Recherchez

Comme à la maison (Critique)

Le mardi 24 mars 2015 à 7 h 46 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Comédie Nation, 77, rue de Montreuil - 75011 Paris (Métro : Nation)
Dates : 20 et 22 mars 2015
Horaires : Vendredi 21 h, dimanche 17 h
Tarifs : 15 €, 12 €
Informations supplémentaires : Réservations au 09 52 44 06 57 ou sur www.comedienation.fr

MAISON-2-42x59.4_Mise en page 1Un spectacle musical de Mathieu Becquerelle

Mathieu Becquerelle : Piano, voix
Clémence Matthey : Violoncelle
Mise en scène : Olivier Michel

Et si vous sortiez de votre salon le temps d’une soirée pour venir dans le nôtre ? On y est bien installé, entre un piano et un violoncelle, un mug de thé à la main et une chanson dans l’oreille…
Depuis leur plus tendre enfance, Clémence et Mathieu font de la musique ensemble et partagent… presque tout. Mais pourquoi Clémence lui fait-elle faux bond ce soir ?
Car si Mathieu déborde d’idées et d’énergie, il ne sait plus quoi faire en l’absence de sa fidèle accompagnatrice.
Entrez, faites comme chez vous… car cette soirée ne sera pas comme les autres. Vous croiserez une opératrice téléphonique et un infirmier de nuit, Julie Andrews et Whitney Houston accompagnées d’un curé et peut-être même un Bonhomme Pain d’épices…
Des chansons originales et quelques reprises ré-arrangées pour piano-voix-violoncelle, le tout entre humour, tendresse et émotion.

Notre avis: En choisissant de recevoir le public « comme à la maison », Mathieu Becquerelle a souhaité une heure durant, inviter les spectateurs dans ses confidences et ses goûts, plus que de vouloir recréer une ambiance et un décor. Un état d’esprit plus qu’une visite guidée.
Ambitionnant de se confier au public comme on le ferait à des amis, Mathieu Becquerelle convoque donc autour de son piano Whitney Houston, Julie Andrews, Enzo-Enzo ou Nicole Croisille. Entre grands standards américains de la comédie musicale et titres contemporains, il se laisse aller à quelques sentiments, évoque ses émois d’adolescent, revient sur son homosexualité, ses amis, ses passions et tente gentiment d’échapper à une mère pour le moins intrusive. Aux côtés de Clémence Matthey et de son violoncelle, il échange avec la salle, lui fait partager ce qu’il aime, ce qui l’énerve et ce dont il a toujours rêvé.
Comme à la maison, les sujets –inégaux– se succèdent et se mélangent sans réel fil conducteur, ce que l’on peut regretter. Mais on préfère retenir surtout la voix impeccable de Mathieu Becquerelle et la richesse de sa tessiture. Superbe également, la demi-douzaine de chansons originales semées dans le spectacle. Drôles ou profondes, elles racontent son quotidien. Le nôtre aussi parfois. Des titres très réussis où l’artiste avec réalisme, pudeur et simplicité se livre finalement davantage. Il est alors dans son élément, comme chez lui.

 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=nflVOCq0ayM[/youtube]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire