Recherchez

Critique : Au temps des croisades

Le lundi 21 décembre 2009 à 10 h 36 min | Par | Rubrique : Critique

Lieu : Théâtre de l'Athénée - 7 rue Boudreau 75009 Paris
Dates : du 17 décembre au 3 janvier
Horaires : mardi 19h ; mercredi, jeudi, vendredi, samedi 20h ; matinée du samedi 15h et matinée du dimanche 16h
Tarifs : de 40€ à 20€
Informations supplémentaires : Location : 01 53 05 19 19
Charlotte Saliou, Olivier Hernandez © Elisabeth de Sauverzac

Charlotte Saliou, Olivier Hernandez © Elisabeth de Sauverzac

La compagnie des Brigands se fait un devoir d’exhumer des oeuvres du répertoire lyrique dit « léger », et ce pour notre plus grand plaisir. Et cette année encore, avec l’opéra bouffe : Au temps des croisades, le défi est brillamment relevé.

En plein Moyen Age, Bertrade, la châtelaine, attend depuis trois ans le retour de son époux, parti en Palestine. Ses deux chambrières, Corinne et Carine, attendent elles aussi avec une certaine impatience le retour du châtelain puisque, selon la tradition, ce dernier doit dépuceler les donzelles avant qu’elles ne puissent se marier. Et se marier, elles en ont sacrément envie. Du coup elles échafaudent un plan en détournant ce droit de cuissage. Pourquoi ne pas bousculer les usages et que, au vu de l’urgence de la situation, ce soit la châtelaine qui déniaise les futurs mariés ? Et hop, c’est parti pour un peu moins de deux heures (entracte compris… Ce dernier ayant son importance) de folie pure. Les gags s’enchaînent, servis par une troupe au diapason du metteur en scène Philippe Nicolle et ses méthodes peu traditionnelles (il vient du théâtre de rue et à l’origine de la compagnie des 26 000 couverts, également impliquée dans la production). Ce qui, du coup, insuffle un coup de jeune salutaire dans la troupe qui prend visiblement plaisir à divertir le public.

Déjà auteurs du Sire de Vergy, présenté voici quelques années au théâtre des Bouffes Parisiens, sur une intrigue qui ne manque pas de points communs avec celle de ce Temps des croisades, le couple Terrasse/Franc-Nohain lâche la bride à une inspiration des plus loufoques, que la mise en scène met en avant en ajoutant d’autres anachronismes et des parti pris tranchés. Alors certes l’argument n’est que prétexte, sans doute l’oeuvre mériterait-elle d’être un peu plus resserrée, mais l’ambiance générale l’emporte, grâce au superbe casting, tant vocal que musical. Menés par une Charlotte Sariou absolument irrésistible (qui a juste ce qu’il faut d’abattage et une souplesse défiant toute concurrence), les protagonistes ne ménagent pas leurs efforts pour permettre à chaque spectateur d’éclater de rire.

Un pur plaisir à savourer jusqu’au 3 janvier au théâtre de l’Athénée puis en tournée.

Pour connaître les dates de tournée et en savoir plus sur la compagnie des Brigands, cliquez sur ce lien.

Pour en savoir plus sur les représentations au théâtre de l’Athénée, cliquez sur ce lien.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire