Recherchez

Je m’voyais déjà

Le vendredi 17 octobre 2008 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre du Gymnase Marie Bell - 38 boulevard de Bonne Nouvelle, 75010 Paris (Métro : Bonne-Nouvelle)
Dates : du 2 octobre 2008 au 4 janvier 2009
Horaires : Du mardi au samedi à 20h30. Samedi et dimanche à 17h.
Tarifs : De 34 à 51 euros.
Informations supplémentaires : 08 26 10 12 96 (0,15 euros/mn)

Metteur en Scène : Alain Sachs.
Auteur : Laurent Ruquier.
Compositeur : Charles Aznavour.
Direction artistique : Katia Aznavour, Jean Rachid.
Direction musicale : Gérard Daguerre.
Chanteur : Jonatan Cerrada, Arno Demessine, Julie Lemas, Stcyr Rappin, Diane Tell, Pablo Villafranca.

Je M’Voyais Déjà fait partie des spectacles musicaux attendus par le grand public cette saison. Laurent Ruquier, déjà auteur de pièces de théâtre, s’attaque ici au registre de la comédie musicale. La trame du spectacle est simple. Plusieurs jeunes artistes recalés à un casting sont pris sous l’aile protectrice d’une chanteuse d’expérience et décident de monter ensemble un spectacle basé sur le répertoire d’Aznavour. Ceci sert donc de prétexte à une relecture des chansons du grand Charles.

La troupe est composée d’artistes expérimentés (Diane Tell et Pablo Villafranca) qui entourent des artistes plus jeunes, issus en grande partie de l’univers de la télé-réalité (Jonatan Cerrada étant le plus connu d’entre eux). Cette nouvelle génération s’en tire honorablement dans l’ensemble, principalement grâce aux séquences chantées et dansées avec énergie. Les scènes de comédie sont plus laborieuses mais, à leur décharge, certains personnages ont des aspects caricaturaux et le ton humoristique retenu devient répétitif et lassant. Diane Tell et Pablo Villafranca sont mieux servis par des rôles plus matures et plus affirmés qui leur permettent de former un duo convaincant.

Un des points forts de Je M’Voyais Déjà réside évidemment dans les chansons d’Aznavour, même si dans le second acte, qui a une forte connotation sentimentale, l’enchaînement des chansons d’amour finit par sembler artificiel et longuet. La présence d’un mini-orchestre sur scène est appréciée, d’autant plus que certains comédiens-chanteurs s’accompagnent eux-mêmes à certaines reprises au piano ou à la guitare. Malgré certaines faiblesses, le spectacle devrait grandir au fil des représentations, notamment grâce à l’enthousiasme communicatif de tous ces artistes.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire