Recherchez

L’Arche (Critique)

Le lundi 10 décembre 2018 à 9 h 06 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : 103A Boulevard Auguste Blanqui – 75013 Paris (métro Glacière)
Dates : Du 13 novembre 2018 au 16 décembre 2018.
Horaires : Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi 20h, dimanche 16h.
Tarifs : 15€
Informations supplémentaires :

Texte : Olivier Denizet et Suzanne Legrand.
Mise en scène : Suzanne Legrand, Victor Lockwood et Olivier Denizet.

Avec : Avec Olivier Denizet en alternance avec Victor Lockwood (Arnaud), Louise Larret (Jennifer), Suzanne Legrand (Léa), Quentin Morant (Vladimir), Sofia Naït (Noémie), Daniel Njo Lobé (Baptiste), Jonathan Pinto-Rocha en alternance avec Arnaud Saint-Père (Richard), Zacharie Saal (Rocca), Isabelle Turschwell en alternance avec Virginie Bracq (Sarah), Paul Vignes (Hakim).

 

Pendant un déluge moderne dû au réchauffement climatique, un metteur en scène au chômage est engagé par un producteur véreux pour relancer la carrière de Léa Crystal, chanteuse aphone, star déchue de la Pop Académie. Il doit monter une comédie musicale improbable des années 70 : L’Arche de Noé. La troupe, résultat d’un casting fait trop vite, est constituée d’une bande de comédiens galériens, névrosés et blessés par la vie.

À travers cette expérience humaine unique qu’est la création d’un spectacle et ce microcosme qu’est une troupe de théâtre, chacun va peu à peu comprendre les causes sociologiques et profondément humaines de la catastrophe naturelle qui est en train d’engloutir leur monde. Le théâtre sera finalement soulevé par les eaux et partira voguer comme une arche. Entraînant sa cargaison de drôles de bêtes et le public vers un avenir meilleur. Comédie burlesque à l’humour déjanté L’Arche tente de mettre en avant le lien entre notre pollution intérieure et celle que nous faisons subir à la nature.

Notre avis :

L’Arche est une pièce de théâtre musical déjantée qui nous emporte dans l’aventure d’une troupe de comédie musicale naissante constituée d’artistes aux passifs respectifs plus ou moins laborieux. Les 10 personnages sont plus loufoques les uns que les autres, et leur histoire dépeint les travers de la production privée du spectacle vivant (artistes rémunérés en faux cachets, priorisation de la rentabilité face au bien-être d’une troupe, effets secondaires de la célébrité, producteur véreux, manipulation, compétition et escroquerie sont au rendez-vous).

On rit beaucoup, les comédiens sont bons pour la plupart, et le parti pris d’une mise en scène immersive est assez réussie. Les artistes sont attachants et se démarquent chacun par leur personnalité, leur talent, et par la connivence qui semble régner entre eux.

Le livret aurait cependant mérité plus de solidité et de cohérence dans son propos. On a parfois du mal à saisir la finalité de l’enchaînement des péripéties qui naissent devant nous, au risque de parfois perdre l’attention du spectateur. La musique et les paroles manquent légèrement de dynamisme et de richesse, et les chansons n’aident pas toujours à faire avancer l’histoire. Un peu plus de musique jouée en live comme annoncé en début de spectacle aurait été la bienvenue. Enfin, le message écologique n’est présent que par quelques allusions qui passent à la trappe, sans grand rapport avec l’intrigue principale. Malgré cela, on passe sans aucun doute un très bon moment à la fois léger, authentique et drôle, grâce à des artistes séduisants et à leur maîtrise du second degré.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire

L’Arche (Critique) (copy)

Le lundi 10 décembre 2018 à 9 h 06 min | Par | Rubrique : Non classé

Lieu : 103A Boulevard Auguste Blanqui – 75013 Paris (métro Glacière)
Dates : Du 13 novembre 2018 au 16 décembre 2018.
Horaires : Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi 20h, dimanche 16h.
Tarifs : 15€
Informations supplémentaires :

Texte : Olivier Denizet et Suzanne Legrand.
Mise en scène : Suzanne Legrand, Victor Lockwood et Olivier Denizet.

Avec : Avec Olivier Denizet en alternance avec Victor Lockwood (Arnaud), Louise Larret (Jennifer), Suzanne Legrand (Léa), Quentin Morant (Vladimir), Sofia Naït (Noémie), Daniel Njo Lobé (Baptiste), Jonathan Pinto-Rocha en alternance avec Arnaud Saint-Père (Richard), Zacharie Saal (Rocca), Isabelle Turschwell en alternance avec Virginie Bracq (Sarah), Paul Vignes (Hakim).

 

Pendant un déluge moderne dû au réchauffement climatique, un metteur en scène au chômage est engagé par un producteur véreux pour relancer la carrière de Léa Crystal, chanteuse aphone, star déchue de la Pop Académie. Il doit monter une comédie musicale improbable des années 70 : L’Arche de Noé. La troupe, résultat d’un casting fait trop vite, est constituée d’une bande de comédiens galériens, névrosés et blessés par la vie.

À travers cette expérience humaine unique qu’est la création d’un spectacle et ce microcosme qu’est une troupe de théâtre, chacun va peu à peu comprendre les causes sociologiques et profondément humaines de la catastrophe naturelle qui est en train d’engloutir leur monde. Le théâtre sera finalement soulevé par les eaux et partira voguer comme une arche. Entraînant sa cargaison de drôles de bêtes et le public vers un avenir meilleur. Comédie burlesque à l’humour déjanté L’Arche tente de mettre en avant le lien entre notre pollution intérieure et celle que nous faisons subir à la nature.

Notre avis :

L’Arche est une pièce de théâtre musical déjantée qui nous emporte dans l’aventure d’une troupe de comédie musicale naissante constituée d’artistes aux passifs respectifs plus ou moins laborieux. Les 10 personnages sont plus loufoques les uns que les autres, et leur histoire dépeint les travers de la production privée du spectacle vivant (artistes rémunérés en faux cachets, priorisation de la rentabilité face au bien-être d’une troupe, effets secondaires de la célébrité, producteur véreux, manipulation, compétition et escroquerie sont au rendez-vous).

On rit beaucoup, les comédiens sont bons pour la plupart, et le parti pris d’une mise en scène immersive est assez réussie. Les artistes sont attachants et se démarquent chacun par leur personnalité, leur talent, et par la connivence qui semble régner entre eux.

Le livret aurait cependant mérité plus de solidité et de cohérence dans son propos. On a parfois du mal à saisir la finalité de l’enchaînement des péripéties qui naissent devant nous, au risque de parfois perdre l’attention du spectateur. La musique et les paroles manquent légèrement de dynamisme et de richesse, et les chansons n’aident pas toujours à faire avancer l’histoire. Un peu plus de musique jouée en live comme annoncé en début de spectacle aurait été la bienvenue. Enfin, le message écologique n’est présent que par quelques allusions qui passent à la trappe, sans grand rapport avec l’intrigue principale. Malgré cela, on passe sans aucun doute un très bon moment à la fois léger, authentique et drôle, grâce à des artistes séduisants et à leur maîtrise du second degré.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire