Recherchez

Festival de Sarlat : Jean-Luc Annaix fait sa conférence

Le dimanche 19 juillet 2009 à 12 h 05 min | Par | Rubrique : Zoom

Jean-Luc Annaix

Jean-Luc Annaix

Jean-Luc Annaix, présentez-nous votre Authentique histoire de la comédie musicale.
Il s’agit d’une conférence très documentée qui balaye toute l’histoire de la comédie musicale, de ses origines européennes à son apogée aux Etats-Unis.

A quoi ressemble cette conférence animée et chantée ?
Christine Peyssens, comédienne-chanteuse, et moi racontons au public l’histoire de la comédie musicale et, pour être encore plus concrets, nous interprétons des extraits de manière spontanée, j’allais dire à brûle pourpoint, c’est-à-dire sans play-black, sans filet, en direct et a capella.

Comment vous en est-venue l’idée ?
J’ai eu envie – pour moi  d’abord – de connaître les racines de ce genre artistique qui me passionne depuis mon adolescence. Comprendre pourquoi des artistes autrefois ont eu envie de faire appel à plusieurs disciplines pour raconter une histoire. Ensuite, très sincèrement, j’ai eu envie de partager mon savoir avec le public qui au cours de cette conférence apprend beaucoup de choses qu’il ne soupçonnait pas.

Quels types d’extraits y trouve-t-on ?
On peut entendre au moins une vingtaine d’airs. Cela va de L’Opéra de Quat’ sous de Kurt Weill et Bertold Brecht à “Old man river” de Jérôme Kern en passant par La Servante Maîtresse de Pergolèse ou encore “Clap yo’ hands” tirée de Oh, Kay! de Gershwin… Sans oublier Les Demoiselles de Rochefort en hommage à Michel Legrand et Jacques Demy, un Nantais…

Quels sont vos projets pour la saison à venir ? Qu’a donné votre lecture dans le cadre de Diva 2009 ?
Le Théâtre-Nuit que je dirige va partir en tournée en France, en Suisse, à l’Ile Maurice avec Battements de Cœur (pour duo de cordes) et Minuit Song, deux comédies musicales que j’ai écrites. Je mets en scène pour octobre prochain un spectacle de théâtre chanté avec 20 comédiens amateurs qui a pour titre Prévert en Octobre et qui raconte l’histoire du célèbre Groupe Octobre et sa complicité avec Jacques Prévert. Et je prépare pour l’année 2010 une nouvelle création – Cauchemar à Venise – que j’ai co-écrite avec Michel Arbatz,  une sorte de comédie musicale sur l’univers musical de Vivaldi.
Nous en sommes au stade de la production. La lecture de juin dernier avec Diva à Paris a été plus que prometteuse. Je croise les doigts mais, pour le moment, c’est très bien engagé…

Basé depuis toujours à Nantes où vous développez vos spectacles musicaux, quel regard portez-vous sur le théâtre musical parisien ?
Il y a actuellement un foisonnement de spectacles, comme un renouveau qui sent bon. J’espère que, tout comme le cirque et la danse, le théâtre chanté va connaître une période faste. Car je ne comprends pas pourquoi il n’ y a pas plus de propositions notamment chez les auteurs et les compositeurs.  C’est un genre si séduisant. Exigeant mais séduisant. Avec Jonathan Kerr, je viens d’ailleurs de rédiger un manifeste, une sorte de coup de gueule pour que le théâtre musical soit davantage reconnu par les institutions et les programmateurs. Ce manifeste paraîtra à l’automne prochain aux Editions L’œil du Souffleur. Nous sommes très reconnaissants à  Astrid Cathala, une jeune éditrice pleine de fougue et d’idée, de s’intéresser à ce genre artistique qui mérite encore davantage d’être connu.

Retrouvez toutes les infos sur le festival de Sarlat sur le site officiel.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire