Recherchez

La demoiselle aux crottes de nez

Le mardi 30 novembre 1999 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Théâtre Essaïon - 6 rue Pierre au LArd, 75004 Paris (M° Hôtel de Ville ou Rambuteau)
Dates : du 5 mai au 26 juin 2004
Horaires : du mercredi au samedi à 20 h, relâche exceptionnelle le 14 juillet
Informations supplémentaires : 01 42 78 46 42

Texte de Richard Morgiève
Avec Léonore Chaix
Conception et mise en scène : Emmanuelle Hiron, Léonore Chaix

Musique de Sanseverino

Avec un titre sans équivoque, La demoiselle aux crottes de nez nous prépare d’emblée à un univers régressif mâtiné de pipi-caca. Alors que les spectateurs entrent dans la salle, la demoiselle en question observe leur arrivée avec les doigts régulièrement enfoncés dans ses narines, à la recherche de quelque trésor.

Seule en scène, Fiona expose ses états d’âme, ses chagrins d’amour, ses problèmes familiaux… Très vite, le spectateur est confronté sans aucune pudeur à l’intimité de la jeune femme : récits de quelques ébats sordides, obsessions et névroses, anecdotes de sa vie d’actrice, le tout rythmé de quelques pets puisque Fiona souffre de pétomanie.

C’est cru, c’est direct, c’est osé, et pourtant, le texte n’est jamais vulgaire. Sous ses dehors grossiers, le texte de Morgiève se révèle être une vision féroce et parfois pathétique de notre monde. Hommes, femmes, familles, gens du théâtre, tout le monde en prend sacrément pour son grade. La demoiselle taille quelques costards bien sentis, avec un cynisme à la fois froid et jubilatoire.

Léonore Chaix incarne avec truculence ce personnage écrit pour elle. A la fois familière et distante, irritante et touchante, elle campe en une heure un personnage complexe et attachant qui, au final, ne se révèle pas si atypique que ça… Il y a sans doute dans ce monde plus de demoiselles aux crottes de nez qu’on ne le croit.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire