Recherchez

Coup de théâtre(s) (Critique)

Le jeudi 24 juillet 2014 à 9 h 29 min | Par | Rubrique : Critique

Lieu : Gaité Montparnasse - 26, rue de la Gaîté, 75014 Paris
Dates : jusqu'au 27 septembre 2014
Horaires : du mardi au samedi à 21h. Samedi également à 17h (16h30 à partir du 23 août)
Tarifs : de 35 à 18€
Informations supplémentaires : 01 43 20 60 56

coupdetheatreAuteur : Sébastien Azzopardi, Sacha Danino
Artistes : Benoît Cauden, Alyzée Costes, Alexandre Guilbaud, Nicolas Martinez, Laurent Maurel, Olivier Ruidavet, Salomé Talaboulma
Metteur en scène : Sébastien Azzopardi

 

Une Histoire déjantée : Après 10 ans d’Odyssée et 10 ans d’Iliade, Ulysse réclame sa retraite anticipée !
En effet, il combat depuis l’âge de 14 ans, il a tué son premier cyclope à 15 ans et demi, il faut tenir compte de la pénibilité !
Pourtant les Dieux l’envoient de nouveau en mission. Son périple va le conduire dans des contrées étranges où il va croiser Cyrano de Bergerac, Roméo et Juliette, Hamlet, des précieuses absolument ridicules, et bien d’autres encore…

Notre avis:  Nous connaissions les hommages lugubres, – violon larmoyant, voix d’outre-tombe, évocation barbante –  la troupe de Coup de théâtre (s) vient d’inventer un nouveau concept : l’hommage délirant. Qui est sans conteste le plus complet, le plus juste et le plus touchant de tous ! Le plus passionnant aussi, pour qui se laisse embarquer dans cette folle farandole s’emparant chaque soir du théâtre de la Gaité Montparnasse. Elle prend son départ il y a quelques millénaires lorsqu’Ulysse réclame sa retraite après dix ans d’Odyssée. Notre héros va pourtant repartir pour une nouvelle épopée. L’enjeu est de taille : remettre la main sur une quenouille sacrée dérobée aux dieux… En fait de voyage, c’est un génial tourbillon au pays d’Arlequin, de Cyrano et de Feydeau, un pays fait d’alexandrins et de prose, de tirades et de silences, de précieuses ridicules et du songe d’une nuit d’été…
Dans une succession de scènes menées tambours battant, Ulysse va ainsi traverser les siècles, les styles et les œuvres et se retrouver au cœur des plus célèbres pages du théâtre, du classique à l’absurde. Ce voyage pourrait donner mal au cœur. Bien au contraire, il fait un bien fou. Peut-être par son rythme soutenu qui fait naitre chez les spectateurs une curiosité piquante à découvrir la suite ; Sans doute grâce au jeu délirant des comédiens qui accompagnent notre héros à se fondre dans les styles, les répliques et les époques. Une excellente distribution, où Benoit Cauden et Olivier Ruidavet s’en donnent à cœur-joie, confirmant d’ailleurs leur indéniable talent de comédien et une capacité ignorée à porter la perruque brune ou blonde…

Original et surprenant, Coup de théâtre (s) mélange parfaitement les genres, forçant parfois le trait – juste ce qu’il faut -, ne craignant pas, le plus souvent, de pousser le délire jusqu’à l’extrême, sans peur des anachronismes, des instants déjantés et de quelques blagues potaches dans la lignée de Mission Florimont. Débordant de références, le tout s’achève sur un tableau musical que l’on dédiera volontiers à ceux qui n’ont d’artistes que le nom. Peut-être pour rappeler que c’est un vrai métier que de monter sur les planches…
Délirante, cette pièce est indéniablement une déclaration d’amour au théâtre, à ses auteurs, leur imagination, leur plume et leur folie. Mais aussi à ces artistes d’hier et d’aujourd’hui, tous ceux qui s’attachent depuis des siècles à exercer le plus beau métier du monde pour faire rire, émouvoir et toucher tous les publics. En ressuscitant les baladins, les troupes et quelques-uns des héros éternels de la scène, Coup de théâtre (s) offre finalement le plus bel hommage qui soit : celui que l’on rend à des immortels.

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire