Recherchez

Critique : Se dice de mi, en Buenos Aires

Le mardi 27 juillet 2010 à 10 h 35 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Hôtel Gouthière - 6 rue Pierre Bullet - Paris 10e - Métro Château d’Eau
Tarifs : Tarif plein : 20 euros, Tarif réduit : 15 euros

se-dice-de-miDe Federico  Mora

Mise en scène : Stéphan Druet

Avec Ottavia La Blanca : Sebastiàn Galeota
Alba (la mère) : Nanou Garcia
Elsa (la soeur) : Cécilia Filippi
Claudia (la soeur) : Emma Fallet
Yolanda (la pute) : Laura Lago
Zulma (la grand-mère) : Stéphane Eloy
Alvaro (le bel Argentin) : François Briault
Pedro (le « garde du corps ») : Salem Sobihi

Lumières : Cesko
Costumes et chapeaux : MP / Maquillages : MAC
Chorégraphies : Caroline Roëlands

Metteur en scène touche-à-tout du théâtre musical (opéra, opérette, comédie musicale), Stephan Druet s’est aventuré récemment du côté de l’Argentine. Il a notamment monté Une visite inopportune de Copi à Buenos Aires. Plus près de nous, à l’occasion des Nuits d’été Argentines à l’Hôtel Gouthiere dans le 10e arrondissement de Paris, Druet présente aujourd’hui Se dice de mi en Buenos Aires, une pièce se définissant comme une « revue-cabaret-théâtre argentin » mêlant chansons, numéros chorégraphiés et scènes de comédie.
On y suit l’histoire d’Ottavia (Sebastiàn Galeota), travesti revenant dans la pension de sa mère (Nanou Garcia) à Buenos Aires afin d’y régler ses comptes. Dans cet établissement haut en couleurs se croisent des personnages tout aussi pittoresques : une grand-mère fumeuse d’herbe, deux vieilles filles austères réfrénant leur nymphomanie, un bellâtre macho et une prostituée aux jambes de rêve. Entre cris et crises, les règlements de comptes à la latine ont une propension certaine à l’hystérie. On s’aime, on se déchire, on se quitte, on se retrouve, et comme on est en Argentine, on y danse aussi un peu de tango… mais pas seulement ! Caroline Roëlands, chorégraphe (Panique à bord, Cendrillon) a également ajouté des touches pop latino et… Bollywood !
Musicalement, la pièce utilise des morceaux existants : on y reconnaîtra « Buenos Aires » (d’Evita), la version espagnole de « Mon homme » ou encore « Resistiré » (utilisée dans le film Attache-moi d’Almodovar). Le résultat final est volontairement foutraque, d’une grande fraîcheur, et d’une énergie tout à fait attachante.
Quant à Sebastiàn Galeota (vu dans La Petite Sirène, Piaf je t’aime et plus récemment lors de La Grande fête du théâtre musical 2010) dans le rôle du travesti, il est étonnant.

Se dice de mi en Buenos Aires est un spectacle à découvrir en plein air, dans la cour de l’Hôtel Gouthière où sont aussi proposés snacks et boissons d’Argentine : d’une certaine manière, un petit voyage au coeur de Paris.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire