Recherchez

Le collier de perles du Gouverneur Li Qing

Le vendredi 11 février 2005 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers

Lieu : Théâtre 13 - 103 A, boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris - Métro Glacière
Dates : du 11 janvier au 20 février 2005
Horaires : mar., mer., ven., sam. à 20.30 - jeu. 19.30
Tarifs : 22 ? - TR : 13 e, 15 ?
Informations supplémentaires : 01 45 88 62 22

Comédie dramatique d’Eudes Labrusse
Mise en scène d’Eudes Labrusse et Jérôme Imard
Avec Denis Jousselin, Stéphanie Labbé, Marie-Céline Tuvache, Philipp Weissert et Christian Roux (piano)
Musique originale de Christian Roux
Costumes et conseil chorégraphique de Maï Scremin
Création lumières de Laurent Vergnaud Scénographie de Katia et Alain Dufourcq

Une femme née dans le carcan d’une société patriarcale décide de fuir son village et de se travestir pour vivre enfin comme elle l’entend. Dans son nouveau costume, elle gravit rapidement les marches du pouvoir : mais comment vivre en homme jour après jour quand on est une femme?

Fable intemporelle sur la condition féminine, Le collier de perles du Gouverneur Li Qing prend place dans une Chine symbolique qui n’est pas sans évoquer (avec le thème du travestissement aidant) l’univers de Brecht et de son Setchouan. Avec simplicité et nénamoins beaucoup de poésie et d’exigence, Eudes Labrusse déroule sa fable universelle, ponctuée de numéros musicaux ingénieusement intégrés. La mise en scène, sobre et efficace, utilise le dépouillement pour mieux se resserrer sur les erssorts psychologiques de l’histoire. Quant aux quatre comédiens, ils donnent vie avec beaucoup de talent à une multitude de personnages hauts en couleurs.

Ambitieux et pointu tout en restant accessible au plus grand public, Le collier de perles de du gouverneur Li Qing offre une réflexion – malheureusement toujours d’actualité – sur le statut de la femme dans de nombreuses sociétés. Le propos est distillé avec finesse, et les numéros musicaux utilisés avec une intelligence qu’on aimerait voir plus souvent sur les scènes parisiennes.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire