Recherchez

Enooormes (Critique)

Le jeudi 18 janvier 2018 à 8 h 42 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Trévise, 14, rue de Trévise 75009 Paris - M° Grands Boulevards
Dates : Du 4 janvier au 31 mars 2018
Horaires : jeudi, vendredi et samedi à 21h00 - matinée : samedi à 17h00
Tarifs : 32 euros - 25 euros CE et étudiants
Informations supplémentaires : 01 48 65 97 90 - et sur le site : srcspectacles.com

Une comédie musicale mise en scène et chorégraphiée par Emanuel Lenormand
Avec Cecilia Cara – Anaïs Delva – Marion Posta
Et en alternance : Magali Bonfils – Dalia Constantin – Claire Pérot

Textes et paroles : Alyssa Landry et Emanuel Lenormand
Musique : Thierry Boulanger
Graphiste Affiche et vidéo : Olivier Dusautoir- Costumes : Benjamin Lefebvre

Résumé : Aidées de 16 chansons, elles vont nous confier leurs angoisses , leur impatience et leurs joies. »Enooormes » est l’histoire de trois femmes… profondément différentes mais amies avant tout, elles ont un point  en commun : elles vont prendre du bidon, toutes et en même temps ! Pour l’une, c’est une bénédiction, pour l’autre un dilemme. Quant à la troisième, elle est célibataire et elle assure grave! Seront -elles prêtes? Le compte à rebours est lancé : Plus que 6 mois… 4 mois… 3 jours… 2 heures… Vivons ces neuf mois en leur compagnie afin de tout savoir.

Notre avis : Des couches, des kilos, du stress et des fraises… la grossesse est une histoire universelle. Si elle fait angoisser et pleurer, la voilà désormais mise en scène, chantée et (très bien) jouée sur les planches du théâtre Trévise. Le spectacle s’intitule tout logiquement énooormes. Pas très subtil certes, mais pour le moins imagé et bien trouvé pour cette comédie musicale « et péridurale » à l’affiche depuis le 4 janvier. Ou comment trois jeunes femmes vont vivre les neuf mois qui les séparent de leur accouchement…
« Condamnées à neuf mois et vingt ans de travaux forcés » -le seul point commun de ces trois amies bien différentes- les voilà affrontant ensemble cet inéluctable compte à rebours où les envies de macarons succèdent aux cours de langage enfantin et l’inévitable choix des prénoms aux entrainements des futurs changements de couche. Ça ne sent pas la rose, plutôt clairement le vécu, avec des répliques drôles, un ensemble rythmé et un parfait trio menant cette grossesse tambour battant. Très à l’aise, la pieuse Capucine (Cécilia Cara), la fashion victim Barbara (Marion Posta) et la célibataire (Anaïs Delva) se complètent parfaitement tant dans leur personnalité que dans leur jeu… Servies par une écriture réaliste qui, sans être caricaturale, sait appuyer là où il faut pour déclencher les rires, elles en tirent chacune le meilleur pour incarner ces femmes enceintes aux envies ou aux réactions étranges, que nous avons tous un jour côtoyées. De l’après-midi « thé entre copines » aux crises d’angoisses, les scènes sont plus vraies que nature, avec juste ce qu’il faut d’exagération… quoique! L’ensemble est d’ailleurs si bien écrit et mené, qu’il se serait presque suffit à lui-même. Car le texte contraste parfois hélas avec certaines chansons aux paroles faciles et qui n’apportent d’ailleurs pas grand-chose au récit. On le regrette d’autant plus que réunir ces trois fameuses voix du théâtre musical est un moment rare et que les auteurs ont réussi à éviter l’écueil d’un spectacle s’adressant spécifiquement au public féminin. Bien au contraire, les rires masculins ne manquent pas ! Nerveux, gênés ou fascinés, les hommes n’ont pas fini de tenter de percer le mystère des femmes enceintes et celles-ci, grenouille de bénitier, addict du jean taille-basse ou fière d’avoir fait un bébé toute seule n’ont pas fini de rire, pleurer et de s’émerveiller, tout en se trouvant énooormes évidemment !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire