Recherchez

Jeune Juliette (Critique)

Le mercredi 11 décembre 2019 à 10 h 35 min | Par | Rubrique : Actuellement, Cinéma, Critique

Un film de Anne Emond – avec Alexane Jamieson, Léanne Désilets,…

Sortie le 11 décembre 2019

Juliette est effrontée, malicieuse, un peu grosse et menteuse. Elle n’est pas vraiment populaire au collège, mais c’est pas grave : c’est tous des cons ! Juliette a 14 ans et elle croit en ses rêves. Pourtant, les dernières semaines de cours se montreront très agitées et vont bousculer ses certitudes sur l’amour, l’amitié et la famille…

Notre avis : Voilà un film québécois qui n’est pas musical, mais dont il convient de parler tant son héroïne, double de la réalisatrice, se révèle touchante et piquante. Atteinte de surpoids depuis son jeune âge, mais avec une nette accentuation depuis que sa mère a quitté son père, l’adolescente ne supporte plus sa famille qu’elle juge trop inculte. D’ailleurs, lorsqu’elle évoque Céline, l’auteur, son père pense immédiatement à Céline Dion, c’est pour dire. Pourtant, malgré l’absence de sa mère, qui n’a cure véritablement du mal être de sa fille, cette dernière est entourée par un père et un frère aimants, toujours prêts à l’aider.
La réalisatrice suit donc une année scolaire en dents de scie, avec les émois pour un bellâtre musclé tandis que sa meilleure amie se meurt d’amour pour la piquante Juliette, sans que cette dernière ne s’en aperçoive. La rencontre avec un jeune surdoué, capable de recomposer un rubik’s cube en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, va également participer de son évolution, voire de son émancipation. Incomprise, en butte avec les autres et avec elle-même, Juliette va-t-elle trouver sa voie ? La réalisatrice multiplie les pistes pour indiquer que oui. Servi par des comédiennes et comédiens en osmose avec le propos, ce film se laisse découvrir avec un réel plaisir. Enfin, précisons que, d’un point de vue musical, une scène de danse possède un poids intéressant dans la dramaturgie puisqu’elle permet aux personnages de se retrouver, après s’être copieusement querellés.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire