Recherchez

Jacky Azencott et Cathy Sabroux pour « Diva » – Un printemps musical !

Le samedi 1 mars 2008 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Rencontre

Diva, du 16 mai au 8 juin 2008 ©DR
Diva, du 16 mai au 8 juin 2008 ©DR

Comment est né le projet « Diva » ?
Jacky Azencott et Cathy Sabroux :« Diva » répond à une nécessité cruciale pour les auteurs, compositeurs, metteurs en scène du théâtre musical actuel en France : l’urgence de lieux de création appropriés à ce type d’écritures plurielles qui renouvellent profondément le genre et l’ouverture de circuits de diffusion identifiés, ouverts et organisés.

Ce nouveau courant s’illustre par des spectacles très remarqués dont Créatures, Le Cabaret des hommes perdus, Camille C, L’Ultime Rendez?Vous, Panique à bord, oeuvres d’une génération d’artistes formés aux classiques du genre, mais qui ont trouvé une liberté, un propos, une énergie et une vitalité neuves, et rencontrent l’adhésion d’un public de plus en plus nombreux et une vraie reconnaissance de la profession.
Ainsi le « Molière 2007 » du meilleur spectacle musical a récompensé Le Cabaret des hommes perdus et, pour la première fois, ce sont trois interprètes chanteurs et comédiens qui ont été cités pour les « Molière » des meilleurs seconds rôles et révélations [NDLR : Catherine Arditi, Fabian Richard et Claire Pérot pour Cabaret].
Il manque à ces talents, gens de théâtre et de musique, un lieu dédié où travailler, où disposer d’une plate forme de création et de promotion, un lieu qui permette aux créateurs tous les paris artistiques et apporte à ces formes nouvelles une réelle visibilité.

Donner aujourd’hui identité et place au théâtre musical contemporain, au même titre que la danse, le cirque, le théâtre ou l’opéra, c’est aussi lui permettre de continuer avec toujours plus de sens et d’exigence, tout en rencontrant le public et les professionnels dans les meilleures conditions.

C’est à ce projet d’un lieu dédié, ouvert largement aux écritures multiples (texte, musique, images, chorégraphie) que se consacre « Diva ».

Pourquoi ce nom, « Diva » ?
Diva s’est imposé presque immédiatement lorsque nous avons réfléchi au projet, et à cet événement fondateur. A la fois injonction et exclamation, pluriel et singulier, ça claque… bref, gai et glamour !
Diva, on l’emploie partout : dans les romans photos, à la télé, à la radio, dans les journaux. Cela évoque la nudité et les faux cils, c’est kitsch mais aussi sentimental, enfantin et très profond, comme peut l’être l’attachement du public à ses idoles.
Diva, ça fait rêver, ça appelle l’amour et l’émerveillement, le plaisir et le déguisement, le rire et les larmes, c’est moins sérieux que Star, bien plus sauvage et tendre : Diva, c’est Dalida et Verdi sur une même affiche !

En quoi consiste cet événement ?
Le projet « Diva » est né de rencontres et de débats menés dans le prolongement du travail construit pendant huit ans au Sous-Sol et par Musiques en Festivals : il réunit et lie avant tout des artistes. Il est dirigé par des artistes. C’est une identité forte qui nous semble essentielle.

Pour affirmer la vitalité de ce courant, nous avons souhaité rassembler les créateurs prêts à exposer ensemble leur travail au cours d’une grande manifestation festive.
Tous ont répondu unanimement : c’est cette dynamique qui nous importe et l’extrême qualité des artistes qui nous ont rejoints pour cette première exposition publique témoigne de sa force.

Différent d’un festival dans sa genèse même, Diva est un manifeste pour le nouveau théâtre musical.

Quel est l’esprit de cet événement ? Qu’est-ce que le spectateur pourra y trouver ?
Se retrouver tous ensemble à la Cartoucherie de Vincennes du 16 mai au 8 juin a un sens fort : c’est un rendez-vous de printemps dans un lieu dont l’histoire n’est pas indifférente, où les artistes invitent public et professionnels à une grande fête du théâtre musical !
Il y aura des spectacles remarquables, des avant premières, des soirées cabaret, des rencontres, des débats : une affiche qui présente les meilleurs talents du théâtre musical, où tous les artistes prêtent leur concours à des cabarets originaux.

Le Théâtre de l’Epée de Bois a accepté d’en être partie prenante en accueillant cette manifestation : lieu superbe, avec son cabaret et ses deux salles de spectacles – lieu ouvert et chaleureux, nous les en remercions.

Durant près de quatre semaines, « Diva » proposera chaque jour deux rendez-vous, cabaret et spectacle de théâtre musical : des soirées conçues pour prendre le temps d’un verre (ou d’un plat) entre amis et avec les artistes de Diva, entre deux spectacles.
Les prix d’entrée sont les tarifs habituels au théâtre, mais en accord avec eux nous mettons en place des formules d’abonnement très douces en pensant aux nombreux aficionados.

Comment envisagez-vous le futur de « Diva » ?
Ce manifeste marque la fondation d’un réseau de ressources concrètes pour le nouveau théâtre musical : nous souhaitons naturellement trouver à « Diva » un point d’attache fort, donc un lieu où développer les outils de création et de communication que nous jugeons indispensables, mais aussi engager des partenariats réguliers en production et en diffusion avec des théâtres existants.
Ce projet est en débat avec nos tutelles et nos amis du théâtre et de la musique depuis juin 2007 : Diva 2008 permettra de mieux en cerner les enjeux. Il y a déjà de superbes projets en route pour 2009 : nous ne faisons que commencer !

Contact : divamail@free.fr
Le site de « Diva » sera en ligne le 10 mars.

Articles liés :

La grande fête : première revue de web
Découvertes Diva 2009 : deuxième semaine
Vidéo : Dirty Dancing par Christine Bonnard et Andy Cocq
Vidéo : La troupe de Mike, laisse-nous t'aimer
Vidéo : Forbidden Paris
Master class de théâtre musical : Réussir son audition

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire