Recherchez

Emilie Jolie, le film (Critique)

Le vendredi 14 octobre 2011 à 12 h 55 min | Par | Rubrique : Zoom

Emilie Jolie, le film

32 ans après sa création en 1979, Emilie Jolie arrive en version cinéma. Ne vous attendez pas à retrouver à l’écran le conte musical tel quel. L’histoire a été totalement réécrite pour l’occasion. Ici pas de narrateur qui guide Emilie au travers des pages de son livre. Une grande partie de l’intrigue repose sur les lapins bleus qui ont perdu un des leurs. Contrairement au conte, où Emilie rencontre toute une pléiade de personnages lors de sa quête du prince charmant, ici, le hérisson, les lapins, le petit caillou et l’oiseau bleu accompagnent Emilie tout au long de ses aventures.
Côté graphique, on découvre avec plaisir un univers en 2D plein de poésie. Patrick Clerc, Eric Guillon et Alexandre Hesse ont parfaitement su donner un visage à ces personnages mythiques tout en restant fidèles à l’œuvre initiale de Philippe Chatel, sans esbroufe technique inutile. Ils ont également apporté une touche de modernité notamment avec la sorcière et son château industriel rouillé, ainsi qu’avec son acolyte Belzébuth interprété par Elie Semoun .
La sorcière est d’ailleurs beaucoup plus  méchante et angoissante que celle du spectacle musical. Le suspense est de mise, face à tous les sorts qu’elle jette à Emilie et ses amis. Ce parti pris procure d’ailleurs à ce film d’animation plus une allure de film d’aventures que de conte…
La bande originale se compose de sept chansons enregistrées en 1979 (Emilie et le grand oiseau, la chanson de la sorcière, du petit caillou, de l’autruche, et du hérisson, et le final), Quatre chansons inédites ont également été écrites pour le film. Petite cerise sur le gâteau, La chanson des lapins bleus a été réarrangée façon manouche, un régal !
Malheureusement toutes les chansons ne s’intègrent pas aussi facilement à ce nouveau scénario. Ainsi la chanson des lapins bleus ou de la sorcière font mouche alors que celle du hérisson tombe complètement à plat.
Néanmoins, la chanson finale interprétée par Henri Salvador associée aux magnifiques images de ce film d’animation procure une émotion intense qui ne laissera pas les nostalgiques insensibles… Quant aux enfants, ils ressortiront enchantés par ce tendre moment de poésie.

 

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire