Recherchez

La Nuit des Rois

Le mardi 15 septembre 2009 à 17 h 26 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Théâtre Comédia 4, boulevard de Strasbourg 75010 Paris
Dates : Depuis le 5 Septembre
Horaires : Du Mardi au Vendredi à 20h30; Samedi : 21h, Matinées : Samedi et Dimanche à 17h
Tarifs : A partir de 17 €
Informations supplémentaires : Durée : 2h30 avec entracte

La Nuit des RoisUne comédie de William Shakespeare
Traduction : Jean-Michel Déprats

Avec : Sara Giraudeau, Arié Elmaleh, Chloé Lambert, Henri Courseaux, Yves Pignot, Yannis Baraban, Jean-Paul Bordes, François Siener, Emilie Cazenave, Thibaud Lacour, Aurore Stauder, Sophie Mercier, Pierre-Alain Leleu.

Mise en scène : Nicolas Briançon
Assistant à la mise en scène : Pierre-Alain Leleu

L’intrigue se déroule en Illyrie où règne le Duc Orsino, amoureux de la belle et riche Comtesse Olivia.
Cette dernière est en deuil et repousse ses avances. Une tempête provoque le naufrage d’un navire venant de Messine qui transporte Viola et son jumeau Sébastien. Les deux jeunes gens survivent au naufrage mais échouent à deux endroits différents de la côte, chacun croyant l’autre mort. Ils se retrouveront cependant à la cour du Duc Orsino où s’ensuivra une série de quiproquos et de rebondissements…

Le théâtre est à la fête dans cette comédie de Shakespeare, menée tambour battant par une troupe irrésistible.
Naviguant entre farce et gravité, burlesque et mélancolie, le texte brillamment traduit par Jean-Michel Déprats est mis en scène avec intelligence et finesse par Nicolas Briançon, qui retrouve la scène du Théâtre Comédia après Pygmalion en 2006.
Créée cet été au Festival d’Anjou (dont Nicolas Briançon est le directeur), La Nuit des Rois s’impose comme un vaudeville joyeux digne de Feydeau.
Ponctuée de gags et de pas de gigue, la pièce est une succession d’intrigues qui s’entremêlent. Il y a celle du Duc Orsino (sobre Yannis Baraban), amoureux éconduit de la belle Comtesse Olivia (subtile Chloé Lambert); celle des jumeaux Viola et Sébastien séparés lors d’un naufrage et dont chacun ignore la survie de l’autre. Pour entrer au service du Duc dont elle est amoureuse, Viola (Sara Giraudeau) prend l’identité d’un garçon, loyal mais malhabile. A ce jeu, l’énergique et pétillante Sara Giraudeau se révèle parfaite et parvient une fois de plus à nous prouver ses talents d’actrice.
Les évènements se compliqueront lorsque la Comtesse Olivia tombera amoureuse de celle qu’elle prend pour un gentilhomme et l’irruption de Sébastien (Thibaud Lacour) son frère jumeau, dans la cour du Duc.
La fantaisie nous vient des personnages secondaires, absolument truculents.
De ces personnages se détache un trio burlesque irrésistible : Yves Pignot (Sir Toby) est magistral, Jean-Paul Bordes (Sir Andrew) est hilarant et Henri Courseaux (Malvolio) tout simplement incroyable.
Emilie Cazenave campe Maria, une fabuleuse dame de compagnie, comploteuse et délurée à souhaits. Avec Sir Toby et Sir Andrew, de joyeux lurons portés sur la boisson, ils vont se venger du puritain et austère intendant Malvolio, en le faisant passer pour un fou.

Bien que l’interprétation du personnage de Feste, le Fou incarné par Arié Elmaleh, silhouette de Chaplin et âme de Pierrot Lunaire, semble parfois en demi-teinte et gagnerait à s’affirmer d’avantage; il s’agit là d’un véritable travail de troupe où chacun trouve sa place dans un équilibre quasi-parfait.

Dans des rôles de moindre importance, citons également François Siener, Pierre-Alain Leleu, Aurore Stauder et Sophie Mercier, adjuvants dévoués à nos personnages principaux.

Articles liés :

Grease de retour à Paris!
Grande Fête du Théâtre Musical 2011 : rendez-vous le 9 mai au Comédia !
Le théâtre Comédia change de mains
The Full Monty (Critique)
Auditions comédiennes-chanteuses-danseuses
Naturellement belle (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , , , , ,

2 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. J’ai eu le plaisir d’assister à cette pièce au festival d’Anjou, c’est un ravissement…

  2. Si vous êtes bon rieur, alors cette version il est vrai « vaudeville joyeux digne de Feydeau » riche en quiproquos, facéties, loufoqueries et retournements de situation vous séduira à coup sûr. Nous sommes dans le registre du pur divertissement et la troupe s’en donne à coeur joie. Costumes, décors, lumières, accompagnement musical renforcent la mécanique déglinguée du burlesque choisie par le metteur en scène.

    Si par contre vous êtes un baroque disons sectaire, que le deuil ou la mélancolie sont pour vous un contrepoint à la dimension carnavalesque de cette pièce, que cette (ker)messe des fous en exil n’en montre pas moins la conscience en prise avec elle-même, particulièrement quand le coeur pur des âmes jumelles se met en quête de leur âme soeur, que le théâtre est monde parce que le monde est théâtre, la légèreté douleureuse de Shakespeare ne sera pas flagrante…

    Quelques critiques pour vous décider si oui ou non vous embarquer pour ce spectacle :
    http://www.labandearuquier.com/Un-superbe-reve-d-amour-superbe.html
    http://www.theatrecomedia.fr/
    http://critikator.blogspot.com/2009/09/la-nuit-des-rois.html
    http://www.lepoint.fr/guide-sorties/2009-09-11/scenes-theatre-comedia-coup-de-coeur-la-nuit-des-rois-une-divine-comedie/2017/0/376488

Laisser un commentaire