// lundi 28 octobre 2013

De l'√©ducation des enfants par le th√©√Ętre musical

L'avantage (ou l'inconv√©nient, c'est selon) d'avoir une famille vietnamienne (c'est a dire nombreuse, et o√Ļ le concept fran√ßais de "√©loign√©" = "proche" en vietnamien), c'est qu'on a toujours une ni√®ce en √Ęge d'aller voir un spectacle musical. Et comme je suis une tata super gentille, je n'ai pas pu dire non quand la petite fille de la cousine de ma tante m'a demand√© de m'occuper de sa fille Lorie.
Minh-Tam a appel√© sa fille Lorie, d'apr√®s la chanteuse, au moment o√Ļ celle-ci √©tait au fa√ģte de sa gloire. Ce qui veut dire que Lorie a 12 ans. Elle est donc encore assez jeune pour pouvoir s'√©merveiller et pas assez vieille pour r√©pondre "Dans ton cul" √† chaque fois qu'on lui pose une question.
En tant que tata fan de musicals, je me suis dit qu'il √©tait peut-√™tre amusant de prendre un peu l'√©ducation de Lorie en main par le biais du th√©√Ętre musical.

A propos de cul, donc, j'ai commencé par emmener Lorie voir Pinocchio, l'histoire de ce petit pantin de bois qui voudrait être un vrai garçon et dont l'appendice s'allonge chaque fois qu'il ment. Après réflexion, je me demande si ce ne sont pas tous mes ex que je devrais emmener voir ce spectacle... #storyoftheirlives.
Pass√© un petit moment de surprise o√Ļ vous d√©couvrez des cr√©atures autour d'une cage, v√™tues de cuir, et manipulant le fouet, semblant toutes droit √©chapp√©es de L'Apollonide : souvenirs de la maison close (pour le plus grand plaisir de certains papas, et peut-√™tre aussi de certaines mamans), vous r√©aliserez que Pinocchio est en effet un spectacle id√©al pour √©duquer votre enfant et notamment le sensibiliser aux dangers des pr√©dateurs sexuels.
Lorsque le Jardin des D√©lices appara√ģt, avec ses grosses sucettes g√©antes toutes roses, et qu'un vieux monsieur, √† c√īt√© duquel Marc Dutroux passerait pour un Bisounours, propose gentiment : "Les enfants, vous voulez des bonbooooons ?", surveillez bien votre enfant et si il ou elle s'exclame avec excitation "Ouiiiiiiiii", foutez-lui une baffe et courez lui acheter le dernier num√©ro de D√©tective. C'est √ßa que j'appelle l'√©ducation.
Néanmoins, Pinocchio s'adresse aussi aux adultes, et le final m'a donné le thème de la prochaine séance chez mon psy : "casser les fils de son destin, ces fils qui ne nous servent à rien".
Résultat : mon psy a doublé ma dose d'anti-dépresseurs. Yes.


Nuno Resende (qui joue dans Pinocchio, mais pas dans cette tenue malheureusement).

Continuons dans les figures phalliques (mais non, je ne suis pas en manque) avec Le Soldat Rose, cette jolie chose longue, rose et douce avec un grand chapeau également rose et lisse (Note : oui, j'ai déjà emmené d'autres neveux voir ce spectacle il y a quelques années).
En termes d'√Ęge, je dois reconna√ģtre que ma "ni√®ce" de 12 ans s'est un peu ennuy√©e au Soldat Rose (dans Pinocchio, elle pouvait au moins voir Nuno Resende sur sc√®ne, qu'elle avait suivi dans The Voice). A son √Ęge, voir un enfant enferm√© dans un magasin de jouets ne l‚Äôimpressionne pas, elle pr√©f√®rerait plut√īt √™tre enferm√©e dans un magasin Abercrombie & Fitch. N√©anmoins, ce spectacle m'a permis de commencer √† lui parler de ses origines. Comme elle, je suis pass√©e par cette phase de d√©ni de mon h√©ritage asiatique et je me suis dit qu'il √©tait temps qu'elle sache que le Vietnam n'√©tais pas seulement le nom d'un restaurant mais aussi le pays de ses anc√™tres. Et Le Soldat Rose allait me donner l'occasion d'en parler.

soldat rose sexy
Jéremy Charvet dans Le Soldat Rose.

Dans Le Soldat Rose, une petite poup√©e qui s'appelle "Made in Asia" parce que justement elle a √©t√© "Made in Asia" (concept int√©ressant... J'aurais pu m'appeler "Made in la chambre de mes parents", et vous ?), vient nous raconter son histoire. Elle a √©t√© fabriqu√©e par une petite fille (en Asie donc) qui travaille dans une usine, vit dans la rue et √† les doigts en sang, et m√™me que "Made in Asia" la premi√®re fois qu'on lui a mis ses yeux de verre, elle a vu le visage de la souffrance qui la regardait... Youhou ! O√Ļ sont pass√©s les bons vieux spectacles de notre (ok, de "mon") enfance ? Les for√™ts magiques et autres souliers qui volent... Et o√Ļ les personnages venus de Chine mangent beaucoup de riz, certes, mais ne sont pas des victimes (oui ? Vous avez trouv√© la r√©f√©rence ? une chanson qui fait rimer "Chine" avec "victime" ?).
Bref, pour un peu, si la chanson avait eu un couplet de plus on aurait eu droit aux tarifs de la gamine. Certains appellent cette chanson "casse l'ambiance", je pr√©f√®re voir le c√īt√© positif des choses (oui, je suis all√©e voir Spamalot mais j'y reviendrai dans un autre billet) et en profiter pour √©duquer Lorie.
Oui, Lorie, c'est vrai, il y a des enfants exploités en Asie. Oui, c'est vrai ta petite cousine de Saigon qui n'a que cinq ans a déjà son propre iPad, mais que veux-tu, ça aurait fait une chanson moins... euh... fun... à intégrer dans un spectacle musical pour enfants.
Et maintenant qu'on a parlé des origines de tes ancêtres, parlons de ton futur.
Non, ma Lorie chérie, ce n'est pas parce que tu es asiatique que tu parleras avec un accent chinois foireux et que tu seras laborantine (même si ta mère, ta grande cousine et ta troisième tante le sont) comme l'assistante du Petit Chimiste qui est en train de se démener sur scène à l'instant présent, en fermant les yeux pour qu'ils paraissent un peu bridés.
Fais comme moi, coupe les fils de ton destin et deviens une blogueuse riche et influente.

**** ATTENTION SPOILER ****
Enfin, pour conclure, Lorie, ce n'est pas parce que le Soldat Rose épouse la poupée rose (qui ressemble à une pimbêche coiffée comme Kristin Chenoweth) que tu es obligée de te marier à quelqu'un qui a la même couleur que toi. Oui, tu as le droit de souhaiter que le fin Soldat Rose finisse avec le musclé cousin Puzzle parce que franchement, ils vont super bien ensemble.
Oui, chers lecteurs, un spectacle musical pour enfants peut tout à fait éveiller ceux ci à la diversité, sous toutes ses formes. Il faut juste parfois tirer un peu sur la corde pour parvenir à ses fins.

Last but not least, comme je suis vraiment une tata gentille, j'ai emmen√© Lorie voir Robin des Bois, ne renoncez jamais, et l√†, je crois qu‚Äôelle √©tait pile dans la tranche d'√Ęge.
Ce qui m'a quand même beaucoup étonné. Quand M.Pokora (qui joue Robin des Bois, donc) a gagné Popstars, son public n'était même pas encore né ! Mais je m'égare.
Robin des Bois, c'est d'abord l'occasion d'ouvrir un d√©bat sur une r√®gle de syntaxe. Vous savez tous, bien s√Ľr, qu'apr√®s l'expression "apr√®s que" on doit utiliser un indicatif, m√™me si √ßa semble parfois bizarre √† l‚Äôoreille et que cet emploi erron√© du subjonctif est de plus en plus tol√©r√©.
Donc, commencer un spectacle en voix off (merci Gérard Presgurvic pour avoir initié ça dans Roméo et Juliette et transformé ce raccourci paresseux en règle incontournable de tout "blockbuster" musical), c'est osé, c'est rebelle et c'est l'occasion de m'entretenir avec Lorie de l'évolution malheureuse de la langue française.
Ma chérie, ce n'est pas parce que (la voix de) M.Pokora dit quelque chose que c'est vrai, ok ?

