Recherchez

Camille C.

Le jeudi 27 janvier 2005 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre de l'?uvre - 55, rue de Clichy 75009 Paris - Métro Place de Clichy ou Liège
Dates : du 18 janvier au 30 mars 2005
Horaires : du Mardi au Samedi à 21h00. Matinées les Samedi à 18h30 et Dimanche à 15h30.
Tarifs : Places à 38?, 32?, 26?, 20?. Moins de 26 ans : 10? les mardis, mercredis,jeudis. Mardi : tarif unique : 15?. 50% aux 1ères du 18/1 au 6/2.
Informations supplémentaires : 01 44 53 88 88

De Jonathan Kerr, mise en scène Jean-Luc Moreau, avec Annick Cisaruk, Vincent Heden, Jonathan Kerr, Sophie Tellier et la participation de Cécilia Bengolea.

L’histoire de Camille Claudel évoque immédiatement la passion, l’amour, le drame. A partir de ce personnage complexe de femme trop libre pour son époque, Jonathan Kerr signe une comédie musicale intimiste réussie. La mise en scène de Jean-Luc Moreau, dépouillée, joue avec l’imagination de chaque spectateur. Camille Claudel est personnifiée à deux âges de sa vie : la jeune femme énergique interprétée avec fougue par Sophie Tellier, et la vieille femme usée mais toujours amoureuse incarnée avec une grande sensibilité par Annick Cisaruck. L’actrice endosse également les rôles de la mère et de Rose Beuret, la compagne du sculpteur. Rodin prend les traits de Jonathan Kerr, terrien à souhait, et Vincent Heden apparaît dans plusieurs rôles, tel celui de Paul Claudel, austère et froid, en total contraste avec Hermès, sorte de maître de cérémonie espiègle que le jeune interprète incarne avec humour et tendresse. La partition musicale, jouée au piano par le talentueux Patrice Peyrieras, donne cette teinte intimiste à cette histoire d’amour qui, sur le désir de son auteur, devient intemporelle. Notons que les chanteurs n’ont pas de micro, nous revenons en cela aux sources du théâtre musical. Une jeune danseuse et modèle personnifie les sculptures dans un ballet étrange et captivant. Le maigre budget de production se trouve compensé par des idées intéressantes, accentuant la force de ce spectacle musical impressionniste. Impressionniste, dans le sens où il ne donne pas à voir une histoire très structurée mais permet au contraire de ressentir les élans de la passion de cette femme hors du commun. Un pari audacieux qu’il faut soutenir si l’on aime le théâtre musical exigeant et adulte…

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire