Recherchez

Critique Canada : Le Blues d’la Métropole

Le lundi 21 novembre 2011 à 15 h 00 min | Par | Rubrique : Critique

Lieu : Théâtre St-Denis 1 - 1594, rue St-Denis, Montréal (Québec) H2X 3K2
Dates : du 30 novembre au 4 décembre 2011
Horaires : du mercredi au samedi à 20h00 - samedi à 14h00 - dimanche à 15h00
Tarifs : de 34,00$ à 54,00$
Informations supplémentaires : www.lebluesdlametropole.com - Mercredi 30 novembre 2011 - Soirée Tapis Bleu, Alzheimer Montréal
La troupe de la comédie musicale <i> Le Blues d'la Métropole</i> © photo de production

La troupe de la comédie musicale Le Blues d'la Métropole © photo de production

Livret : Louisa Déry et Michèle Grondin
Paroles et musique : Beau Dommage
Metteur en scène : Serge Denoncourt
Directeur musical : Christian Péloquin
Chorégraphes : Nicolas Archambault et Wynn Holmes
Décors : Guillaume Lord

Avec :
Normand D’amour : Yvon
David Laurin : François
Marylène Cousineau : Julie
Éric Paulhus : Paul
Sophie Vaillancourt : Marie-Chantale
Carl Poliquin : Marc
Pascale Montreuil : Diane

La comédie musicale Le blues d’la métropole repose sur l’œuvre de Beau Dommage et met en vedette 29 chansons du groupe qui a marqué tout le Québec depuis 35 ans.

Nous sommes en mai 1976…
Six jeunes, trois gars et trois filles, âgés entre 18 et 28 ans, vivent leurs amitiés et leurs amours dans ce quartier montréalais qui les a vu grandir : Villeray. Ils se retrouvent régulièrement chez Yvon, joueur de hockey professionnel à la retraite et propriétaire de la brasserie du quartier. Accueillant et complice de ce gang de jeunes, Yvon les paterne malgré ses ennuis personnels. Les séries éliminatoires sont propices aux rencontres et retrouvailles chez Yvon. Ce printemps de 76 sera des plus mouvementés pour nos protagonistes.

Notre avis : (critique réalisée en mars 2010)
Autour de ces personnages, cinq musiciens sont présents et intégrés à la mise en scène. Ils partagent la scène avec sept danseurs-choristes, certaines parties de l’histoire étant exprimées par des chorégraphies.

Ce qui frappe, au premier coup d’œil, dans cette nouvelle comédie musicale québécoise, mises à part les nombreuses chansons de Beau Dommage, ce sont les imposants décors qui jalonnent la scène très efficacement. Par exemple, un décor, fait de briques et d’escaliers et évoquant parfaitement les maisons de  Montréal, se transforme au gré des chansons – le seul hic : celui-ci est déplacé manuellement soit par les membres de la troupe soit par le personnel d’arrière-scène.
Guillaume Lord a accompli un travail fabuleux avec les décors de sorte que le public gardera en mémoire les scènes de « Chinatown » et « Ginette », particulièrement bien réussies. Même constat du côté de l’éclairage : ils ont été pensés avec beaucoup d’imagination et d’intelligence.

Des projections vidéo nous font revivre cette époque, tantôt lors des tempêtes de neige, tantôt lors des parties de hockey. Cependant, à certains moments, cet usage de la projection vidéo détourne le spectateur de ce qui se passe réellement sur la scène.

Les auteures du livret ont très bien ficelé l’histoire montée à partir de l’œuvre de Beau Dommage. Les quelques petits changements aux textes ont bien été intégrés aux-dites chansons.

Les chorégraphies contemporaines s’avèrent à la  hauteur de l’immense talent du jeune Nicolas Archambault. Elles créent une ambiance et des performances à couper le souffle.

Ce retour au cœur de la musique de Beau Dommage donne envie de redécouvrir les chansons originales… en attendant le CD du spectacle.

Sortez vos jeans  « à pattes d’éléphant », vos tuniques imprimées et allez voir cette création québécoise : elle vaut vraiment  le détour !

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , , ,

Laisser un commentaire