Recherchez

Frédéric Strouck – Les beaux n’ont pas tout !

Le mercredi 12 juillet 2000 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Talent à suivre

Frédéric Strouck © Garoo

Frédéric Strouck © Garoo

Si aujourd’hui, le théâtre musical fait partie intégrante de la vie de Frédéric Strouck, cela ne semblait pas être une vocation au départ. « Je n’étais pas parti pour faire du chant ou de la comédie musicale« , explique-t-il. « Je suis parti pour faire des études scientifiques et j’ai voulu me destiner dans un premier temps au cinéma. J’étais fasciné par la lumière et je voulais être directeur photo. Je travaillais dans ce sens là jusqu’au moment où j’ai eu le déclic. Je me suis mis à tripoter le piano, il y a à peu près dix ans, je me suis mis à composer et il me fallait une voix témoin. Donc, j’ai pris la mienne, c’est ce qu’il y avait plus de simple ! Et en fait, c’est le style ‘comédie musicale’ qui m’a poussé à passer le cap« .

 

Les débuts
Un jour, il écoute le disque des Misérables, version 1980, et c’est le déclic. Il réalise que le théâtre musical est sa vraie passion. « A partir de ce moment-là, j’ai passé une audition pour Fame, monté par une petite association qui s’appelait Les Sept Différences. Ils m’ont retenu pour le rôle de Nick Piazza et m’ont dit :?On a compris que tu savais chanter, maintenant, tu as deux mois pour apprendre à danser et à jouer la comédie’. Il y a donc un challenge qui s’est mis en branle. Et ça a commencé comme ça« .

Un an après Fame, le premier grand spectacle musical auquel Frédéric participe est Piaf, je t’aime où il interprète le rôle de P’tit Louis. « Au départ, j’étais dans le cast global pour la production du Théâtre de l’Eldorado. Peu de temps après, on a repris au Théâtre du Gymnase et Christian Schittenhelm qui jouait le rôle de P’tit Louis, a quitté la production et j’ai pu reprendre le rôle« .

Grâce à ce spectacle, Frédéric devient un habitué de « La Chance Aux Chansons », l’émission de France 2. « On a fait une promo chez Pascal Sevran et j’ai eu la chance qu’il flashe complètement sur le morceau. C’était un duo avec Nathalie Lhermitte qui s’appellait « C’est un gars ». Et à partir de ce moment là, il m’a fait passer très souvent dans son émission, ce qui m’a beaucoup aidé jusqu’à maintenant« .

L’aventure Hair
Après Piaf vint l’aventure de Hair à Mogador où il rencontre d’autres jeunes talents prometteurs du théâtre musical. « C’était une ambiance vraiment particulière. La production était terrible. On n’était pas du tout encadré mais le casting était fantastique à partir du moment où tous les gens qui étaient sur scène se sont retrouvés dans une même galère et par dépit, se sont dits qu’ils allaient absolument partager un moment fantastique. Malgré les apparences, ça a été une expérience très positive« .

Frédéric part en Allemagne pour réaliser un rêve, jouer dans Les Misérables. Mais cela ne se passe pas exactement comme il l’aurait voulu. « La réalité était tellement en opposition avec ce que je projetais que ça ne pouvait que mal se passer, surtout dans le contexte particulier d’une ville comme Duisburg où il n’y a que des usines partout« …

De retour en France, Frédéric se consacre à des choses plus personnelles, dont un récital intitulé Les beaux n’ont pas tout qu’il va créer ce mois-ci. Dans ce spectacle, « il y a des compositions personnelles, des titres de comédies musicales, des medleys de chansons de variété mais toujours des chansons qui racontent une histoire. Pour le concert au Bout, il y aura peu de musiciens sur scène mais je me refuse à être accompagné par une bande. Il y aura aussi des guests mais c’est une surprise !« .

Un Peter Pan grunge
La date du concert approche mais déjà, d’autres projets se profilent. Depuis quelque temps, Frédéric est impliqué dans un projet de comédie musicale intitulée Peter. « Ce n’est pas une adaptation de Peter Pan, c’est une création autour des personnages de Peter Pan. C’est un Peter très underground qui a mal vieilli, dans une société qui est décrite comme un mélange de La cité des enfants perdus, Matrix, Le meilleur des mondes… La musique est écrite par Pascal Pistone qui vient du monde du contemporain. Quant à l’auteur, Jean-Charles Modet, il a fait beaucoup de théâtre et de cinéma. Dans cette comédie musicale, je serai Peter et j’ai aussi écrit une partie des arrangements. Tout n’est pas encore terminé mais on devrait le créer en décembre 2000 au Cirque Royal de Bruxelles. On touche du bois ! « .

Enfin, à la fin du mois d’août, Frédéric chantera Les Misérables, en français cette fois, lors d’un grand concert donné à Brive-la-Gaillarde dans le cadre des Orchestrades. « C’est un grand regroupement de musiciens, il y a tous les conservatoires de la région. Et il y a une soirée de clôture dans laquelle tous les musiciens se réunissent, ce qui fait des concerts d’un millier de musiciens ! Et cette année, il y aura des extraits des Misérables ! Exceptionnellement, Bruno Conti, le directeur musical, a décidé d’intégré des chanteurs. On fera donc avec Khemi [qui a joué avec lui dans Piaf, je t’aime et Les Misérables] un medley des Misérables. Il y aura même une centaine de choristes« …

En attendant de le retrouver dans le rôle de Marius, on pourra toujours voir et entendre Frédéric dans son propre rôle lors de son récital au Bout !

Articles liés :

L'équipe des 7 Péchés Capitaux - 7 / 7 !
French Class !
French Class ! (Critique)
Frédéric Strouck, d'un continent à l'autre
Chevaliers, le grand tournoi (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire