Recherchez

Critique Canada : La Mélodie du Bonheur

Le mardi 29 juin 2010 à 9 h 34 min | Par | Rubrique : Canada, Critique

Lieu : Salle Pierre-Mercure (Centre Pierre-Péladeau) - 300 boulevard de Maisonneuve Est, Montréal (Québec) H1C 3R4 (Métro Berri UQAM)
Dates : du 25 juin au 31 juillet 2010
Horaires : du mardi au samedi à 20h00 - matinée : samedi à 15h00
Tarifs : Régulier : 72,55$ à 92,55$ - Ainée : 64,55$ à 82,55$
Informations supplémentaires : http://www.hahaha.com
Florie Gauthier-Valiquette dans le rôle de Maria dans la comédie musicale <i>La Mélodie du Bonheur</i> © Roch Fortin

Florie Gauthier-Valiquette dans le rôle de Maria dans la comédie musicale La Mélodie du Bonheur © Roch Fortin

Musique : Richard Rodgers
Paroles : Oscar Hammerstein II
Mise en scène :  Denise Filiatrault
Adaptation française : Yves Morin

Distribution :
Florie Gauthier-Valiquette (Maria), Robert Marien (Capitaine Von Trapp), Noëlla Huet (Mère supérieure), Marie-Pierre de Brienne (Liesl), Hugo Lapierre (Ralf), Normand Carrière (Max Detweiler), Isabelle Lemme (Elsa Schraeder), Thiery Dubé (Herr Zeller), Jean-François Blanchard (Admiral Von Schreiber), Daniel Delisle (ensemble/gars), Marie-Claude Michaud (Sœur Berthe), Claudine Paquette (Sœur Marguerite), Élisabeth Lenormand (Sœur Sophia), Dorothéa Ventura (ensemble/sœur), Stéphane Jacques (Franz le majordome), Marie-Christine Perreault (Frau Schmidt, la gouvernante / une sœur).

Et les enfants :
Jérémie Boivin-Côté, Ludovic Rolland-Marcotte (Friedrich), Frédérique Cyr-Deschênes, Anne-Justine Guestier (Louisa), Marco Bocchichio, Jean-Christophe Melançon (Kurt), Frédérique Mousseau, Arianne Poirier (Brigitta), Audrey-Louise Beauséjour, Alison Carrier (Marta), Éloise Bisson, Alexandra Sicard et, Romane-Frédérique Guay (Gretl).

Attendue avec impatience par les inconditionnels de Julie Andrews, de Petula Clark, de Christopher Plummer et de la féerie « à l’américaine », cette Mélodie du bonheur s’annonce comme l’événement culturel de l’été.

Pour relever ce défi historique et mettre en scène ce grand spectacle – plus de 30 chanteurs et comédiens dont 13 enfants –, les producteurs ont très naturellement fait appel à Denise Filiatrault, qui, avec My Fair Lady, Sweet Charity, Neuf et Un violon sur le toit l’an passé, a prouvé qu’elle savait comme personne faire vibrer le Québec au rythme de Broadway.

La 28 e édition du Festival Juste pour rire de Montréal démarre en grand avec la présentation de la comédie musicale La Mélodie du Bonheur. Cette production tant aimée des petits et des grands a su, en ce soir de première, démontrer que, malgré l’âge et le sujet de la pièce, elle peut encore éblouir le public.

Il faut dire que cette production a droit à une distribution des plus remarquables : une Maria interprétée par une jeune soprano très talentueuse, Florie Gauthier-Valiquette, qui, par son jeu et sa voix, s’empare de ce rôle à sa façon et c’est très bien réussi. Robert Marien, toujours égal à lui-même, nous offre un Capitaine Von Trapp  austère à tel point que le public en frémit. Mais, lors des passages plus tendres, on lui pardonne rapidement ce petit côté rêche tellement il sait comment effleurer les émotions. Ce rôle lui va à ravir. On ne peut passer sous silence l’incroyable Noëlla Huet qui, comme elle l’avait fait à Toronto dans la version anglaise, nous présente ici une Mère  Abbesse très tendre et très agréable. Une note spéciale aux enfants, qui ont su, par leurs voix, leurs gestes et leurs quelques faux pas, faire  en sorte que le spectacle fût amusant.

Cinq tableaux  ornent cette production dont  la fameuse colline, l’église, la résidence des Von Trapp, entre autres, et ils sont tous très imposants et fonctionnels. Jean Bard a accompli un travail colossal  côté décors, tout comme les costumes très représentatifs de l’époque. La traduction signée Yves Morin colle bien à l’histoire, les dialogues comme les chansons ont gardé l’esprit de cette histoire d’amour sur fond de montée du nazisme.

Pour la musique, le public a eu droit à sept musiciens « live ». En revanche, le fait qu’ils étaient placés sous la scène a peut-être fait en sorte que le son n’était pas des meilleurs pour ce genre de production. D’un autre côté, espérons que d’autres  productions suivront l’exemple de  la Mélodie du Bonheur en ce sens.

La Mélodie du Bonheur est et sera toujours un divertissement pour toute la famille. En effet,  jeunes et moins jeunes y trouveront un plaisir absolu.

Billets disponible via le réseau Admission

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire