Le crime de l’orpheline (Critique)
Recherchez

Le crime de l’orpheline (Critique)

Le lundi 4 avril 2016 à 7 h 14 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre le Ranelagh - 5 rue des Vignes - 75016 Paris -
Dates : Du 1er avril 2016 au 18 juin 2016.
Horaires : Du mardi au samedi à 20h30. Le dimanche à 17h.
Tarifs : 30 € et 35 €. - de 26 ans : 10 €.
Informations supplémentaires : 01 42 88 64 44.

crime-de-l-orphelineAuteur : Florence Andrieu, Flannan Obé & Philippe Brocard
Mise en scène : Philippe Lelièvre, assisté de Marcela Makarova
Décors : Casilda Desazars
Lumières : Philippe Sazerat
Costumes : Eymeric François
Au piano : Philippe Brocard ou Delphine Dussaux
Avec : Jeannette Salvador, Florence Andrieu & Flannan Obé

Résumé : Une jeune orpheline innocente et pauvre est aux prises avec une mystérieuse tutrice, un gentil gars des rues et un prétendant colérique. Entre le vrai et le faux, les passions se chantent et se déchaînent… qui en sortira vivant ?

Notre avis : Avec Le crime de l’orpheline, Florence Andrieu, Flannan Obé et Philippe Brocard ont composé un très bel hommage au grand-guignol, genre théâtral mettant en scène des histoires macabres et sanguinolentes qui eut son heure de gloire pendant la première moitié du XXème siècle. Avec énormément d’humour, ils construisent une invraisemblable histoire d’amour entre Alfred, un homme des rues, et Joséphine, une jeune orpheline. Cet amour est contrarié par la tutrice de Joséphine qui souhaite lui faire épouser Rodolphe, un ami de la famille riche et élégant.
Puisant dans l’iconographie du genre et de l’époque, l’esthétique du spectacle est une très grande réussite. Les décors de Casilda Desazars, les costumes d’Eymeric François et les lumières de Philippe Sazerat nous plongent dans un univers fantasmé qui trouve ses références chez Tim Burton, dans le cabaret ou encore le cinéma muet.
Sur scène, Florence Andrieu qui interprète Joséphine et Flannan Obé dans le double rôle d’Alfred et de Rodolphe jouent avec beaucoup de précision des situations qui sont poussées à l’extrême. Les ressorts comiques sont très variés et chaque scène est un régal. L’intervention de Jeannette Salvador dans le rôle de la tutrice, bien que brève est absolument hilarante et marque de son empreinte tout le spectacle.
Par son accompagnement impeccable au piano, Philippe Brocard ne se contente pas de soutenir les chanteurs et d’illustrer les scènes, il participe littéralement à l’intrigue.
Brillamment mis en scène par Philippe Lelièvre, Le crime de l’orpheline est un spectacle surprenant, drôle et intelligent dont l’humour se renouvelle sans cesse et qui ravit les yeux et les oreilles.

Articles liés :

Jazz Club & Talons Aiguilles (Critique)
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Broadway... (Critique)
Les Saisons - Vivaldi Piazzolla (Critique)
En filigrane (Critique)
Le Docteur Miracle (Critique)

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags :

Laisser un commentaire