé trop faible physiquement pour servir la patrie, il entreprend alors le voyage de sa vie en quittant pour la première fois de son existence son petit village natal dans l’espoir de retrouver son cousin enrôlé sur le front.
Pour lui commence alors un voyage extraordinaire, jonché de péripéties et de rencontres. Ce voyage l’amènera à traverser toute la France pour se retrouver à Paris, ville des lumières, ville de tous ses rêves, dont lui parlait si souvent son père. A Paris il va rencontrer Violette, jeune femme habilleuse qui va bouleverser sa vie en le faisant pénétrer dans les coulisses du Cabaret Blanche, énigmatique et fameux cabaret parisien dont il a tant entendu parler.

Notre avis
Bienvenue au Cabaret Blanche, administré d’une main de fer dans un gant de velours par… Blanche, la  meneuse de revue qui n’en laisse pas un d’indifférent. C’est dans ce décor que vont évoluer nos protagonistes à l’aube de la Première Guerre mondiale. Mais que nenni,  ce n’est pas la noirceur des combats mais bien le burlesque d’un cabaret qui prône avant tout. Toute une ribambelle de personnages se met à l’œuvre pour nous faire passer un bien sympathique moment. Il y a tout d’abord Pippo et son accent chantant avec lequel l’histoire commence quand il décide de partir à la recherche de son cousin soldat et qui, de fil en aiguille, va trouver refuge au Cabaret. Puis Violette et ses rêves de jeune fille en fleur sur laquelle Blanche couve comme une louve, mais aussi Sandres, le joyeux compagnon et son répertoire typique du début du siècle, toutes plus jouissives les unes que les autres (mention spéciale au « trou du quai »). Sans oublier les trois crooners et leurs ponctuations musicales et enfin, trois musiciens à l’allure étonnante.
Ce Cabaret Blanche et ses coulisses se dévoilent à nous, comme une tranche de vie, dans une atmosphère tour à tour tendre, dure et burlesque. C’est la rencontre de deux cœurs tendres que rien ne prédestinait à se croiser. C’est une production quasi parfaite qui nous plonge dans l’ambiance du début du siècle : très bons comédiens et musiciens, mise en scène réussie, décors et costumes très bien réalisés. A un détail près : une fin peut-être un peu abrupte…

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Un commentaire
Laisser un commentaire »

  1. j’ai adoré ce spectacle , que j’ai eu la chance de voir à MARSEILLE à la MOLINE. QUEL TALENT !! tous les chanteurs les acteurs et les musiciens, tous nous ont fait rêver dans cette ambiance d’entre deux guerres. BRAVO à tous et particulièrement à SERGE (mon acteur préféré)
    , fais moi connaître tes spectacles à venir. par facebook.

Laisser un commentaire