Recherchez

De toutes manières

Le mardi 8 janvier 2002 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Comédie Caumartin - 25 rue Caumartin, 75009 Paris (M° Havre-Caumartin / Madeleine)
Dates : du 8 janvier au 30 mars 2002
Horaires : du mardi au samedi à 21h30
Tarifs : 26? (TR : 23 et 20?)
Informations supplémentaires : 01 47 42 43 41

une comédie de Pascal Rocher et Philippe Aris
mise en scène : Philippe Aris et Pascal Rocher
avec : Elisabeth Martin (alternance Anne-France Mayon), Jocelyne Cazanobes (Christel Charpentier), Véronique Coelo (Marie-Laure Malric), Pascal Rocher, Jimmy Landais, Hervé Chassing, Stéphane Aubin, Boris de Mourzitch, Gilles Gourmelen, Philippe Aris.

Cette critique est parue lors des représentations de janvier 2000

Sainte Dalida, priez pour eux !
Trois homos, un étudiant perturbé, un steward volage et un chanteur débutant, ex-amants, partagent un appartement. L’étudiant, qui est encore « dans le placard », souhaite faire son coming-out à ses parents. L’aide (?) de ses deux co-locataires, celle des copains tous plus folles les uns que les autres et celle de la concierge ne seront pas de trop pour y parvenir.
Après une première série de représentations au Théâtre Rive Gauche en fin d’année dernière et une deuxième à la Comédie de Paris, De toutes manières a pris depuis quelques semaines ses quartiers d’été (et d’automne) à la Comédie Caumartin. Si vous vous êtes promené dans le Marais (un lieu particulièrement approprié au sujet) récemment, vous n’avez pas pu manquer les flyers de ce spectacle.

On rit souvent, et de bon coeur, dans la pièce tant le monde gay gay gay est croqué avec acuité. Pascal Rocher et Philippe Aris (les auteurs,metteurs en scène et interprètes des deux héros aidant le jeune « coming-outable ») ont du talent et de la tendresse pour leurs personnages et la faune colorée qui les entoure. Les répliques qui font mouche fusent et on s’y reconnaît fatalement (ou on reconnaît ses amis du milieu). Un bémol : la concierge espagnole – avec accent bien exagéré – semble appartenir à la tradition boulevardière d’un autre temps (Michel Leeb parlant petit-nègre par exemple). Le rythme reste en permanence soutenu et les tubes disco assurent la transition entre les actes et aident le public à garder l’ambiance. C’est d’ailleurs un spectacle qu’on revient voir en bande si j’en juge par le nombre de spectateurs branchouilles qui connaissaient par coeur les meilleures saillies.

Qu’on se le dise cependant, De toutes manières est une pièce tous publics. Pas besoin d’être gay pour suivre mais inversement, quand on l’est, on ne se sent pas agressé comme après une diffusion de Pauvre France ou de La cage aux folles à la télé. Non là, homos, hétéros et indéterminés peuvent passer une bonne soirée ensemble. Et qui sait, vous pourrez peut-être y emmener vos parents, juste avant de leur dire « eh bien, justement, moi aussi… ».

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire