Recherchez

Chevaliers, le grand tournoi (Critique)

Le samedi 28 octobre 2017 à 13 h 15 min | Par | Rubrique : Critique, Divers, Jeune public, Théâtre musical

Lieu : Théâtre des Mathurins - 36 rue des Mathurins - 75008 Paris - M° Havre-Caumartin, Madeleine ou Saint-Lazare
Dates : Du 7 octobre 2017 au 27 avril 2018.
Horaires : samedi 13h30, dimanches 14h, vacances scolaires 14h ou 16h. (3, 4, 10 et 11 février à 11h)
Tarifs : de 14€ à 29€
Informations supplémentaires : réservations 01 42 65 90 00 - www.theatredesmathurins.com

Spectacle tout public à partir de 4 ans (conseillé jusqu’à 12 ans)

écrit et mis en scène par Olivier Solivérès assisté de Maxime Lepelletier

avec: Frédéric Strouck, Charline Bonrepaux, Tristan Garnier, Vincent Gilliéron ou Anthony Fabien et Victor Bourigault

résumé: Le Sir Baudoin de Pince-Maille organise un grand tournoi de chevalerie pour donner la main de sa fille Blanche. Des concours d’adresse, à l’arbalète ou au tir à l’arc, des combats d’épée, des joutes à cheval et bien d’autres épreuves permettront de départager les chevaliers. L’amour triomphera-t-il dans cette comédie chevaleresque déjantée pleine d’aventures, de chansons et de rires entre Spamelot, Kamelot et les Robins des bois ?

notre avis: Dès l’arrivée dans le théâtre, le public est amené dans une joyeuse ambiance à faire partie intégrante du spectacle. Une joute plonge les enfants dans un univers chevaleresque plein de surprises et de facéties.
Pendant plus d’une heure nous suivons les aventures de Gauvin (Tristan Garnier), jeune ménestrel, qui doit rivaliser avec le chevalier Flubert (Anthony Fabien) pour conquérir la main de la princesse Blanche (Charline Bonrepaux) sous le regard du Seigneur Baudoin (Frédéric Strouck) et de son inénarrable perroquet. Flubert et son fidèle écuyer Crépin (Victor Bourigault) sont prêts à toutes les traitrises pour faire échouer le ménestrel.
L’histoire est bien écrite et les personnages sont bien trempés. Les comédiens sont tous excellents donnant juste ce qu’il faut d’excès sans tomber dans la caricature pour assurer un rythme soutenu dans un humour totalement décalé. On regrettera juste un trop grand nombre de gags de référence qui, s’ils font rire les parents, laissent souvent les enfants en dehors du coup. Il ne leur en reste pas moins une aventure de chevalerie passionnante pour laquelle leur avis est souvent sollicité, une très belle histoire d’amour et quelques moments très amusants.
Le spectacle est agrémenté de chansons remarquablement interprétées. On retiendra surtout la première qui avant le lever de rideau reprend des standards dans une harmonisation médiévale particulièrement réussie.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

Laisser un commentaire