Recherchez

Frankenstein Junior (Critique)

Le lundi 17 octobre 2011 à 12 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Dejazet - 41 boulevard du Temple - 75011 Paris - M° République.
Dates : Du 14 octobre 2011 au 19 février 2012.
Horaires : Du mardi au samedi à 20h30. Les dimanches à 14h30.
Tarifs : De 24 à 46 €.

De Mel Brooks
Mise en scène : Ned Grujic
Adaptation : Stéphane Laporte
Chorégraphies : Philippe Bonhommeau et Cathy Arondel (claquettes)

Avec Vincent Heden (Frederick Frankenstein), Zacharie Saal (Igor), Camille Glémet (Inga), Valérie Zaccomer (Frau Blucher), Gaëlle Pinheiro (Elizabeth), Patrice Latronche (Le Monstre), Arnaud Delmotte (Kemp, L’Ermite, Victor Frankenstein), Céline Legendre, Sandrine Mallick, Jacques Vidal, Arnaud Gromard, Alexia Rey, Fred Colas (Ensemble)

Le jeune Dr. Frankenstein, professeur d’anatomie à New York, est dans l’obligation de se rendre en Transylvanie pour démêler le patrimoine de son tristement célèbre grand-père, qui vient de décéder. Une fois sur place, le docteur rencontre Igor, l’âme damnée de son grand-père, la sinistre gouvernante Frau Blucher, et Inga, une jeune assistante peu farouche. Il arrive avec la ferme intention de ne pas reprendre les expériences de son aïeul qui, comme chacun le sait, cherchait à ressusciter les morts, mais il est bien difficile d’échapper à son destin !

——-   Notre avis :

Il était assez inespéré de voir un jour une production de Young Frankenstein à Paris puisque le show n’a pas été un succès sur Broadway. Mel Brooks n’est certes pas parvenu à récidiver le rapt des Producers sur le box-office et les Tonys Awards Outre-Atlantique, mais cette deuxième transposition musicale de l’un de ses films de jeunesse est assurément de la même veine que la première : une bonne histoire, des gags (potaches) en pagaille, des mélodies entraînantes et de grandes scènes de music-hall comme ingrédients d’un show complet.

Malgré un budget à la diète (décors, troupe et surtout musiciens puisqu’il n’y en a… pas !), le Frankenstein Junior du Déjazet est une belle réussite. C’est principalement à la qualité de la troupe qu’on le doit, au premier rang de laquelle Vincent Heden tient le rôle titre qui lui va comme un gant. Usant d’une voix et d’une diction qui sonnent juste à tous coups, il est tour à tour drôle et attendrissant, maîtrisant parfaitement les attitudes et les intonations d’un génie farfelu un brin naïf qui se fait dépasser par ses passions et par les événements. Il explose littéralement sur scène et prend stature de star !

Les seconds rôles ne sont pas en reste puisque Zacharie Saal campe un Igor aussi tordu que désopilant, Camille Glémet une Inga qui vaut largement la Ulla des Producers et Valérie Zaccomer une Frau Blucher absurdement terrifiante qui mérite de longues ovations pour son solo “Il était mon boyfriend”. Avec le personnage flamboyant d’Elizabeth, Gaëlle Pinheiro récidive son exploit de Spamalot (la Dame du Lac) dans un registre qu’elle maîtrise à la perfection, celui de la femme fatale désabusée qui se confie à forte voix.

Il est rare de voir une telle concentration de talents sur une scène.

Seul un public avisé peut remarquer que certaines choses fonctionnent moins bien. Les lyrics français, adaptés par Stéphane Laporte, semblent moins naturels et explicites que les chansons originales, quand on les connait. La sonorisation de la salle n’aide pas à leur bonne compréhension, comme souvent à Paris, et c’est particulièrement gênant pour les chœurs comme lors de l’entrée en matière dans la première scène. On notera aussi que le deuxième acte manque de rythme, ce qui n’est pas le moindre des défauts pour un spectacle qui s’étire au-delà de 23 heures. Les moyens minimalistes mis en œuvre pour la scène mythique de l’ermite aveugle (Gene Hackman dans le film) réduit l’intérêt de la scène, cassant encore un peu plus le rythme malgré la belle prestation vocale d’Arnaud Delmotte.

Heureusement, les points négatifs sont largement compensés par l’enthousiasme d’une troupe excellente ! Après un Hairspray réussi, ce Frankenstein Junior est de bon augure pour les prochaines productions Broadway « new generation » prévues à Paris cette saison : Shrek, et Avenue Q.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , ,

5 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. La comédie musicale la plus drôle depuis Spamalot, indispensable !

  2. A voir absolument !!!!

    C’est drôle, en dessous de la ceinture, complètement déjanté !!!

    Interprétation remarquable de l’ensemble de la troupe qui a une pêche d’enfer avec un coup de chapeau particulier à Vincent Heden qui porte vraiment l’ensemble du spectable en interprétant le rôle titre, Valérie Zaccomer en Frau Blucher (ouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhh) absolument désopilante et terrifiante et toujours Gaëlle Pinheiro en femme fatale absolument fatale !!!!

    En plus, le théâtre Déjazet, avec son côté un peu « destroy » est l’écrin idéal de cette comédie musicale.

    Bon, une petite critique quand même : on regrette l’absence d’un orchestre.

    Néanmoins, précipitez vous voir ce chef d’oeuvre d’humour noir, de folie furieuse, cet ovni dans le monde des comédies musicales « bien léchée » que l’on voit généralement à Paris.

    Un grand bravo à toute la troupe et aux producteurs. Je reviendrai !!!

  3. « Les lyrics français, adaptés par Stéphane Laporte, semblent moins naturels et explicites que les chansons originales, quand on les connait »

    Oui mais voila, justement, peut être 1% des spectateurs connaissent la version originale. J’en ai marre de l’esprit bobo qui crache sans arrêt sur les traductions françaises (Mamma Mia, Hairspray et maintenant ce spectacle).

  4. Moi je n’ai pas vu le spectacle original donc franchement je ne peux pas comparer, et je n’ai pas l’esprit bobo, mais je dois avouer que j’ai trouvé le texte pas tres inspire par moments. Un peu lourd et moins bien que le film que lui je connais bien… La chanson de la fiancee est pas terrible et surtout braillée au lieu d’etre chantée et la chanson de Frau Brucher est vulgaire sans etre drole… vraiment decu, surtout par cela.
    AU dela de ca, des interpretes tres bons, et personnelement j’ai trouvé le deuxieme acte bien plus enlevé que le premier qui souffre de longueurs… comme quoi…
    De plus, la salle comble a adoré l’ensemble du spectacle ce qui veut donc dire que mes petits commentaires sont vraiment insignifiants par rapport au reste du public….. juste mon opinion cependant..

  5. ne pourrait on pas voir ce spectacle en tournée en France?

Laisser un commentaire