Recherchez

Le docteur Ox

Le jeudi 11 décembre 2003 à 0 h 00 min | Par | Rubrique : Critique, Théâtre musical

Lieu : Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet - 7, rue Boudreau 75009 Paris
Dates : du 11 décembre 2003 au 3 janvier 2004
Horaires : 11, 13, 17, 20, 22, 27 décembre et 3 janvier à 20h. 30 décembre 19h
Tarifs : 28 à 8 euros
Informations supplémentaires : 01 53 05 19 19

Opéra-bouffe en 3 actes de Jacques Offenbach, tiré du roman de Jules Verne. Version pour 14 chanteurs et 12 musiciens

Mise en scène : Stephan Druet
Direction musicale : Benjamin Lévy

« Si vous cherchez sur une carte la petite ville de Quiquendone, il est probable que vous ne l’y trouverez pas. Est-ce donc une cité disparue ? Une ville à venir ? Est-ce oubli des géographes ? Est-ce omission volontaire ? C’est ce que je ne puis vous dire. » C’est ainsi que Jules Verne introduit Une Fantaisie du Docteur Ox, une de ses nouvelles à succès dont s’emparent Offenbach et ses librettistes en 1877 pour créer l’un des derniers opéras-bouffes de sa prodigieuse carrière.

Tout est bien raplapla dans le village de Quiquendone. Tous les habitants sont atteints d’une léthargie qui leur va bien au teint (qu’ils ont, bien entendu, blafard). Le docteur Ox et sa fidèle assistante Ygène vont réveiller ce petit monde via un gaz répandu sur la ville. Ce qui permettra au docteur d’épouser sa fiancée plus rapidement (les fiançailles sont initialement prévues dans 3 ans). C’est sans compter l’ancienne amoureuse du docteur qui sous son déguisement de bohémienne, réclame vengeance. C’est parti pour 2h15 de jeux de mots et de mélodies irrésistibles…

A partir d’un conte de Jules Verne, Gille et Mortier ont tiré une opérette mise en musique par Jacques Offenbach et crée à Paris en 1877 avant de tomber dans l’oubli. La compagnie des Brigands, connue pour explorer le répertoire de ce compositeur, a décidé de ressortir cette oeuvre. Stephan Druet a l’intelligence, dans sa mise en scène, de ne laisser place à aucun temps mort : c’est donc à toute vitesse que se déroule cette farce. Et c’est tant mieux, car la vitalité déployée sur scène masque la maigreur du livret, très anecdotique, et à la dramaturgie faiblarde. Grâce au travail remarquable du chef d’orchestre Benjamin Lévy, de ses musiciens et d’une troupe de chanteurs au diapason, Le docteur Ox vous fait passer une très belle soirée. Tout le monde s’amuse, les références pleuvent (de Jacques Tati à Matrix…), les tableaux s’enchaînent… Une pétillante réussite pour un véritable théâtre musical populaire. C’est donc avec impatiente que l’on attend les prochaines productions de cette compagnie émérite.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Laisser un commentaire