Recherchez

J’veux pas être seul(e)

Le lundi 2 août 2004 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Théâtre Trévise - 14 rue Trevise 75009 Paris
Dates : du 2 juin au 31 décembre 2004
Horaires : du mardi du samedi à 20h
Tarifs : 24 ? TR 16?
Informations supplémentaires : 01.40.22.99.71

Pièce de Howard Korder (titre original Boy’s life)

Traduction et mise en scène de Jean- Christophe Emo
Avec Anne Abel, Audrey Dana, Stéphane Godin, Audrey Hamm, Stéfan Le Douarec, Jérôme Maroni, Christelle Ouvrard, Olivier Severin, Sam Suter, Isabelle Teboul

Ils sont quatre amis depuis l’université. Encore grands enfants dans la tête, ils ont atteint la trentaine et s’interrogent sur la bonne âme qui voudra bien d’eux. Le spectacle parlera forcément aux trentenaires et plus généralement à ceux qui s’inquiètent de l’existence du grand-amour-pour-la-vie. Comme le montre lucidement l’idylle de Max et Olivia, la relation à deux requiert davantage que de la bonne volonté : du calcul et de la duplicité pour vaincre l’incertitude. La charge sabre au clair ne suffit plus. Et ça, les parents ne l’avaient jamais dit à ces pauvres créatures désabusées.

Au milieu du florilège de spectacles et films sur le célibat subi, traité dans des oeuvres comme Friends ou Bridget Jones, J’veux pas être seul(e) évite la complaisance et les bons sentiments. La construction en sketches successifs apporte une progression sans temps mort. C’est amusant avec parfois des moments touchants quand ils évoquent le vécu de tout un chacun. Par ailleurs, des mots durs rappellent que dans les jeux de l’amour, il y a aussi des perdants. Et pour corser le tout, le copain blasé a toujours la réplique lourde pour casser la moindre esquisse de romantisme. Bref le parcours est semé d’obstacles pour des candidats plus gaffeurs qu’habiles à une vraie histoire d’amour. La direction des acteurs est efficace et équilibrée entre des personnages bien différenciés à la manière des bonnes comédies  » britishs « . Concis (1h10 environ) et très parlant pour beaucoup, le spectacle a l’agréable mérite de divertir non sans gravité sur les galères des angoissés du célibat.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire