Recherchez

La Bohème – On l’appelle Mimi

Le mardi 1 avril 2003 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Grandes oeuvres

La Bohème par Baz Luhrmann ©DR

La Bohème par Baz Luhrmann ©DR

Opéra en quatre tableaux de Giacomo Puccini. Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica, d’après le roman Scènes de la vie de bohême de Henry Mürger.

Création
Le 1er février 1896 à Turin.

A Paris le 13 juin 1898, par l’Opéra-Comique sur la scène du Théâtre Lyrique de la Place du Châtelet.

Synopsis
A Paris, vers la fin du siècle dernier, le peintre Marcello, le philosophe Colline, le musicien Schaunard, et le poète Rodolphe vivent misérablement la « vie de bohème ». C’est le soir du réveillon de Noël que Rodolphe rencontre sa jeune voisine, Mimi. La nuit, le froid, la misère les rapprochent et, en quelques instants, ils tombent dans les bras l’un de l’autre.
Au café Momus, Rodolphe présente Mimi à tous ses amis. La demi-mondaine Musette arrive à son tour, au bras d’une nouvelle conquête. Elle fait tout pour attirer l’attention de Marcello, son ancien amant, et finit par se jeter dans ses bras, laissant l’addition à son vieux protecteur.
Quelques mois plus tard, Mimi rejoint Marcello et Musette qui vivent à présent ensemble et leur confie sa peine : la jalousie de Rodolphe devient invivable. Ses jours à elle sont pourtant comptés puisqu’elle souffre de la tuberculose.
La nuit, désirant revoir tous ses amis, Mimi rejoint Rodolphe pour la dernière fois. Tous la consolent et vont lui acheter un manchon pour la protéger du froid. Durant leur absence, Mimi s’endort dans les bras de Rodolphe pour la dernière fois.

Le thème
L’impressionnisme mis en musique : à travers une multitude de détails et de touches musicales, Puccini décrit la vie de Paris à l’époque de ses études au conservatoire. « Je ne connais personne qui ait décrit le Paris de cette époque aussi bien que Puccini dans La Bohême » a d’ailleurs avoué Debussy lors de la création de l’ouvrage en France. Puccini, qui ne recule souvent devant aucun effet de sensiblerie pour tirer une larme aux spectateurs, fait ici preuve d’une grande finesse pour peindre les variations psychologiques de ses personnages, en particulier celles de Mimi, certainement l’un des plus beaux portraits de femme de l’histoire de l’opéra.

L’histoire derrière l’histoire
Le roman de Mürger n’a pas cessé d’inspirer les auteurs et les compositeurs : nombre de pièces, d’opéras, de zarzuelas (opérettes espagnoles) ont été écrites d’après ce roman, jusqu’à la comédie musicale, qui a repris ce thème à son compte avec Rent.
La bohème a été créée à l’Opéra-Comique. La célèbre maison le considère à ce point comme faisant partie de son patrimoine qu’elle n’hésite pas à le programmer au cours de la même saison que Bastille !

Versions de référence
Les inconditionnels de Maria Callas se satisferont de l’enregistrement de 1957 chez EMI. Les autres choisiront le légendaire enregistrement Mirella Freni/Luciano Pavarotti sous la baguette de Karajan chez Decca ou bien encore la version 1974 chez RCA avec Placido Domingo et Montserrat Caballe.
Parmi les nouveautés, on mentionnera l’enregistrement de Angela Georghiu et Roberto Alagna, dirigé par Riccardo Chailly, qui vient de paraître chez Decca (1999).

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , ,

Laisser un commentaire