Recherchez

La leçon (Critique)

Le samedi 7 août 2010 à 12 h 47 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Le Lucernaire, 53 rue Notre dame des champs 75006 Paris, Métro : Notre dame des champs
Dates : A partir du 30 juin 2010 jusqu’au 17 octobre 2010
Horaires : Du mardi au samedi à 20 heures (jusqu'au 11 septembre), du mardi au samedi à 21 h 30 et le dimanche à 17 h (du 12 septembre au 17 octobre)
Informations supplémentaires : Tel : 01 44 45 57 34

la_leconD’Eugene Ionesco

Avec :
Christian BUJEAU et Jacques VERZIER en alternance
Claire BARADAT, Isabelle FERRON et Marie France SANTON en alternance

Mise en scène : Samuel SENE
Avec le parrainage exceptionnel de Fernando ARRABAL

Un vieux professeur timide reçoit une jeune élève très motivée pour une leçon particulière. Humour et enthousiasme sont au rendez-vous. Quelques notions de base de calcul précèdent un cours magistral de linguistique. Progressivement, le professeur devient plus autoritaire malgré les mises en garde de sa bonne. L’élève réagit puis, petit à petit, sombre dans l’apathie. Tout cela risque de mal finir…

Cette Leçon de Ionesco, mise en scène par Samuel Sené, avec une nouvelle distribution, risque de vous surprendre. Les trois artistes nous accueillent dans un univers étrange et mystérieux d’où les jeunes filles ne ressortent visiblement jamais. La force de ce spectacle, outre les excellents comédiens, réside sans aucun doute dans la scénographie. L’espace est constitué de divers éléments : deux tableaux noirs dissimulés, une table en fer étrange et changeante, cinq cages à oiseaux où sont rangés crayons, boules de papier et règles mais aussi un couteau, beaucoup moins courant dans une salle de classe, ainsi qu’ une boule dans une spirale que la bonne fait malicieusement tourner à chaque nouvelle élève.

Le tout crée une ambiance qui réussit à nous charmer puis, très vite, à nous faire déchanter lorsque le professeur devient fou. Dans ce rôle, Jacques Verzier (en alternance avec Christian Bujeau) nous offre une interprétation inquiétante et troublante tandis qu’Isabelle Ferron incarne une bonne bienveillante, entièrement dévouée au professeur, et qui n’est pas sans troubler le spectateur.

Lire la critique parue lors des représentations au Théâtre Mouffetard.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , ,

Laisser un commentaire