Recherchez

Jésus (Critique)

Le jeudi 19 octobre 2017 à 21 h 38 min | Par | Rubrique : A l'affiche, Actuellement, Critique, Théâtre musical

Lieu : Palais des Sports - 1 place de la Porte de Versailles - 75015 Paris - M° Porte de Versailles.
Dates : Du 17 octobre 2017 au 31 décembre 2017.
Horaires : Mardi, jeudi et vendredi à 20h. Samedi à 15h et à 21h. Dimanche à 15h.
Tarifs : De 39 € à 89 €.

Mise en scène & livret : Christophe Barratier.
Musique : Pascal Obispo.
Avec : Mike Massi, Anne Sila, Clément Verzi, Grégory Deck, Crys Nammour, Olivier Balckstone & Solal.

Parmi les destins qui ont bouleversé l’humanité, il est un homme dont les paroles et les actes ne cessent de résonner. Cette fresque musicale, retrace les dernières années de jésus durant lesquelles l’histoire et l’éternité se sont rencontrées. Marchez sur les pas de jésus, des rives du Jourdain au désert de Judée, du temple de Jérusalem au mont des oliviers.

Notre avis:
Il y avait eu Zeffirelli, Mel Gibson, Robert Hossein et bien sûr Andrew Lloyd Webber… il y aurait pu y avoir le duo Obispo-Barratier dans la liste des auteurs-metteurs en scène dont le Jésus a marqué les esprits. Patatras, ce ne sera sûrement pas le cas.  A l’affiche du Palais des Sports depuis le 17 octobre 2017, ce qui est présenté comme une « fresque musicale » est –osons le jeu de mots–, un véritable chemin de croix. On se croirait même revenu vingt ans en arrière, au beau milieu d’un énième show franco-français des années 2000, sans souffle, sans saveur et sans émotion. Comment les équipes créatives –qui tenaient en leurs mains, l’une des plus extraordinaires histoires qui soit– ont-elles pu à ce point en faire un spectacle si fade et aseptisé. Car cette « fresque » n’est qu’une interminable succession de scènes plates, de chansons de variétés désuètes et de tableaux dont on cherche en vain l’ampleur. Du baptême de Jésus, à son dernier repas, en passant par son entrée dans Jérusalem, l’œil s’ennuie et l’oreille s’amuse des rimes « Et puis ton Dieu, Caïphe, Moi je le trouve bien chétif, Et tellement peu compétitif! ». N’est vraiment pas évangéliste qui veut. Quant aux musiques, Pascal Obispo, décidément monothématique (Adam et Eve, les Dix Commandements et maintenant Jésus) signe des chansons sans surprise où le meilleur côtoie hélas le pire.
Christophe Barratier, à qui l’on doit les images sublimes des clips du spectacle, est à l’évidence plus doué derrière la caméra : les enchainements trainent en longueur, les noirs et baissers de rideau se comptent en nombre, les saynètes se multiplient ; quant aux décors, ils confinent au strict minimum : de simples hauts- murs, parfois une table, ou une barque figée au sol. Léger. Pour le reste, rien que du déjà-vu. Aucune créativité, aucune audace, aucun relief. Les épisodes de la vie du Christ s’enchainent, ponctués de titres que l’on oublie aussitôt, une demi-douzaine de danseuses meublent inutilement les solos, et les disciples sortent du public, exactement comme Robert Hossein l’avait déjà fait précisément dans la même salle, il y a près de… 36 ans!
Si Gregory Deck (Salut les Copains, Dracula…) est à l’aise et sort du lot, Jésus (Mike Massy, vedette au Liban), malgré un visage expressif et un talent vocal indiscutable, semble totalement perdu sur la vaste scène du Palais des Sports. Et c’est bien dommage. Sans conviction, il tente vaguement d’exister. Mais l’on y croit guère. Il faut dire qu’Anne Sila lui vole clairement la vedette. En Vierge Marie, elle offre les rares instants de beauté de la soirée, par sa voix et son jeu simple mais profond. Son dernier solo, « l’adieu », est magnifique, offrant les frissons que l’on n’attendait plus, et faisant surtout oublier la scène précédente : un Jésus au visage ensanglanté, portant sa croix sur l’épaule et remontant l’allée des spectateurs, entouré de dizaines de smartphones qui flashent et filment. Improbable, de mauvais goût, et clairement gênant. C’est heureusement la fin du show. Jésus est ressuscité, l’occasion de tous chanter, taper dans les mains et de reprendre en chœur, avec le public, ce qui se veut le tube (marketé) du spectacle « La bonne nouvelle »…
Là où leurs prédécesseurs avaient osé, Obispo et Barratier n’offrent finalement qu’un spectacle de plus, déjà ringard, sans recherche musicale ni effort scénique, dont ne se dégage jamais la moindre émotion. Sans cœur, sans âme. Pour un Jésus, c’est un comble.

 

Articles liés :

La comédie musicale Il était une fois... Joe Dassin se dévoile
Adam & Eve - (Critique)
Découvrez la distribution de "Salut les copains"
Audition : Robin des Bois cherche sa Marianne au Québec
Les Dix Commandements (Critique)
Le retour des Dix Commandements

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , ,

2 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. Heureux de m’abonner à ce blog de référence

  2.  » JESUS  »

    En sortant du Palais des sports, je me suis laissé quelques heures pour savoir de quelle façon j’avais reçu le « Jésus » de Pascal Obispo et Christophe Barratier…
    Mes impressions n’étaient pas trop claires et puis le qualificatif : « élégant » m’est venu et il me semble qu’il s’applique plutôt bien à ce spectacle, à condition que l’on accepte de considérer que l’élégance peut être ennuyeuse … quelquefois …
    Pour être honnête, cet ennui, je ne l’ai ressenti que pendant la première demie heure. Il fallait aussi que j’oublie, pour un temps, que « Jésus Christ Superstar » occupe une bonne partie de mes pensées musicales depuis plus de 40 ans et que même si le sujet est le même, la façon de le traiter n’a bien sûr rien à voir …
    En fait, ce qui m’a gêné au départ, c’est la mise en scène de Christophe Barratier. Elle est faite d’une succession de tableaux, très beaux pour la plupart, qui correspondent, chacun à une, voir deux chansons mais qui ne crée pas l’unité que l’on attend, nuit de ce fait à la fluidité de l’ensemble et morcelle le livret qui a pourtant le mérite d’exister et qui retrace de façon très claire la vie de Jésus.
    Mais je me garderai bien de dire que je n’ai pas aimé ce spectacle … il a aussi de grandes qualités ! le casting est d’un très haut niveau. Certains rôles m’ont vraiment marqué. Tout d’abord, Mike Massy qui incarne Jésus fait preuve d’un charisme incroyable et sa voix, qui rappelle celle de Daniel Lévy, lui permet d’imposer brillamment et naturellement son statut de Messie. Anne Sila dans le rôle de Marie, la mère de Jésus, déborde d’une sensibilité à fleur de peau qui l’amène à sublimer la chanson finale qui s’adresse à son fils, « l’adieu », Crys Nammour, en Marie Madeleine éblouit par l’amplitude de sa voix cristaline, Solal compose un Ponce Pilate sévère comme il se doit et l’ensemble de la troupe, ( une quarantaine d’artistes ) est plus que cohérente même si on peut déplorer parmi eux, un jeu d’acteur assez limité.
    Il reste que Pascal Obispo a signé toutes les musiques de cette fresque musicale; qu’il est je pense, un compositeur majeur et que l’on ne peut que s’incliner sur la qualité de ses partitions.
    Pour finir, beaux costumes, belles lumières mais absence d’orchestre, juste une bande son et ça, c’est totalement inacceptable !

Laisser un commentaire