Recherchez

Avignon Off 2017 – La clef de Gaïa (Critique)

Le samedi 15 juillet 2017 à 8 h 51 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers, Théâtre musical

Lieu : Théâtre le Grand Pavois - 13 rue Bouquerie - 84000 Avignon.
Dates : Du 07 au 30 juillet 2017.
Horaires : 10h20. Relâche les 11, 18 et 25 juillet.
Tarifs : Abonné : 12 €. Plein tarif : 18 €. Enfant (-12 ans) : 10 €.
Informations supplémentaires : 06 65 61 11 74.

Metteur en scène : Cristos Mitropoulos.
Producteur : Julien Iscache.
Régisseur : Maxime Rogers.
Directeur Technique : Vincent Para.
Avec : Lina Lamara & Pierre Delaup.

Résumé : Grandir avec deux cultures, entourée de femmes et ne rêver que d’une seule chose : devenir chanteuse de soul. Voilà l’histoire de celle qu’on appelle Gaïa qui nous ouvre les portes de ses souvenirs avec sa mémé : Mouima. Avec Mouima, on parle d’amour, on cuisine, on se rit des hommes… Plus Gaïa grandit, plus le passé de Mouima rejaillit. Plus Gaïa devient une femme et plus Mouima se rappelle de celle qu’elle était. La musique devient leur témoin, les chansons leur passerelle du présent au passé, du souvenir aux rêves.

Notre avis : Cette année, la Clé de Gaïa est de retour au festival Off d’Avignon dans une nouvelle version. Nous avions découvert ce spectacle en 2015 dans la petite salle de la Manufacture des Abbesses. Re-découvrez notre critique ci-dessous :

Au pied de Montmartre, dans une ruelle sombre, la Manufacture des Abbesses accueille cet hiver un décor bien peu parisien. On devine à l’oreille un feu qui crépite, la pénombre impose les murmures, le vent se laisse imaginer au loin, et une tente berbère invite au voyage… Comme une veillée sous le signe de l’Orient. « Nous nous sommes arrêtés pour nous reposer, dans notre quête vers la clef de Gaïa » confie mystérieusement un conteur (Vincent Escure), « elle ouvre toutes les portes ».
Cette quête intrigante est en réalité un cheminement, un parcours, une histoire. Celle de Gaïa, jeune fille à la peau cuivrée et aux cheveux d’ébène. Née d’un père algérien et d’une mère andalouse, son visage a le reflet de la méditerranée. Dans son enfance, elle a pris racine à l’ombre de sa grand-mère, partageant avec elle une complicité, échangeant des confidences, bâtissant son existence et apprenant la vie. Et voilà que sous le lourd tissu tendu, les images surgissent, les anecdotes revivent et les souvenirs des deux femmes refont surface par la voix de l’héroïne.
La préparation de la tchektchouka pour le grand repas familial, la sortie au hammam où les femmes de tous âges se retrouvent, les changements de son corps, Gaïa découvre des traditions, apprivoise les coutumes, et avance sur son chemin, tenant dans sa main les doigts fragiles de son aïeule. C’est alors l’adolescence, le temps des hommes et des dieux… La jeune fille branchée de la banlieue lyonnaise se trouve face à sa grand mère née sur le sable du Maghreb, sous le vent algérien… le même sang, les mêmes racines, la même culture, mais deux générations, deux mondes, deux vies qui se dessinent. L’amour va cependant les réunir. Car il y a bien longtemps, sous le soleil d’Alger…mais chut, c’est un secret.
Particulièrement soignée dans sa mise en scène, drôle et profond dans ses textes, remarquablement interprétée, La Clef de Gaïa est une magnifique découverte. Entre conte, voyage et confidence, son auteur, compositeur et rôle principal, Lina Lamara offre un récit sincère et touchant. Elle se livre avec simplicité, portant sur son histoire un regard lucide, réaliste et affectueux. Campant tous les personnages avec un sens du jeu parfait et d’excellentes mimiques, Lina Lamara accompagne son texte de chansons en arabe, en anglais ou en français. L’imagination s’évade alors aux premiers accords de guitare de Pierre Delaup. Par delà les anecdotes personnelles, se glissent évidemment en filigrane la question de l’identité et du mélange des cultures. Mais tout en finesse, sans aucun prosélytisme ou sentimentalisme moralisateur. Les uns s’y retrouveront, les autres découvriront, tous se laisseront emporter par cette réflexion sur les origines et le temps qui passe.
Regard perçant et propos énigmatiques, le conteur, qui parsème les anecdotes de regrets, d’espoirs et de poésie, glisse autant d’indices au public. Pour le mettre lui aussi sur le chemin qui conduit au désert et peut-être à la clef…
Comme un hommage aux racines, la Clef de Gaïa est tout simplement un beau spectacle. Un instant suspendu, qui apaise, réchauffe et donne envie de se mettre en marche. Sous cette tente berbère, Montmartre est tout proche, Montmartre est si loin!

(Geoffroy de Dieuleveult)

Mise à jour – Avignon 2017 : Le spectacle a très peu changé depuis et c’est avec plaisir et émotion que l’on retrouve Gaïa et sa grand-mère Mouima pour un voyage chaleureux dans les méandres de leur relation. Le principal changement réside dans la disparation du conteur. Son absence recentre le récit sur Gaïa et adoucit le spectacle. Mais si le voyage en est plus paisible, il n’en est pas moins impactant. Le spectacle amorce une réflexion sur le rapport entre générations et l’influence de la culture sur l’humain et sa croissance. Les témoignages de Mouima sont légers et remplis d’humour mais surtout de vérité. On ressort une nouvelle fois de ce spectacle revigoré, réchauffé, et pas juste parce qu’il fait 37°C ici, à Avignon.

Et si vous ne passez pas par le festival en ce mois de juillet, le spectacle sera à l’affiche du Théâtre des mathurins tous les jeudis, vendredis et samedis à 19h.

 

Articles liés :

Avignon Off 2017 - Louise Weber dite La Goulue (Critique)
Avignon Off 2017 - Hollywood Swing Gum (Critique)
Avignon Off 2017 - Fort bien, très loin
Avignon Off 2017 - Rue de la Belle Ecume (Critique)
Avignon Off 2017 - Carmen à tout prix ! (Critique)
Avignon Off 2017 - Alice au pays des merveilles (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Laisser un commentaire