Recherchez

La belle au bois dormant (Critique)

Le dimanche 11 septembre 2011 à 9 h 18 min | Par | Rubrique : Critique, Jeune public, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Musical Marsoulan, 20 rue Marsoulan, 75012 Paris. M°: Nation
Dates : Du 06 octobre 2012 au 03 janvier 2013.
Horaires : Les samedis et dimanches à 15h30. Jours de représentations supplémentaires pendant les vacances scolaires.
Tarifs : De 12 à 14 €.

Le grand classique que connaissent petits et grands, repris dans une comédie musicale féérique et interactive pour tous les âges, à voir en famille !

Aujourd’hui, c’est fête ! On prépare le baptême de la princesse Aurore ! Malheureusement, à cause d’un regrettable oubli, la fée noire est la seule fée du royaume qui n’a pas été conviée…

Folle de rage, elle lance un terrible sort à la princesse : le jour de ses seize ans, elle se piquera le doigt sur la pointe d’un fuseau et… elle en mourra ! Pour la gentille fée dorée, c’est l’occasion de prouver à tout le monde qu’elle n’est pas si maladroite qu’on le dit en magie…

Le temps de trouver une parade, elle atténue le sort en un sommeil de cent ans dont Aurore sortira réveillée par le baiser d’un prince Charmant ! C’est évidemment là que commencent les ennuis pour la fée dorée, Aurore, et son futur amoureux… Et si vous veniez les aider ?

« La belle au bois dormant, que veillent les fées … » est une comédie musicale jouée et chanté par une troupe de talentueux artistes, accessible dès 4 ans, qui fait rêver et participer petits et grands… de la musique, de la danse, du théâtre, des clins d’oeil pour les parents, des personnages drôles et attachants, un univers coloré… un moment d’enchantement.

Auteur : Marine André, Lionel Losada

Artistes : en alternance : Marine André, Raphaëlle Arnaud-Bax, Philippe d’Avilla, Rafaëlle Cohen, Claire Couture, Marie Glorieux, Mathilde Libbrecht, Claire Losser, Régis Olivier, Stéfanie Robert, Eric Traonouez.

Metteur en scène : Florian Cléret

Notre avis :

Qui ne connaît pas ce conte des Frères Grimm repris par Walt Disney ? Réadapter ce conte était un pari risqué tant il est connu du public. Marine André réussit néanmoins avec brio à raconter de façon très drôle et rythmée cette histoire que l’on connaît tous. Le parti pris de créer le personnage de la fée dorée fonctionne particulièrement bien. D’ailleurs, celle-ci (alias Stéfanie Robert) emmène les jeunes spectateurs avec tendresse et humour dans l’aventure.

La mise en scène est fluide et ne laisse pas le temps de s’ennuyer. La scène d’ouverture fait rentrer le spectateur immédiatement dans l’esprit comédie musicale avec la chanson-ballet « C’est la fête ». Les fées aux perruques de manga sont pétillantes à souhait.

Quant à la musique, elle est omni présente ! Un peu trop d’ailleurs, certaines chansons se succèdent trop vite et ne portent pas toutes le même intérêt. Les mélodies proches de la variété fonctionnent parfaitement, sans toutefois laisser un air en tête. Les paroles un peu simplistes peuvent parfois lasser le public adulte. La chanson du prince aux couleurs jazzy est particulièrement réussie. Dommage que toutes ne soient pas du même acabit.

Les enfants y trouvent tout fait leur compte. Ils participent avec joie aux interpellations des personnages et se laissent porter par le rythme soutenu de l’action. Mention spéciale pour l’originalité des costumes, et  les chorégraphies très enlevées. Les tableaux d’ensemble sont particulièrement réussis.
Les artistes sur scène ne ménagent pas leur peine : ils sont six à jouer seize personnages, une vraie performance !

En résumé, la qualité de ce spectacle vaut largement le prix payé, allez-y !

Articles liés :

Arianna
Grease
Cortège du Tchoulent
Cabaret (Théâtre Marigny - Critique)
Bulle ou la voix de l'océan
Broadway en chanté ! au Dejazet (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Un commentaire
Laisser un commentaire »

  1. Sept sur scène depuis la nouvelle version créée en août 2012 : arrangement, décors, costumes, etc … remis à neuf !

Laisser un commentaire