Recherchez

Big Apple, le musical (Critique)

Le lundi 4 mars 2019 à 16 h 55 min | Par | Rubrique : A l'affiche, Spectacles divers

Lieu : Salle Edouard Herriot - Palais de la Mutualité - 1 Place Antonin Jutard - 69003 Lyon
Dates : Vendredi 1er mars 2019
Horaires : 20h
Tarifs : ND
Big Apple, le musical

Directrice Artistique / Auteur / Chorégraphe : Sabrina FIORELLI
Co Auteur : Philippe PERRY
Directeur Musical : Eddie NOLANN
Coach Acting : Ornella LOURGUILLOUX
Chorégraphe Hip-Hop : Nacim MOKTHAR
DJ / Producteur : Ben CARTER
Coach Artistique : Fabrice ARIZA
Réalisateur Vidéo : Valentin CHAUVEAU

Avec
Meryl : Ornella Lourgouilloux
Karl : Mathieu Duboclard
Roxanne : Chloé Boucaud
Caitano : Thiago Menezes
Dita : Ma.He
Ricardo : Aaron Rosales Garcia
Francesca : Stéphanie Roche
Julian : Rodolphe Wuilbaut
Adela : Deborat Le Gac Plaziat

Au départ, c’est seulement le rêve un peu dingue de quelqu’un qui a une revanche à prendre. Ce rêve, c’est celui de créer et de mettre en scène une comédie musicale totalement originale et de la produire à New-York, donc à Broadway.
Alors, bien sûr, après avoir enfin finalisé le projet financier, technique et contractuel, il faut faire les AUDITIONS. C’est-à-dire engager une dizaine d’artistes, venus des quatre coins du monde, et créer une troupe de danseurs et chanteurs dont chacun, en plus de son talent, son énergie et sa polyvalence, devra avoir autant de motivation que d’ambition, et surtout… sera affublé de la même passion.
De ce casting en ressortiront neuf artistes uniques et atypiques, dont les destins vont se croiser et s’entrecroiser au fil de leurs amours et de leurs amitiés, de leurs joies et de leurs déceptions.

Notre avis :

Big Apple conte l’aventure artistique et humaine vécue par de jeunes Français souhaitant conquérir New York. La première partie du spectacle se focalise avant tout sur les auditions passées pour figurer dans le musical Big Apple. Cette étape est l’occasion pour les artistes de se livrer à des prestations de danse ou de chant en solo souvent impressionnantes. L’effet est garanti auprès d’un public ravi de vibrer au rythme de grands succès internationaux et d’être plongé en live dans l’univers de castings souvent mis en scène dans des émissions télévisées. Ces auditions permettent également de faire connaissance avec les différents personnages même si les puristes du théâtre musical pourront reprocher l’absence d’un livret plus dense.

Avant le grand départ pour New York, les artistes fêteront la vie parisienne dans une séquence prenant le format d’une revue avec un enchaînement de chansons évoquant la capitale française. Le concept de ce tableau mis en scène dans la ville lumière ne semblera pas inédit pour les habitués des scènes parisiennes justement mais il permet de réunir des générations différentes de spectateurs autour de classiques de la chanson française. On soulignera la beauté des costumes revêtus dans cette séquence. Les costumes variés retenus valorisent d’ailleurs plus globalement les artistes tout au long du spectacle.

La deuxième partie du spectacle est plus scénarisée, la troupe étant sur le point de réaliser son rêve américain avant de rencontrer des difficultés à New York. Après Paris, c’est donc la fameuse Big Apple qui est célébrée dans différentes chansons et la relecture de certains hits est réussie. Un très beau tableau gospel est même mis en scène et plusieurs succès y sont intégrés brillamment. Un rebondissement de dernière minute amené maladroitement et trop soudainement pour susciter un réel choc viendra toutefois nuancer le bilan de ce deuxième acte. La machine est toutefois relancée notamment grâce à un final en beauté.

La compagnie Kit Kat Klub menée par Sabrina Fiorelli permet au spectateur de découvrir un beau florilège de succès musicaux. Une belle palette de comédiens-chanteurs est au service de Big Apple, les interprètes féminines (dont Chloé Boucaud, Star Academy 2005) volant toutefois la vedette à leurs homologues masculins. Sabrina Fiorelli est une chorégraphe adepte du cabaret et cela se ressent dans les scènes dansées variées qui sont défendues avec énergie par les danseurs et danseuses. On retrouve même quelques références à l’univers de Bob Fosse. Si des chaises sont alors utilisées comme accessoire dans ce cadre, les hommes les utilisent également, ce qui est plutôt inhabituel mais bienvenu.

Big Apple est un projet en cours de préparation depuis quelques années et visant à terme une implantation durable sur différentes scènes. Il semble parti sur de bonnes bases en présentant l’avantage de pouvoir conquérir un public venu en famille et avec des références musicales et scéniques diverses.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , ,

Laisser un commentaire