Recherchez

Cabaret Jaune Citron (Critique)

Le vendredi 1 juillet 2011 à 10 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Vingtième Théâtre - 7 rue des Platrières - 75020 Paris - M° Ménilmontant
Dates : Du 29 juin au 3 juillet 2011
Horaires : Du mercredi au samedi à 21.30, le dimanche à 17.30
Tarifs : 24 €, 19 € (seniors), 12 € (étudiants)
Informations supplémentaires : 01 43 66 01 13

Un spectacle musical acidulé !
Livret, lyrics et mise en scène de Stéphane Ly-Cuong
Lyrics et musiques de Christine Khandjian
Musiques additionnelles de An Ton-That
Avec Clotilde Chevalier, Thibault Durand et Ayano Baba

Chorégraphies de Nelly Célérine et Sonia Couet
Costumes de Sami Bedioui
Collaboration artistique et technique : Sébastien Fèvre et Christophe Guillaumin

RESUME
Yvonne Nguyen,  jeune femme française d’origine vietnamienne, gère tant bien que mal sa double culture. Entre le regard des autres qui ne la trouvent pas assez asiatique et celui de sa famille qui la trouve trop française, comment trouver l’équilibre ? Entre humour et impertinence, Yvonne, qui se rêve à ses moments d’évasion star de comédie musicale, accumule au quotidien les déboires sentimentaux et familiaux. Un voyage sur la terre de ses origines la réconciliera peut être avec elle-même …

—————-
Notre avis: Cabaret Jaune Citron met en scène Yvonne Nguyen, une française d’origine vietnamienne farouchement décidée à échapper à son carcan familial. Avec beaucoup d’ironie sur les petits travers de la culture vietnamienne, la jeune fille fait part de ses rêves désabusés : elle aimerait devenir une star de Broadway, sa façon à elle d’être comme tout le monde, mais les préjugés sur les femmes asiatiques ont la vie dure. Assagie par l’expérience de la vie et après un voyage initiatique sur la terre de ses aïeuls, elle se débarrasse de ses frustrations en s’acceptant telle qu’elle est, sans rougir.

Clotilde Chevalier interprète une Yvonne pleine d’autodérision et immédiatement attachante. Elle est moins aigrie et acide que lors des premières lectures qui faisaient plus directement référence au Blog d’Yvonne ; la trame y perd un peu en progression du personnage mais l’atmosphère gagne en sérénité. Thibault Durand, le frère à la guitare, et Ayano Baba, la mère au piano, complètent le tableau pour transporter le spectateur au sein de la famille vietnamienne. Le trio fonctionne dans une belle harmonie dramatique et musicale.

Les chansons, co-écrites par Stéphane Ly-Cuong [NDLR : rédacteur en chef de Regard en Coulisse], Christine Khandjian et An Ton-That, possèdent tout ce que l’on peut attendre d’une comédie musicale, drôles ou tendres et toujours pleines de sens et d’esprit. Elles vous trottent dans la tête longtemps après le baisser du rideau, signe des mélodies simples qui font mouche. Telle est aussi la mise en scène, simple et efficace, reposant sur quelques accessoires, quelques pas de danse et sur des jeux de lumières astucieux.

La force de Stéphane Ly-Cuong est de savoir raconter de belles histoires sans en avoir l’air, par petites touches anecdotiques cinglantes et drôles. Il y a forcément des gènes asiatiques dans ce style qui ne dit pas explicitement les choses mais mène le spectateur au cœur du propos : le thème universel de la recherche de soi par-delà les pressions sociales. La couleur, finalement,  importe peu : jaune, noir ou rose… arc-en-ciel ?

Articles liés :

Alexis Michalik bouscule Shakespeare
Madame Raymonde : Mes plus grands succès (Critique)
Simply Broadway (Théâtre de Nesle)
La Fabrique (Critique)
Esperanza
Lady Raymonde (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire