Recherchez

Footloose (Critique)

Le dimanche 24 octobre 2010 à 12 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Espace Pierre Cardin 1 Avenue Gabriel 75008 Paris
Dates : Du 12au 31 octobre 2010, puis du 18 décembre 2010 au 11 janvier 2011
Horaires : Du mardi au samedi à 20h30, matinées le samedi et dimanche à 15h30
Tarifs : De 20,80 EUR à 48,30 EUR
Informations supplémentaires : 01 44 56 02 02

Footloose-2010-uneLivret : Dean Pitchford & Walter Bobbie
Lyrics : Dean Pitchford & Kenny Loggins
Musique : Tom Snow
Mise en Scène : Raphaël Kaney-Duverger et Guillaume Ségouin
Traduction & Adaptation française : Nicolas Laugero-Lasserre et Jacques Collard

Avec : Arno Diem, Alexis Loizon, Fabrice De La Villehervé, Lisbet Guldbaek, Tatiana Matre, Gwenaëlle Deram, Eric Nicolas, Caryn Trinca, Nicolas Turconi, Cerise Calixte, Lina Soltz, Christian Schummerdans, Stéphanie Gineau, Adrien Ouaki, Yann Hervé.

Depuis l’accident de voiture qui a emporté son fils, le Révérend Shaw Moore s’est donné pour mission de préserver la jeunesse de toute forme de perversion. La danse et la musique « qui mènent au mal » y sont totalement interdites. Vivant à Chicago, Ethel McCormack et son fils Ren sont contraints de quitter la grande ville pour s’installer à Beaumont. C’est donc dans ce contexte difficile que Ren, jeune danseur, débarque dans cette petite bourgade aux moeurs strictes. Essayant d’abord d’ignorer la loi, il va finalement décider de la combattre et prouver au Révérend que la danse et la musique ne mènent pas nécessairement à la dépravation. C’est ainsi que Ren attirera aussi l’attention de la belle Ariel, la fille du Révérend dont il est tombé amoureux…

——– Notre avis :

Ce Footloose français déçoit dans son exécution aussi bien artistique que technique. En particulier, la troupe peine à trouver un rythme de jeu naturel, ce qui fige les personnages dans des caricatures et annihile toute émotion. C’est un comble pour un spectacle dont les ressorts sont la confusion des sentiments chez les adultes et la montée de la révolte des adolescents. Il faut dire que les artistes ne sont pas aidés par une adaptation sans esprit, des chorégraphies plus mécaniques qu’expressives et une mise en scène sans finesse, dont le summum est certainement l’apparition fantomatique d’un figurant déguisé en casseur des banlieues à chaque  évocation du fils décédé. Concernant la réalisation technique, passent encore les pans lumineux du décor où défilent des animations dignes des débuts de l’industrie du jeu vidéo, mais la sonorisation doit être améliorée : on entend plusieurs fois chuchoter les artistes en coulisse, un solo poignant démarre sans amplification et une embrassade cruciale engendre un choc sonore et risible entre 2 micros. Heureusement, Arno Diem et Nicolas Turconi sauvent le spectacle du naufrage complet. Le premier, avec sa gueule d’ange et sa voix au dessus du lot, assume son statut de star et fait preuve d’un réel charisme vis-à-vis du public qui l’ovationne de bon coeur. On lui pardonne volontiers de ne pas être tout à fait crédible comme rebelle. Le second  incarne parfaitement son rôle de brave confident, bêta et attachant, et mène son solo vocal avec brio. Au final donc, on ne conseillera Footloose qu’à un public jeune (celui dans la salle a l’air emballé)… et surtout indulgent !

Articles liés :

Julianne Hough partenaire de Chace Crawford dans le remake de la comédie musicale Footloose
La comédie musicale Footloose en octobre à Paris
Beggar's Holiday ou le rêve d'un mendiant !
Hamlet (Critique)
Voca People (Critique)
La comédie musicale Footloose à Québec à l'été 2018

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , ,

17 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. ça c’est une critique trop bizarre !!! A t-on vu le même spectacle ??? j’y suis allé hier après midi et j’ai adoré ! C’est un spectacle simple et épuré pour une fois et qui met l’artiste en avant ! l’équipe sur le plateau a une énergie incroyable et une générosité magnifique ! c’est dur de ne citer que les 2 garçons principaux, ils sont 15 et justement nous avons l’impression qu’il forment vraiment une troupe et qu’ il n’y a pas pas de « star » !
    ça chante, danse et joue super bien ! s’il n’y a aucune émotion comme vous dites, pourquoi les spectateurs dont je faisais parti et ceux autour de moi rient et sont émus ? c’est un spectacle de très bonne qualité ! les problèmes techniques dont vous parlez ne sont pas à mettre en avant car cela arrive même pour d’énormes productions ! cela prend 3 lignes dans votre compte rendu !!! on sent une frustration inquiétante dans votre « analyse »! Vous avez raté votre carrière artistique ou quoi ? vous vous arrêtez sur des détails idiots comme l’apparition du fils fantôme que l’on voit 2 fois subtilement pendant 30 secondes ! A propos tous ceux qui portent une capuche sont des casseurs ??? wow !!! ça c’est de la critique fine !!!
    bref ! j’aimais ce site pour son professionnalisme mais là faudrait que le chroniqueur prenne quelques vacances car à ce rythme là, on ne va pas aller loin ! vive FOOTLOOSE et merci à la troupe de m’avoir donné autant ! je ne suis ni jeune ni indulgent !!!

  2. À l’Espace Cardin, jusqu’à Samedi soir, j’étais inquiet:
    Bonne ambiance dans la salle, public très réactif, et aucun signe des Ayatollahs de la comédie musicale!
    Ouf, vous vous êtes manifestés! Trop de bonheur.
    Merci doux Regard!
    Raph (un des 2 metteurs en scène)

  3. sans commentaire !!! ah si merci à David d’avoir souligné la débilité de la comparaison des casseurs !
    guillaume (l’autre metteur…)

  4. meow ! love a good comment catfight… alors footloose c’est la lose ou la win ?
    BRING IT !

  5. Les commentaires précédents confirment que dans le paysage de la comédie musicale française, nous n’avons qu’une seule possibilité lorsque l’on parle d’un spectacle : l’aimer à tout prix.
    En effet, Thomas n’a manifestement pas aimé Footloose et explique pourquoi de façon argumentée, avec sa perception des chose : il devient un « ayatollah », ou alors il est accusé de ne pas avoir vu le spectacle… La critique publiée par Pierre sur Musical Avenue a subi un « traitement » équivalent dans les commentaires.

    Je n’ai pas vu le spectacle, et ne peut donc pas prononcer d’opinion à son sujet. Mais l’attitude dictatoriale des « adorateurs » qui attaquent de façon agressive et sans argument les personnes qui expriment une opinion négative me donne encore moins envie que les critiques peu élogieuses que j’ai pu lire. En particulier quand cela vient des metteurs en scène…

    Tout cela en dit long sur le narcissisme qui règne dans ce milieu, qui ne reconnait comme valables que les seules appréciations positives.

  6. Bonjour Samuel,

    je suis le premier à trouver suspectes les critiques sans nuances des adorateurs comme celles détracteurs (destructeurs?) et je trouve encore plus gênantes les critiques faisant se succéder « bons mots », remarques stériles et comparaisons douteuses. Avec Footloose, personne (au sein de l’équipe artistique) ne prétend révolutionner le genre, ni s’aligner sur les mastodontes de la comédie musicale. L’oeuvre n’est pas majeure et le spectacle, crée en 5 semaines, se veut léger et distrayant. Les soucis techniques des premières représentations ont été réglés.
    Qu’on trouve ça raté pourquoi pas, mais parler de naufrage me semble disproportionné!
    Est-ce un élan de narcissisme?
    Il me semble que j’arrêterais ce métier si j’attendais qu’on me caresse dans le sens du poil.
    Est-il nécessaire, à une période où les salles peinent à se remplir, qu’un site « pro » comme Regard en Coulisse, décourage définitivement un public déjà frileux ?
    Raph

  7. A Samuel : il y a critique et critique. En l’occurrence, la critique de Pierre sur Musical Avenue me semble, pour le coup, absolument ‘critiquable’ : critique sans aucun point positif le lendemain de la première avec une évidente mauvaise foi dont témoigne l’inconscient qui parle lorsque ledit Pierre avoue au détour d’un titre que, de toute façon, il considère Footloose comme une oeuvre originale déjà peu convaincante. Dans ce cas là, le verdict est présent avant même d’avoir vu le spectacle. Et, de facto, lorsque le critique ne se rend même pas compte de la présence des musiciens live qui sont remerciés en fin de spectacle, cela pose question sur sa compétence et sur sa ‘présence’ (intellectuelle et émotionnelle) dans le spectacle. Comme lorsqu’un autre soi-disant spectateur avance que l’interprète principal ne sait pas danser…

    En l’occurrence, la critique de Thomas est plus balancée puisqu’il reconnaît que le public de la salle a l’air emballé (même si tout dans cette phrase doit être dans le ‘a l’air’) et trouve même quelques qualités à certains interprètes. Reste que sa comparaison avec les jeunes de banlieue, j’en suis désolé, me semble en effet très décevante ‘dans son exécution aussi bien artistique que technique’ et qu’en tant que spectateur pas si jeune de ce spectacle, non membre de la production et ayant même payé ma place (et oui…), j’ai pour ma part ressenti beaucoup d’émotions lors du spectacle, j’ai ‘eu l’air emballé’ (parce que je l’étais) et j’ai trouvé l’ensemble de la troupe très convaincante (à quelques petits moments près, mais pas grand chose si l’on considère que la proximité entre les acteurs et les spectateurs permet de voir ce qui ne se verrait pas dans une salle plus spacieuse), tout en déplorant quelques problèmes de son, une ou deux scènes, et d’avoir par rares moments les spots dans la figure. En tout cas, rien pour gâcher une excellente soirée. Bravo et merci aux metteurs en scène (même si j’avoue trouver à la fois bizarre qu’ils interviennent ainsi sur le site et tout à fait rafraîchissant et finalement anti-narcissique qu’ils le fassent en se présentant comme tels).
    Longue vie à ce spectacle qui, une fois réglé dans les quelques mois qui précèdent la reprise, devraient être encore meilleur. Les metteurs en scène, si vous voulez m’inviter, je suis preneur. Sinon, je reviendrais sans doute quand même pour voir comment ça a évolué…

  8. Pour faire part d’une sensation de non metteur en scène, juste artiste moi aussi, mais pas sur ce show, voilà. J’ai été transporté par la pêche des artistes les premières minutes, danse et chant, adaptation pour moi bonne. Malheureusement je dois dire que les jeunes femmes qui sont d’excellentes danseuses et de bonnes chanteuses, ne tiennent pas la route face aux rôles qu’on leur donne et il y a des moments géniaux comme des moments sans émotion, faux dans le jeu mais surtout très faux dans la mélodie, la voix. Les artistes font tous les rôles et se fatiguent au fur et à mesure du spectacle. Le son est très mal réglé, effectivement, et on voit les artistes en coulisses par les découvertes des côtés …
    Malgré tout, je ne trouve pas les chorégraphies rigides, au contraire, et je pense que l’adaptation est très bien hormis les chansons des trois femmes adultes et de celle de la mère, trop difficiles à défendre.
    J’ai vraiment aimé le fiancé brun, et les deux compères dont parle la critique, le père du défunt et les filles ont une bonne énergie.
    J’ai donc trouvé le spectacle très inégal, parfois excellent parfois très mauvais (chant, jeux). Par contre, j’aime décors et créa lumière (il en faut pour tous les goûts !!)

  9. @Candide : C’est difficile d’accuser Pierre de « mauvaise foi », lorsqu’il explique ne pas aimer l’œuvre originale… Je trouve au contraire que ce n’est qu’honnêteté de sa part, et ça permet une lecture moins « premier degré » de ce qu’il écrit. Pour ma part, par exemple, j’avais détesté le film Chicago avec Richard Gere, je n’aimais ni l’ambiance, ni la musique, ni rien… Et pourtant, j’ai du, pour faire plaisir à celle qui est devenue ma femme, aller le voir (à reculons) au Casino de Paris en version française qui plus est… J’ai pris la claque de ma vie, j’ai adoré (et je me suis demandé comment ils ont pu merder le film comme ça… même si je suis le seul !) Cela aurait très bien pu arriver à Pierre avec Footloose, ça n’a pas été le cas… Quant aux musiciens, il faut bien lire : « on se demande toujours où se situaient les quatre musiciens annoncés ». Cela prouve simplement que de là où il était il ne les a pas vus… Rien de plus ! Cela a été expliqué dans les commentaires de l’article et d’autres personnes ont confirmé ne pas avoir vu les musiciens selon leur placement dans la salle.

    @Raph : Je ne pense pas que des critiques, fussent-elles aussi négatives que celles-là, découragent le public. La première raison, c’est que quand un spectacle est vraiment bon, il fonctionne. Mike au Comédia est un excellent exemple, tout comme Chance! en son temps, pour prendre quelque chose de pas médiatique. La critique est une chose, le bouche à oreille est infiniment plus puissant ! Deuxième raison : Regard en Coulisse, comme la plupart des sites internet, laisse à tout le monde le soin de s’exprimer dans les commentaires. Je ne connais pas un internaute qui lit uniquement l’article… En général, il va même passer plus de temps sur les commentaires ! Et je remarque également que les critiques les plus négatives suscitent le plus de réactions, et permettent finalement de lancer un débat souvent très intéressant. Il me semble par ailleurs que les critiques de la presse sur le cinéma ne correspondent qu’assez rarement avec le box-office… Pourquoi n’en serait-il pas ainsi dans le petit milieu du spectacle musical ?

    S’il le mérite, et c’est au public de décider, j’espère que Footloose sera un succès. Parce que ça a le mérite d’exister, que ça trouve manifestement un public et que des personnes ont certainement travaillé dur sur ce projet. Cependant, si ce n’était pas le cas, insinuer que Regard en Coulisse ou n’importe quel média serait responsable du fait que les salles ne soient pas remplies me parait extrêmement facile et condamnable. Cela consisterait à dire que n’importe qui peut faire le spectacle le plus mauvais du monde, il ne faudrait surtout rien dire parce que ça ne remplirait pas les salles ? Ou arrêter d’écrire des critiques ?

    Après le problème des critiques est toujours le même : les gens en veulent, ça fait partie des articles les plus demandés et les plus lus ; si elles sont toutes gentilles, personne n’y croit. Si les chroniqueurs sont honnêtes et disent clairement quand un spectacle leur plait ou ne leur plait pas, on les accuse de tous les maux et de ne rien y connaitre… Il semblerait que dans le milieu artistique, la critique et l’art soient aussi difficiles 😉 C’est la vie !

  10. Il faut arrêter: les journalistes ne peuvent pas toujours faire des bonnes critiques pour plaîre aux producteurs et aider au remplissage des salles… Quand c’est moyen ou médiocre il faut le dire sinon on n’est plus crédible.
    Là, c’est carrément MAUVAIS. Rien à dire d’autre.

  11. @ Samuel : même si ça n’a pas grande importance, Pierre n’explique en rien qu’il n’a pas aimé l’œuvre originale. Il le laisse apparaître au détour d’un titre. En revanche, il explique qu’il attend avec impatience la sortie du remake cinéma en laissant supposer que ça pourrait, je cite, ‘redonner une deuxième chance à cette comédie musicale’. Son argumentation est pour le moins alambiquée. Et, tu avances que tu es allé voir un spectacle que tu pensais ne pas aimer parce que tu accompagnais quelqu’un. Lui est allé à un spectacle qu’il pensait ne pas aimer pour en faire une critique. Ce n’est pas exactement la même chose…
    Idem pour les musiciens puisqu’il avance en fait : ‘ Dernier point, et pas des moindres, si l’affiche met fièrement en avant la mention « live music » (pourquoi in English?), en sortant de la représentation, on se demande toujours où se situaient les quatre musiciens annoncés’. J’en conclus, j’en suis désolé – mais on le comprend par sa critique- qu’il n’a pas même vu ces musiciens lorsque les artistes les font applaudir, ce qui est étrange. Ceci dit, iI m’est aussi arrivé de partir avant la fin d’un spectacle que je trouvais mauvais… Si je pouvais le faire discrètement…

    Enfin, merci à Yentl pour sa contribution très bien étayée et pleine de nuances. Je suis d’accord avec ses deux premières phrases. Pour la suite, je dirais simplement : Pouet, pouet, tsoin, tsoin, tagada…

  12. aller faut vraiment arreter ce débat complètement stérile « pour ou contre la critique » qui ne concerne que quelques personnes. je sors d’une soirée d’enfer à l’espace cardin suivi d’un super resto dans le quartier. ce spectacle m’a redonné la pèche. c’est simple, sans prétention mais ovationné par un public conquis ! un vrai public, celui qui a payé sa place et qui vient de bonne foi, pas celui des pseudos « journalistes » critiques invités et qui, à peine assis se demande comment casser le spectacle. d’abord on vous a rien demandé, ni votre avis, ni vos jeu de mots douteux, ni vos comparaisons dignes d’une rédaction de 5ème ! l’autre yenti avec son  » c’est très mauvais » ça veut rien dire ! c’est con ! critiquer une oeuvre, c’est donner SON point de vue, SON ressenti et pas une formule à l’emporte pièce. . c’est ça qui n’est pas crédible ! voilà moi, quand je vois comme ce soir un public applaudir sincèrement une troupe gèniale qui s’est donnée à fond pendant 2 heures pour faire oublier aux spectateur les galères d’une France aussi mauribonde que certains avis désabusés, extrèmes de ces donneurs de leçons très franco-français, je me dis que la vérité est là, tout simplement !!!

  13. Pour ma part, j’ai lu les critiques avant d’aller voir le spectacle, je n’ai pas été découragée. L’avantage c’est que du coup, je ne m’attendais pas a un chef d’oeuvre. Bref, j’ai passé un bon moment quand même. Cependant je comprend tout a fait le point de vue du redacteur de la critique de regard en coulisse.
    Au niveau des musiciens, je comprend la aussi ce qu’il veut dire. Lorsque l’on est placé à l’orchestre on ne voit pas les musiciens puisqu’ils sont en hauteur. Et lorsque démarre la bande son (car tout n’est pas en live), je trouve que ca manque de pêche (surtout au niveau du rythme, d’après ce que j’ai compris il n’y a pas de batterie en live…)
    Par contre au niveau de la technique, il y a un réel problème… Le son est pas terrible (on entend beaucoup les respirations…) et je ne suis pas tombé sur le bon jour sans doute mais le comédien principal a eu un probleme de micro pendant quasiment toute la deuxieme partie. Alors qu’un micro lache, ca arrive, mais qu’on ne soit pas capable de rectifier ce problème je trouve ca dommage, vraiment !

  14. Moi fan de ce genre de spectacle je dis…BRAVO
    bravo à ce spectacle de fin d’année… mais bon aprés fame et hair on à la preuve que le chorégraphe n’a rien compris a la comedie musicale… crée en 5 semaines…et alors le public paye lui!!!!
    Il y a en france des chanteurs..acteurs..danseurs et sur ce show il y a des bon…même de très bon.
    Mais la mise en scene et chorégraphie….non!!heu Londres n’est pas loin..allez prendre des cours et arrêtez d’être prétentieux et de penser pouvoir faire mieux……….les metteurs comme vous dites arrêtez de mettre..
    et comme j’ai vu sur les flyers…
    vivement HAIRSPRAY

  15. Moi fan de ce genre de spectacle je dis…BRAVO
    bravo à ce spectacle de fin d’année… mais bon aprés fame et hair on à la preuve que le chorégraphe n’a rien compris a la comedie musicale… crée en 5 semaines…et alors le public paye lui!!!!
    Il y a en france des chanteurs..acteurs..danseurs et sur ce show il y a des bon…même de très bon.
    Mais la mise en scene et chorégraphie….non!!heu Londres n’est pas loin..allez prendre des cours et arrêtez d’être prétentieux et de penser pouvoir faire mieux……….les metteurs comme vous dites arrêtez de mettre..
    et comme j’ai vu sur les flyers…
    vivement HAIRSPRAY
    Olivia

  16. Alors :

    1- C’est justement à la première de presse que le son se doit d’être prêt. Ce n’est pas un filage.

    2-Lorsque la mise en scène est réussie, ce genre de débat n’a pas lieu et tout le monde est content.

    3-C’est le devoir des critiques et des journalistes d’informer les gens au sujet du spectacle pour lequel ils vont dépenser de l’argent afin d’y assister. Et il faudrait que la comédie musicale parisienne devienne un vrai genre genre professionnalisé et non une sorte de club restreint où les gens n’osent rien dire et ne font que se cirer les pompes pour être sûr de pouvoir continuer à travailler.
    Il est proprement hallucinant que donner son avis puisse déchaîner autant les passions. Regard En Coulisse fait son travail et ce n’est pas non plus cet article (du reste plutôt objectif, poli et bien tourné … allez jeter un oeil aux critiques qui sortent à Broadway ) qui risquerait de nuire à Footloose si le spectacle était réussi.

    4-Arrêtons à chaque fois de défendre les « copains » sur scène par crainte de se voir banni des goûters d’anniversaires. Ca peut arriver à tout le monde de se retrouver sur un spectacle médiocre. Ce ne sont pas forcément toujours les artistes qui sont responsables de la mauvaise qualité d »une oeuvre.

    Pour finir, quand on réalisera qu’il faut un peu plus d’argent, un peu plus d’idées, un peu plus de formation et de créativité (en production, en marketing, en pub et en casting), la France ne sera peut être plus l’exception culturelle de la comédie musicale et le genre sortira du  » no man’s land » dans lequel il est enfermé.
    Les artistes, les auteurs, les metteurs en scène sont là … il ne reste plus qu’à …

  17. @ Flavien : En même temps, on a aussi le droit de dire qu’on a bien aimé et qu’on trouve le spectacle réussi, même si un critique ou d’autres gens pensent différemment, non? Sans nécessairement devoir être taxés de « défendre des copains sur scène ». Pour ma part, ça ne me gêne pas que des gens qui ont vu le spectacle disent n’avoir pas apprécié ceci ou cela, s’ils le font sans être blessants. Ca me gêne plus que des gens qui, apparemment ne l’ont pas vu, viennent soutenir ceux qui critiquent (ou les autres, d’ailleurs!) en parlant de spectacle ‘médiocre’ ou ‘mauvais’ sans que rien dans leur propos ne laisse supposer qu’ils l’aient vu (mais, je me trompe peut-être… Et je ne parle pas du tout de la critique première. Je la trouve aussi un peu balancée puisqu’être critique tout en notant que les autres spectateurs semblaient emballés, c’est quand même laissé entendre qu’il y a du subjectif dans son objectivité (ce qui est normal)).

    Moi, j’ai passé une excellente soirée et il n’y a pas eu de problèmes de micro. Mais, s’il y en avait eu toute la moitié du spectacle, j’aurais été ‘furieux’ et j’aurais considéré que ce n’était pas ‘professionnel’.

Laisser un commentaire