Recherchez

Epouse-moi !

Le dimanche 21 janvier 2007 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique

Lieu : Théâtre Maurice Ravel - 6 avenue Maurice Ravel 75012 Paris
Dates : du 13 novembre au 14 décembre 2008
Horaires : Du jeudi au samedi à 20h30. Le dimanche à 17h.
Tarifs : 13 euros.

Une comédie musicale de Camille Turlot et Eric Szerman.
Mise en scène de Patrick Alluin.

Avec Camille Turlot, Isabelle Turschwell, Nathalie Macé, Virginie Bracq et Cyril Barbessol au piano.

Assistante mise en scène : Caroline Poncet.
Chorégraphie : Jeanette Damant.
Costumes : Alain Blanchot.
Assistant costumes : Guillaume Villette.
Scénographie : Olivier Nourisson.
Lumières : Eric Charansol.

Le sujet de Epouse-moi! est un classique indémodable, avec ici un traitement original. Le matin de son propre mariage, le jeune Alex est saisi d’une peur panique. Les interventions de la mère, de la future épouse présumée ou d’autres personnages qui se bousculent dans sa tête n’arrangent rien. Va-t-il y aller ou pas ? La première partie du spectacle exploite les clichés comiques autour du mariage et leur ajoute un traitement plaisant de comédie musicale. On aurait pu en rester à un simple spectacle brocardant le mariage, mais à mi-parcours, les clés de l’angoisse du futur marié surgissent. La caricature d’une institution se transforme, pour Alex en une démarche personnelle pour dénouer le sac de noeuds de sa propre histoire. Il entreprend enfin une réconciliation avec lui-même, une deuxième naissance en quelque sorte. La mise en scène s’engouffre dans cette rupture de ton, autant pour faire rire que secouer le public. En effet, il est aisé de se reconnaître dans le personnage tragi-comique d’Alex. Les chansons accompagnées au piano sont plutôt élaborées. Elles sonnent bien et les interprètes savent prolonger les textes parlés en toute fluidité. Le soin est indéniable à réaliser cette synthèse difficile du parlé, du chanté, et du jeu de scène. On reste avant tout dans une comédie qui a l’avantage d’intégrer des chansons et cette entreprise est une réussite. On la réservera toutefois aux adultes avec un peu de vécu pour en apprécier les situations.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire