Recherchez

Canada – Saturday Night Fever (Critique)

Le lundi 19 mars 2018 à 8 h 30 min | Par | Rubrique : Canada, Critique

Lieu : Théâtre St-Denis - 1594, rue St-Denis, Montréal (Québec) H2X 3K2 (Métro Berri-UQAM)
Dates : Du 14 mars au 1er avril 2018 - supplémentaires du 29 août au 2 septembre 2018
Horaires : Du mercredi au samedi à 20h00 - dimanche à 16h00
Tarifs :
Informations supplémentaires : Billets disponibles via le 514.790.1111

Nicolas Archambault et la troupe de Saturday Night Fever © Guillaume D. Cyr

Mise en scène & chorégraphie : Stéphane Jarny
Scénographie : Stéphane Roy

Avec : Nicolas Archambault & Wynn Holmes Amélie B. Simard, Joseph Martin, Matthieu Lévesque, Gwendal Marimoutou, Nevedya, David Latulippe, Juliana Casas Herrera, Chad Erick Concepcion, Andréa Condorelli, Kristian Dalisay, José Flores, Cyndie Forget-Gravel, Alexandre Francoeur, Jocelyn Laurent, Lauri-Ann Lauzon, Cassie Mainville, Sarah Steben, Alexandra Trovato,

Saturday Night Fever, le spectacle musical évènement, pour la première fois à Montréal à partir du 14 mars au 1er avril 2018 !
A l’occasion des 40 ans du film culte Saturday Night Fever, qui révéla John Travolta et fit des Bee Gees les rois du disco, Jean Yves Robin, Roberto Ciurleo, Nicole et Gilbert Coullier s’associent pour adapter sur scène Saturday Night Fever.

Notre avis :
Les boules disco étaient à l’honneur lors de la première montréalaise de Saturday Night Fever. Après le triomphe rencontré l’été dernier à Québec, la troupe se retrouve de l’autre côté de l’autoroute 20 pour embarquer ce public friand de spectacle musicaux. Avant même le début de la représentation, l’ambiance est festive tant le spectacle était attendu de pied ferme dans la métropole. Entre un accueil mitigé en France et un succès indéniable à Québec, qu’en sera-t-il pour Montréal ?

Dès les premiers mots de Gwendal Marimoutou (DJ Monty), on observe que le texte a été spécifiquement adapté pour le Québec ; Gwendal se qualifie même de « maudit Français », ce qui fait rire le public. Les expressions québécoises sont distillées tout au long du spectacle, très appréciées par l’assistance.

Sur une scène tournante, encadrée par de nombreuses projections qui situent les lieux de l’action, les vingt interprètes-danseurs se déhanchent et donnent de la voix sur la scène du St-Denis ! On peut dire qu’ils mettent le feu !

La troupe de Saturday Night Fever © Guillaume D. Cyr

Bien sûr, Saturday Night Fever n’est pas uniquement constitué de danse et de musique. Il y a aussi une histoire : Tony, le dieu de la danse, adulé par les femmes et envié par les hommes, trouve son épanouissement tous les samedis soirs sur la piste de l’Odyssée. Le spectacle suit son parcours et les difficultés rencontrées avec ses amis, sa famille et ses petites-amies. De fait, la star est sans conteste Nicolas Archambault, qui interprète le rôle. Sa façon de danser, de bouger et son sex-appeal font saliver la gent féminine… et le reste de la salle. Malgré quelques faiblesses au niveau du jeu, il a un talent inné pour la danse. Son acolyte, Wynn Holmes (Stéphanie) impressionne elle aussi par son savoir-faire en danse ; elle possède une technique sans faille. On regrettera néanmoins que son accent anglophone trop prononcé pose des problèmes de compréhension. Cependant, le couple offre des prestations époustouflantes. Un immense bravo au chorégraphe, Malik Le Nost, qui a su créer ces chorégraphies impressionnantes !

Saturday Night Fever, ce sont aussi 17 chansons, toutes remises au goût du jour. On retrouve donc avec plaisir les succès qui ont fait du film un classique du genre. En outre, le succès repose sur la troupe extraordinaire. Les danseurs et danseuses offrent des prestations à couper le souffle. À chaque numéro, le public en veut toujours plus et il est servi. Nous avons particulièrement apprécié le talent du couple latinos. Le trio de chanteurs (Gwendal Marmoutou, David Latulippe et Nevedya) fait quant à lui se lever les spectateurs !

On aime donc Saturday Night Fever pour sa mise en scène, ses chorégraphies, ses interprètes, ses costumes et décors fabuleux, sans oublier les chansons entraînantes. En revanche, on apprécie moins l’interaction sur vidéo avec les parents de Tony, qui nuit au rythme du spectacle, la faiblesse du second acte et le jeu du couple vedette.

Malgré tout, Saturday Night Fever est un spectacle à découvrir. Entraînant, amusant et nostalgique, il semble assuré de remporter le succès pressenti à Montréal aussi.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire