Recherchez

Le blues d’la métropole

Le vendredi 26 mars 2010 à 1 h 29 min | Par | Rubrique : Canada

Lieu : Théâtre St-Denis - 1594, rue St-Denis, Montréal (Québec) H2X 3K2
Dates : du 31 mars au 25 avril 2010
Horaires : du mardi au vendredi à 20h00 - samedi à 14h00 et 20h00 - dimanche à 19h00
Tarifs : de 67,60$ à 99,50$
Informations supplémentaires : www.lebluesdlametropole.com
La troupe de la comédie musicale <i>Le blues d’la métropole</i> ©DR

La troupe de la comédie musicale Le blues d’la métropole ©DR

Livret : Louisa Déry et Michèle Grondin
Paroles et musique : Beau Dommage
Metteur en scène : Serge Denoncourt
Directeur musical : Christian Péloquin
Chorégraphes : Nicolas Archambault et Wynn Holmes
Décors : Guillaume Lord

Avec :
Normand D’amour : Yvon
David Laurin : François
Marylène Cousineau : Julie
Éric Paulhus : Paul
Sophie Tremblay : Marie-Chantale
Carl Poliquin : Marc
Pascale Montreuil : Diane

La comédie musicale Le blues d’la métropole repose uniquement sur l’œuvre de Beau Dommage et met en vedette 29 chansons du groupe qui a marqué tout le Québec depuis 35 ans.

Nous sommes en mai 1976…
Six jeunes, trois gars et trois filles, âgés entre 18 et 28 ans, vivent leurs amitiés et leurs amours dans ce quartier montréalais qui les a vu grandir : Villeray. Ils se retrouvent régulièrement chez Yvon, joueur de hockey professionnel à la retraite et propriétaire de la brasserie du quartier. Accueillant et complice de cette gang de jeunes, Yvon les paterne malgré ses ennuis personnels. Les séries éliminatoires sont propices aux rencontres et retrouvailles chez Yvon. Ce printemps de ‘76 sera des plus mouvementés pour nos protagonistes.

Autour de ces personnages, cinq musiciens sont présents et intégrés à la mise en scène. Ils partagent la scène avec six danseurs-choristes, certaines parties de l’histoire étant exprimées par des chorégraphies.

Cette histoire nous permettra de redécouvrir une partie importante de l’œuvre de Beau Dommage. Le livret du Blues d’la métropole repose sur des incontournables comme « La complainte du phoque en Alaska », « Le Blues d’la Métropole », « Ginette », « Tous les palmiers », « Le cœur endormi », « Amène pas ta gang  » et des petits bijoux moins connus qui sont vite devenus essentiels à l’évolution de l’histoire, comme « Le vent d’la ville », « Du milieu du pont Jacques-Cartier » et, « Tellement on s’aimait… »

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire