Dracula moins le quart

Un nouveau Kamel Ouali, pour un amoureux de comédies musicales spectacles musicaux, c'est un peu comme un Beaujolais nouveau pour un amateur de bons vins : on sait que ça arrive tous les ans (ou presque), on sait qu'a priori on ne va pas trop aimer, mais comme on est ouvert d'esprit (ou presque), on est toujours prêt à lui donner une nouvelle chance.
Le problème, c'est que dans les deux cas, bien souvent, ça a un peu trop le goût de banane.

Malgré tout, ce qui m'attire dans ces spectacles, et qui me pousse à y retourner, bon an mal an, hormis le fait que d'aller Porte de Versailles me donne l'impression de faire un grand voyage, c'est que je sais que je vais y voir de magnifiques bananes hommes, dans des tenues très mini, inversement proportionnelles au budget costumes.
J'imagine les consignes : "Dominique, tu peux créer de grandes grandes grandes grandes robes sublimes pour les femmes ! Pour les hommes ? Euh, un slip !".

Je me souviens avec émotion des esclaves noirs vêtus de loques dans Autant en emporte le vent, je me souviens des gladiateurs portant un slip de cuir rouge dans Cléopâtre...
Dans Le Roi Soleil, je ne me souviens que du colon géant, sorry.

Je me demandais comment l’esthétique masculine allait pouvoir s'exprimer en Transylvanie...
Des hommes en slip avec des capes ? Why not.
Des cercueils qui font cabine UV (déjà vu, non ?).
Qu'on se rassure, Kamel Ouali a choisi un angle "porno chic" sur cette production (Isn't porno chic so 2006 ?).
Par exemple, quand le héros arrive chez Dracula et qu'il y a une desserte avec des jambes humaines (ok, féminines, ici, quand on dit "femme-objet" c'est littéral, quand on dit "homme-objet", c'est érotique), là, je me suis dit que le spectacle allait me réserver bien des surprises.
Oh que oui, ma fille !
Quelques instants plus tard, quand Jonathan passe sa première nuit au château, il fait de drôles de rêves. Des rêves, comment dirais-je... érotiques... Il y a d'abord ces femmes avec des jambes sublimes qui sortent du lit...
Et puis deux hommes noirs, recouverts d'un cache-sexe dissimulant à peine leurs attributs, arrivent sur scène.
Deux hommes huilés qui s'enlacent, se caressent, se chauffent, se ... (pour faire style, normalement, on dit "ils dansent" ou "ils performent").
Puis arrivent d'autres danseurs. Il y avait sans doute quelques filles dans le lot, mais j'ai surtout remarqué les hommes... qui portaient... des jockstraps. Oui, des jockstraps.
(Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, Googlez)
Que les choses soient claires, je ne suis pas du tout choquée par cette vision. Au contraire, j'adore !
Mais, 1 : porter un jockstrap alors qu'on est dans un château de pierre en pleine Transylvanie, c'est vraiment ce qu'on appelle se cailler les miches, faut vraiment pas être fute-fute.
Et 2 : euh, vous trouvez pas que Jonathan a des fantasmes un peu bizarres pour un jeune homme sur le point de se marier ?

La dernière fois que j'ai vu autant de fessiers masculins, c'est quand je suis tombée complètement, mais alors complètement par hasard sur un DVD porno gay, un jour que j’allais arroser les plantes chez mes amis Alban et Jean-Luc. Un DVD qui était caché dans la petite commode chinoise en bois sombre, dans le tiroir du bas, à gauche, sous la pile de draps en lin d'Italie ajouré.
C'est aussi là que j'ai appris ce qu'était un jockstrap.
En tout cas, pour les prochains spectacles de Kamel, je suggère par exemple l'univers humide des vestiaires de l'équipe de natation masculine de Prague ou encore le monde viril et brutal d'une prison cubaine.
Bref, n'oublions pas que dans "porno chic", il y a porno.

Une autre séquence forte est celle de l'asile où officie le Dr Van Helsing. Etrangement, toutes les infirmières sont des clones de Danièle Gilbert.
Oooouh, ça fout carrément la trouille, ça.
Bien plus que les fous qui agitent leurs bras et leur langue (ça normalement, c'est dans Cabaret).
Des clones de Danièle Gilbert ? Really ?
Quelqu'un a trop regardé Midi Première avec sa Maman quand il était petit.
Moi, je ne sais pas qui est Danièle Gilbert. Je n'étais pas née.

Un autre moment fort du spectacle (oui, il y a beaucoup de moments forts, en fait, il n'y a que ça : des moments FORTS) est la séquence 3D.
Alors, oui, on a beaucoup parlé de ça : "le premier spectacle musical 3D".
Et là, on se dit : "Mais nous sommes en 3D, non ? La vie est en 3D ! Les danseurs sont en 3D ! ".
Bah oui, mes chéris ! Donc quand c'est 3D, c'est pour la projection d'un film, en l’occurrence un pas de deux entre Dracula et Mina.
Et c'est là que je vous pose une question.
Imaginez qu'on vous donne un budget conséquent pour mettre en scène un spectacle musical sur des vampires, avec un Dracula super sexy et des danseurs bien roulés.
Imaginez qu'on vous donne la possibilité de vous amuser à réaliser un petit film en 3D qui sera diffusé durant le spectacle (histoire de reposer un peu la troupe).
Que mettriez-vous dans votre film 3D ?
A : les corps des danseurs, le cul de Dracula, les pectoraux des hommes noirs, le torse de l'acrobate qui était dans Mike laisse-nous t'aimer, la jambe musclée de l'unijambiste (car, oui, il y a aussi un unijambiste)...
B : Des rats, des chauves-souris et des serpents

Bon, ben, je ne vous laisse deviner seuls, sinon ce serait un SPOILER, mais une chose est sûre : si moi je pouvais m'amuser avec de la 3D, ce ne serait certainement pas pour vous montrer des sales bêtes.

Autre moment fort, je vous parlerai bien aussi de l'acrobate contorsionniste unijambiste mais j'ai peur, un peu comme Juliette Binoche dans la pub Trésor de Lancôme, de ne pas trouver les mots ("Comment trouver les mooots ?"). Une chose est sûre : quand on est unijambiste, on peut toujours être accepté tel que l'on est par une communauté de vampires. Ce qui nous donne franchement de l'espoir.

Enfin, un dernier mot sur l'interprète de Dracula lui-même, le superbe Golan Yosef, qui ne chante pas, ne parle pas, mais danse magnifiquement. Maintenant, ce n'est pas que je veuille absolument le voir à poil (quoi que...) mais il faudrait que quelqu'un lui retire son accoutrement de dinosaure qui couvre sa colonne vertébrale.
Ce n'est mignon que jusqu'à un certain âge.



By the way, : nice ass, darling (à droite, je précise).

Une toute dernière petite chose avant d'aller boire une tasse de thé rouge comme dans le spectacle (oui, on propose une tasse de thé rouge à Jonathan quand il arrive au château ; les puristes sauront qu'on préfère le terme 'rooibos' au terme 'thé rouge')... Sur le billet, on voit que Curly (oui, oui, les biscuits apéritif) est partenaire du spectacle.
Sincèrement, je ne voyais pas le rapport avec la choucroute, jusqu'à ce que je tombe sur cette pub :



Alors, moi, je vous propose un jeu à faire dans les soirées où il y a des Curly.
Le joueur A demande au joueur B "Curly est-il ?".
Le joueur B se met deux Curly au niveau des canines et doit répondre "Dracula moins le quart" sans rire ni faire tomber les Curly.
Le cas échéant, il doit se soumettre à un gage imposé par le joueur A.
Comme manger un ver de terre avec de la sauce teriyaki.
Ou regarder le clip suivant en entier.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.regardencoulisse.com/blog/index.php?trackback/364

Haut de page