Quand on a proposé à Phyllida Lloyd (metteure en scÚne et réalisatrice de Mamma Mia!) de réaliser un film sur Margaret Thatcher, que s'est-elle dit ?
1 - Chouette, je vais travailler Ă  nouveau avec Meryl. Elle Ă©tait juste trop cool sur Mamma Mia!. On va bien s'Ă©clater.
2 - Chouette, on va pouvoir recycler toutes les robes bleues de Mamma Mia! et les mettre dans le dressing de Maggie. J'adore le bleu.

Peut-ĂȘtre s'est elle aussi dit : "Chouette, je vais pouvoir REALISER un autre film, proposer des IDEES ORIGINALES de mise en scĂšne, offrir ma VISION DES CHOSES, explorer le LANGAGE CINEMATOGRAPHIQUE." Mais, je ne crois pas, en fait.

Phyllida a au moins su mettre en application des une choses qu'elle a apprises sur Mamma Mia!, comme par exemple le fait de mettre de la musique quand on ne sait pas quoi faire avec l'histoire et la réalisation pour exacerber les émotions.

Enfin, n'hésitez pas à revoir le making of de Mamma Mia! ou Phyllida parle de sa façon de travailler (l'intégration est désactivée donc il faut cliquer sur le lien).
Elle y dit notamment : "Can everybody stay where they can see the camera, please ? It's the first rule of film."
Oops, c'est une parodie, pas un making of ?

Enfin, puisque l'on a eu droit récemment aux biopics de Aung San Suu Kyi (The Lady) et Margaret Thatcher (The IRON Lady), je suggÚre aux studios de produire un biopic sur la vie d'Imelda Marcos que l'on surnommait "The Iron Butterfly".
Avec un peu de chance, Phyllida Lloyd ne sera pas disponible.

Je vous laisse avec une vidéo d'Imelda Marcos dont le titre seul ("Imelda Marcos talks about getting old and wanting more shoes)" promet déjà plus d'enjeu dramatique qu'une heure cinquante de Iron Lady.