Recherchez

Irma la douce – « Avec les anges », sur le trottoir…

Le lundi 1 mai 2000 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Grandes oeuvres

Irma la Douce ©DR

Irma la Douce ©DR

Comédie musicale en deux actes, musique de Marguerite Monnot, livret d’Alexandre Breffort

Création à Paris le 12 novembre 1956, à Londres le 17 juillet 1959 et à Broadway le 29 septembre 1960.

Principaux airs
Because – C’est Polyte-le-Mou – Me v’la, te v’la – Avec les anges – Elle a du chien – Un cave, un seul, pas exigeant – Ah dis donc, dis donc – To be or not to be – Je cherche qui – L’aventure est morte – C’est dur à croire qu’il est plus là – Irma la douce – Hardi Gondolier – Y’a qu’Paris pour çà – Il a raison – Il est né le môme à Irma

L’histoire
A Paris, la prostituée au coeur d’or, Irma la douce, et le jeune étudiant Nestor-le-Fripé tombent follement amoureux. Pour elle, il devient maquereau. Cependant, il est fou de jalousie face à la succession de ses clients. Il se déguise donc en homme riche et devient Monsieur Oscar, l’unique client d’Irma. Le stratagème devient un problème lorsque Nestor devient jaloux de son double. Simulant la mort de Monsieur Oscar, Nestor est arrêté pour ce «crime» et condamné au bagne. Il s’en évade et revêt une dernière fois le costume de son alter-ego pour pouvoir être blanchi. Après des adieux à Irma et une explication au commissariat, Monsieur Oscar peut enfin disparaître ; Nestor redevient exclusivement Nestor. L’histoire s’achève comme un conte de fées : Irma et Nestor fêtent la naissance de leurs jumeaux… Nestor et Oscar, évidemment.

Le thème
Le Paris des « bas-fonds », des mecs et des macs, de l’argot… Irma la douce nous fait visiter le Pigalle du début du vingtième siècle, au coeur des bistrots et de cet univers d’antan. C’est le Paris de la Belle époque, celui qui a fait rêver le monde et, en particulier, l’Amérique.

L’histoire derrière l’histoire
Marguerite Monnot a longtemps travaillé avec Edith Piaf pour qui elle a écrit quelques titres légendaires comme « Milord » ou « L’hymne à l’amour ». Irma la douce reste son seul titre de gloire dans le domaine du théâtre musical.

Ce fut la première comédie musicale française depuis les opérettes d’Offenbach à connaître un succès mondial, quelque 30 ans avant Les misérables ! En France, elle est restée à l’affiche pendant 4 années.

Dès le 17 juillet 1958, la version anglaise arrive à Londres, au Lyric Theatre, dans une mise en scène de Peter Brook. Là encore, c’est un franc succès puisqu’on dénombre pas moins de 1512 représentations. Dès 1960, la réussite se confirme au Plymouth Theatre de New York.
Billy Wilder réalise la version cinématographique d’Irma la douce en 1963, avec dans les rôles principaux Shirley MacLaine et Jack Lemmon. On peut noter que le film n’est pas musical.

Versions de référence

Typique de la difficulté du théâtre musical français à être reconnu sur son propre sol, on peut aujourd’hui trouver en CD la version de Broadway (en anglais donc) mais pas la version originale – et originelle – en français. Il faut donc se rabattre sur les bacs vinyle chez les disquaires d’occasion. En espérant que la version de Chaillot donne quelques bonnes idées aux éditeurs…

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : ,

Laisser un commentaire