Cependant, j'ai d√Ľ me taire tr√®s rapidement car M.Pokora, justement, est entr√© sur sc√®ne et nous a pr√©sent√© toute une s√©rie d'acrobaties dont une impressionnante mont√©e √† la corde √† nŇďuds. Et l√†, tout de m√™me, j'ai eu une r√©v√©lation. Pour ceux qui n'ont jamais su √† quoi servait cet exercice √† l'√©cole, voil√† la r√©ponse : pour jouer dans Robin des Bois.
Voilà, on a l'impression d'apprendre des choses inutiles à l'école, mais ça finit toujours par servir, comme le théorème de Pythagore.
Curieusement, c'est finalement à Robin des Bois que l'intérêt de Lorie a été le plus éveillé. Notamment lorsque apparaissait le petit Sacha Tran.
Non, Lorie, ce n'est pas parce qu'il s'appelle Tran qu'il est forcément de notre famille. Mais il le sera peut-être un jour. Si je l'épouse.

Après trois jours passés en ma compagnie, la petite Lorie aura reçu de formidables leçons de vie.
Et maintenant qu'elle est partie, je vais pouvoir me consacrer à nouveau à des activités d'adulte. Comme regarder la télé en mangeant des bonbons.

sacha tran sexy
Sacha Tran et Marc Antoine (dans les loges ? chez eux ?)

// mercredi 25 septembre 2013

La fin du monde

Les Aztèques avaient prévu la fin du monde pour 2012, c'est sans doute pour ça que vous n'avez pas eu de mes nouvelles depuis près d'un an. Mais la fin du monde n'est pas venue, et au bout du moment, il faut bien sortir pour se réapprovisionner en Clinique Dramatically Different Moisturizing Lotion, en Ben & Jerry's Chocolate Chip Cookie Dough Ice Cream ainsi que Aaron Tveit's The Radio In My Head CD. Cela me semble être le minimum vital pour tenir une année supplémentaire dans une grotte.

La fin de l'ann√©e 2012 m'a trouv√©e bien s√®che en inspiration, il faut dire que je n'ai pas eu ma dose habituelle de Kamel Ouali. Et - je n'arrive pas √† le croire moi-m√™me - le jour est arriv√© o√Ļ ses spectacles viennent √† me MANQUER. C'est vrai, par exemple, le gros spectacle musical de l'an dernier, 1789 Les Amants de la Bastille, aurait √©t√© compl√®tement diff√©rent si Kamel s'en √©tait charg√©. Peut-√™tre y aurait-il eu des tableaux en hommage √† Kill Bill ou avec des majorettes am√©ricaines, comme dans le dernier concert de Madonna. Ou peut-√™tre Kamel aurait tenu √† respecter (ou du moins √† r√©interpr√©ter) la v√©rit√© historique en mettant en sc√®ne des sans-culottes... sans culottes ? Oh, I miss the 2000s.

Anyway, la vie continue, et les spectacles avec.
J'ai donc fini par retourner au th√©√Ętre et en ce qui me concerne, ma saison a repris avec 50 et des nuances, la parodie musicale inspir√©e de 50 nuances de Grey.

Soyons clair : je n'ai pas lu ce fameux livre. Il para√ģt que √ßa parle de soumission, de domination sur fond de jeux √©rotiques. Et franchement, la soumission, √ßa ne m'int√©resse pas vraiment, tout simplement parce que je suis entour√©e de gens soumis. Mes amis parents sont soumis √† leurs enfants, mes amis gays (et non parents) sont soumis √† leurs chats, mes amis vietnamiens sont soumis √† leur m√®re, et moi, je suis soumise √† mon smartphone.
Quant aux jeux érotiques...

charlie hunnam sexy
(Charlie Hunnam qui doit jouer dans la version cinématographique de "50 nuances de Grey")

Dans 50 et des nuances, ce sont trois amies qui se r√©unissent √† l'occasion de leur club de lecture et d√©cident de partager leur d√©couverte de ce fameux best-seller qui va √©moustiller leur sens au fur et √† mesure que l'h√©ro√Įne vierge va d√©couvrir sa sexualit√© avec Mr Gris.

On a l'impression en voyant ce spectacle (et je suppose, comme c'est une parodie, que c'est le propos du livre... pas du spectacle, j'ai bien compris, merci) que toutes les femmes ne r√™vent que d'une chose : se faire fesser, fister et tabasser en √©tant bais√©e (d√©sol√©e d'√™tre crue mais ce sont les termes utilis√©s dans le spectacle, m√™me s'ils passent beaaaaaucoup mieux quand ils sont chant√©s). Vous voyez, c'est un peu comme quand on va voir Jeune et jolie de Fran√ßois Ozon. On a toutes envie de se prostituer en sortant de la salle (j'extrapole, bien s√Ľr, amies f√©ministes, ne me tombez pas dessus, allez plut√īt au Palace voir 50 et des nuances), sauf que g√©n√©ralement, on ressemble plus √† Charlotte Rampling qu'√† Marina Vacth et qu'il aurait fallu qu'on soit "plus jeune, plus jolie et plus audacieuse". Et au final, on ne se prostitue pas, on √©coute juste Fran√ßoise Hardy en buvant un verre de ros√©.


FRANCOISE HARDY - MA JEUNESSE FOUT LE CAMP par noriko75

Personnellement, je pense que je dois être un peu bizarre. Je ne me reconnais pas dans ces fantasmes. Or, je me dis que si le livre a eu autant de succès (plus de 70 millions aux Etats-Unis, plus de 2.5 millions en France), c'est qu'il doit correspondre aux fantasmes de ces lectrices. Moi, mon fantasme, ce n'est pas de rencontrer un mec qui m'introduise des boules de vagin dans mon trou et que ça gigote tellement qu'on dirait les boules de l'Euromillion (euh, désolée, je cite le texte), moi, mon fantasme, c'est un mec qui range ses chaussettes, classe ses livres par ordre alphabétique, sache utiliser l'aspirateur (non, ce n'est pas un cliché, je rêve VRAIMENT de ça) et puisse me parler des raretés de Stephen Sondheim ("Ah, tu connais la version de 'The Girls of Summer' par Dawn Upshaw ?"). Malheureusement, les deux que je connais qui répondent à ces critères sont en couple. Ensemble. Et sont soumis. A leur chatte (et là, je parle bien du félin, je ne cite pas 50 et des nuances.)

Reste que si l'on ne se reconna√ģt pas dans ces fantasmes, qu'on n'a pas lu livre, et qu'on n'arrive pas √† comprendre les paroles (ah si, "j'ai comme un trou au fond de moi" est tr√®s compr√©hensible puisqu'il revient √† trois reprises), on peut s'attacher √† l'aspect visuel de la production : la gestuelle par exemple, avec plus de mouvements de bassin qu'un cours de zumba organis√© au CE de la soci√©t√© Marc Dorcel (chapeau les filles, your hips don't lie). Ou encore, la plastique d'Etienne Ducamain qui rejoint le Panth√©on des acteurs de th√©√Ętre musical √† appara√ģtre enti√®rement nu sur sc√®ne.

En ce qui me concerne, ce spectacle a soulev√© en moi un grand moment de nostalgie. Lorsque le fisting est √©voqu√©, la jeune h√©ro√Įne s'enquiert : "Le fils Ting ? C'est qui les Ting ? Des Chinois ?"
J'ai beaucoup aimé cette phrase car elle m'a ramené quelques années en arrière, lorsque les Ting étaient nos voisins et que Tata Ting était presque comme une seconde mère pour moi. Ses brioches au porc laqué étaient meilleures que celles de ma mère, mais chut, ne le répétez pas à ma mère, elle risquerait de me retirer de son testament.
Bref, aussi curieux que cela puisse para√ģtre, c'est en voyant un spectacle o√Ļ les mots baise, vagin, p√©nis et trou sont tr√®s pr√©sents (il faut rester √©veill√© pour trouver un champ lexical autre) et o√Ļ les jets de sperme sont figur√©s par des rubans de GRS (j'adore la GRS) que m'est venue l'envie de reprendre contact avec les Ting.
On croise des gens, on s'attache à eux, on se sépare, on les perd de vue avant d'avoir vraiment pu leur dire qu'on les aimait.

Qui aurait cru que j'étais capable d'éprouver des sentiments aussi mièvres ?
La fin du monde est proche et elle est prévue pour 2013. Après que j'ai vu Robin des Bois.

// samedi 20 octobre 2012

Between 40 and death

Aujourd'hui, 20 octobre, c'est la journée de la femme vietnamienne. Je cite : "A cette occasion, les femmes au Vietnam, ainsi que dans d’autres parties du monde, reçoivent de nombreuses marques d’attention dont les plus communes sont la rose, la carte et les félicitations." Go ahead, vous pouvez m'écrire à whatsonyvonne@gmail.com, me demander en amie sur Facebook (j'accepte presque tout le monde tellement je suis désespérée gentille) et mon compte Twitter.

Pour la journ√©e de la femme vietnamienne, j'ai d√©cid√© de vous parler d'√Ęge, car m√™me si la femme vietnamienne ne vieillit pas, elle vieillit quand m√™me.
Un jour.

Plus on vieillit, plus il est difficile de cacher son √Ęge. Je ne parle pas uniquement de l'aspect physique (parfois, je me dis que si je pouvais √™tre cr√©dible, je couvrirais enti√®rement mon visage) mais de toutes ces petites phrases que l'on lance innocemment (car on ne peut pas √™tre constamment sur ses gardes) et qui nous trahissent. Voici donc quelques conseils, exp√©riment√©s par moi-m√™me, √† suivre (ou pas) et que j'ai en partie orient√©s d'un point de vue de com√©die musicale. Car oui, on peut se trahir par bien des moyens. Le diable est partout.

- Ne jamais dire que vous avez vu Miss Saigon sur scène à Londres ou à Broadway (en 1999 - fin du spectacle à Londres - et 2001 - fin du spectacle à New York - vous étiez trop jeune pour voir des spectacles qui parlent de la guerre).

- Vous connaissez Idina Menzel gr√Ęce √† Glee. Vous connaissez Idina Menzel gr√Ęce √† Glee. Vous connaissez Idina Menzel gr√Ęce √† Glee. Vous connaissez Idina Menzel gr√Ęce √† Glee. Capito ? Si quelqu'un vous dit qu'elle a fait ses d√©buts dans Rent, glissez nonchalamment : "Wow, trop fort."

- Quand on parle des années 80, n'oubliez pas de placer une phrase du style : "Mes parents adorent 'Les démons de minuit' !", n'allez surtout pas dire que VOUS avez eu le 45 tours pour votre 13e anniversaire.

- Evitez les références aux années 90, le terrain est glissant surtout si vous le connaissez mal. Le plus dangereux (et le plus ringard !), c'est de faire des références à des tops-models des années 90, et encore plus à des top-models masculins (Greg Hansen, Werner Schreyer, Albert Delègue : vous n'en avez jamais entendu parler. D'ailleurs, personne n'en a jamais entendu parler). A la limite, parlez des boys band en disant que vous avez pleuré quand Alliage a annoncé sa séparation. A la limite. Car vous passeriez pour une cruche, pas pour une(e) jeune.

- Quand vous voyez une cassette audio quelque part, exclamez-vous avec une voix aigu√ę : "J'avoue, trop bien ta double coque d'iPhone !" (mais en m√™me temps, o√Ļ pourriez-vous voir des cassettes audio... √† part chez vous ?)

- Ne JAMAIS chercher à vous vanter d’une quelconque ANCIENNETE (dans "ancienneté", il y a "ancien"). Exemple, si vous voulez rabattre le caquet d'une petite nouvelle au cours de step en disant que vous fréquentez ce cours depuis... euh, et bien fermez-la.

- Au cours d'une conversation à propos de Facebook, ne mentionnez jamais des anecdotes du style "Tu te souviens du statut qui commençait forcément par 'is' ?" ou "Tu te souviens des superpokes ?". C'est déjà trop vieux. Et tout le monde s'en fout.

- Vous aimez D'AVANCE Viva Forever, le musical avec les chansons des Spice Girls, parce que ça vous "rappelle trop vos premières boums avec Océane et Chloé".

- Vous n'avez JAMAIS entendu parler de la troupe de Roger Louret. Vous connaissez le fromager Robert Louret dans la rue des Martyrs, mais ça s'arrête là.

- Parfois, racontez que lorsque vous étiez petit(e), le bruit du modem vous faisait peur.

- Supprimez définitivement, votre adresse @club-internet.fr (Oui, je parle de toi Valérie, et de toi, Rémy).

- Idem pour vos adresses @aol.com (Oui, je parle de toi Olivier, et de toi, Vincent).

- Apprenez par coeur les paroles de la chanson "Les Rois du Monde", seule une personne qui avait dix ans au moment de la création de Roméo et Juliette peut avoir eu envie d'apprendre les paroles par coeur. Vous avez donc environ 22 ans.

- Si un quadra limite quinqua vous parle avec émotion de La Boum, demandez : "C'est pas genre comme LOL mais trop à l'ancienne, non ?"

- N'utilisez jamais l'expression "It's so 2009" (ou 2010 ou 2011 ou whatever) car 9 fois sur 10, vous vous tromperez dans l'année et vous passerez pour encore plus ringard(e), et puis utiliser cette expression, it's so 2009. Enfin 2008. Enfin, euh, whatever.
Idem pour tout mot combiné avec "it" (it bag, it boy, it girl, it cosmetics...). Seules les pigistes quadra-quinqua de Elle, Be ou Grazia utilisent ces expressions dans leurs articles. Personne de jeune n’utilise ça dans la vie courante. Personne n’utilise ça dans la vie courante.

- Et si on vous parle du spectacle Salut les copains (bient√īt aux Folies Berg√®re), exclamez-vous : "Ah oui, y'a le mec de The Voice et la meuf de Dracula ! Total kif."

- Enfin, si vous avez peur de vous embrouiller au milieu de toutes ces références confuses, taisez-vous.



// vendredi 12 octobre 2012

La vicieuse, la branleuse et la ventriloque

Je vous en avais d√©j√† parl√© plus t√īt, mais Clara Morgane s'attaque au spectacle musical. Apr√®s tout, pourquoi pas, Kamel Ouali fait bien de la mise en sc√®ne.
Elle sera donc sur la scène de la Pépinière Opéra (cette scène même qui a accueilli des spectacles tel que Le Cabaret des hommes perdus) pour un Cabaret Canaille.
Oui, si ça avait été un Cabaret Philosophique, on aurait été plus perplexes, mais encore une fois, pourquoi pas, après tout, Carla Bruni est bien agrégée de lettres classiques.
Nan, je rigole.

clara morgane canaille
(Photo (c) Mirco Magliocca)

Dans ce Cabaret Canaille, Clara, accompagnée de quatre partenaires masculins, interprètera des titres tels que "La vicieuse", "La branleuse" ou "La ventriloque". Mais attention, il ne s'agit pas de s'émoustiller, enfin, pas uniquement, vous découvrirez également des vers méconnus de grands auteurs de la littérature française.
Le texte de "La ventriloque" est de Théophile Gautier, par exemple.
""Ah ! Se faire sucer par une ventriloque !
Et tandis qu'elle aurait ma pine entre les dents
Entendre de son ventre sortir un soliloque
Et des chansons d'amour aux distiques ardents !"

Distique : groupe de deux vers formant un sens complet.
En revanche, "pine", je suppose que tout le monde sait ce que ça veut dire.

Pour finir, si Clara n'est pas votre tasse de th√©, vous pouvez tenter Le gros, la vache et le mainate o√Ļ un jeune com√©dien (ci-dessous) passe (presque) tout le spectacle enti√®rement nu. Et ne cherchez pas de faux pr√©texte, c'est un spectacle musical, donc cette seule raison suffit.

simon luca oldani
(Simon Luca Oldani)

Sinon, Simon, pour info, je suis un peu ventriloque. Je me suis m√™me entra√ģn√©e √† faire "Send In The Clowns". Isn't it rich ?

// lundi 08 octobre 2012

It's a hard-knock life!

Le revival d'Annie √† Broadway accueille deux interpr√®tes d'origine asiatique dans sa troupe : J. Elaine Marcos dans le r√īle de la m√©chante Lily et la petite Junah Jang dans le r√īle d'une des orphelines (au moins, on sait que Junah ne sera pas understudy du r√īle titre parce que la recherche de ses parents biologiques risque de la mener plus loin que la maison de Daddy Warbucks).



Le site Broadway.com vous propose de faire la connaissance de toutes les petites orphelines de la production. Junah, dans son interview, rêve de rencontrer Neil Patrick Harris (hey, who wouldn't, darling ?), de jouer un jour Elphaba (hey, who wouldn't, darling ?) et, si elle ne perce pas en tant que comédienne, d'être programmatrice de robots. (hey, who... euh... chérie, tu n'aurais pas des parents asiatiques par hasard ?)



C'est bien mignon tout √ßa, mais permettez-moi de sauter du cock coq √† l'√Ęne : Cheyenne Jackson est de retour √† Broadway dans le r√īle d'une porn-star.
Il s'agit d'une pièce intitulée The Performers, et non d'un musical. Vous n'entendrez donc pas Cheyenne chanter "You're Never Fully Dressed Without A Smile" ou "Can You Feel The Love Tonight ?" ou "Bring Her Home" ou "All That Jizz" ou "Seasoning of Love" ou "Don't Cry For Me, Cicciolina" ou "Gimme ! Gimme ! Gimme ! Gimme ! Gimmeeeeeee !". OK, ok, j'arrête.

cheyenne jackson porn

Where's my VISA card ?
(Et j'ai du mal à croire que j'ai pu caser les mots "Annie" et "Porn-star" dans le même billet. Oh well....)

Enfin, pour conclure, pendant que certaines fantasment sur Cheyenne Jackson, d'autres EPOUSENT Will Swenson.



Si on vous dit qu'en plus, l’heureuse élue (je ne cite même pas son nom pour la peine, na !) est une des rares actrices (trois au total) à avoir gagné non pas un, pas deux, pas trois, pas quatre mais CINQ Tony Awards, on se dit que c'est vraiment une hard-knock life pour nous autres, simples mortelles.
Et quand en plus, on sait que Mrs Swenson (je ne cite toujours pas son nom) se tape aussi Taye Diggs dans la série Private Practice, il y a vraiment de quoi s'écrier "la vie est vraiment trop inzuste !"
Ou de chanter : "Instead of kisses, we get kicks, instead of Swenson, we get les gros relous qui te sifflent dans le métro, it's a hard-knock life!"

// vendredi 05 octobre 2012

Cochonne dans l'espace bis repetita

Il semblerait que Sarah Brightman (cr√©atrice du r√īle de Christine dans The Phantom of The Opera et ex-femme d'Andrew Lloyd Webber) serait la prochaine touriste √† aller dans l'espace en 2014 ou 2015, et ce pour une somme qui d√©passerait 51 millions de dollars.

Quelques questions se posent :
Peut-elle y rester ?
Peut-elle se contenter de sa pr√©c√©dente exp√©rience spatiale (voir vid√©o ci-dessous) - nettement plus fun - et faire un don √† une Ňďuvre caritative √† la place ?
Arrivera-t-elle à faire mentir l'adage : "Dans l'espace, personne ne vous entend chanter crier" ?



(Je sais, j'ai déjà mis cette vidéo mais je ne m'en lasse pas).

Sur ce, je vais acheter un ticket de métro et prendre la ligne 13.
I love my life.

© 2007 regardencoulisse.com | Propulsé par DotClear | Design Hito
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.