Recherchez

Créatures

Le mercredi 14 janvier 2004 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Vingtième Théâtre - 7, rue des Platrières 75020 Paris - Métro Ménilmontant
Dates : du 14 janvier au 13 mars 2004
Horaires : Du mercredi au samedi à 21 h 30
Informations supplémentaires : 01.43.66.01.13

Comédie déjantée et musicale d’Alexandre Bonstein et Lee Maddeford
Mise en scène Agnès Boury
assistée de Sinan Bertrand
avec
Alexandre Bonstein
Christophe Bonzom
Patrick Laviosa
Liza Michael
Ariane Pirie

Il y a un peu de Shrek et Monstres et Cie dans Créatures. A la manière des films des Studios Pixar, le spectacle met en scène quelques vilains personnages qui ont effrayé notre enfance : le loup-garou, Satan, une
vilaine sorcière, la Mort et bien d’autres encore. Ici encore, ces personnages se montrent sous un jour vulnérable. Ils se tiennent à deux doigts de la dépression. Alors que les décors sombres et un musicien monstrueusement rafistolé laissent augurer un spectacle à glacer le sang, en définitive, ce sont vos zygomatiques qui trinquent.

Tour d’abord, la partition est un régal d’humour noir. La musique de Lee Maddeford est bien tournée, mais ce sont surtout les paroles de Alexandre Bonstein, également sur scène, qui vous accrocheront. Prenant appui sur la tonalité lugubre des propos, il distille les bons mots de manière très efficace. Et le mélange inattendu d’horreur et de désespoir confère une humanité attachante à ces laides créatures. Les costumes réussis accentuent leur apparence repoussante, avec une mention spéciale au loup, au vampire et au musicien. C’est un peu « hénaurme », mais ça fonctionne ! Le parti pris est que ces monstres incarnent nos propres angoisses de personnes « normales » : leur peur de ne pas être aimé est aussi forte que la nôtre. Leur méchanceté ne serait pas gratuite, elle tirerait ses origines de la frustration d’amour et ajoute même un obstacle de taille à ce désir d’amour.

Même dans le noir et entouré de montres, il faut rester lucide : le spectacle n’est pas parfait, il manque en effet un livret un peu plus consistant. Sans réel fil conducteur organisé, Créatures est plutôt un spectacle de personnages forts en gueule. Il a l’originalité de tripatouiller la palette de sentiments qui va de la répulsion à l’amour, non sans parenté avec Tim Burton ou The Rocky Horror Show comme l’équipe créatrice le proclame. Ceci mis à part, tant au niveau de la mise en scène, la chorégraphie, et les costumes, tout contribue à une soirée jouissive. Nous évoquions le musicien au clavier : Patrick Laviosa. Non content d’apporter l’accompagnement musical, il fait aussi partie des monstres et son personnage n’est pas en reste de laideur et d’humour aux cotés de Christophe Bonzom et la belle, et pas uniquement en voix, Liza Michael. Enfin Ariane Pirie rallie tous les suffrages avec un aplomb qui ne craint rien et une vigueur dévastatrice. Son Dieu «j’m’en foutiste» pressé est hilarant et sa vilaine sorcière est jubilatoire et tragique en même temps. Avec Créatures, nous tenons là un spectacle terriblement attachant qui attirera ceux qui sont lassés des histoires à l’eau de rose.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire