Recherchez

Le premier extrait du Dracula, l’amour plus fort que la mort dévoilé

Le vendredi 10 décembre 2010 à 15 h 03 min | Par | Rubrique : En bref

Le clip de Un, Deux, Trois, premier single extrait de la nouvelle comédie musicale de Kamel Ouali, Dracula, l’amour plus fort que la mort est maintenant disponible sur le site du spectacle. Cette chanson, écrite et composée par Jennifer Ayache (Superbus), est interprétée par Anïs Delva qui sera Lucie sur scène à partir du 30 septembre 2011. Le single est déjà disponible en téléchargement légal.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , ,

6 commentaires
Laisser un commentaire »

  1. J’ai envie de pleurer. Ou de vomir, c’est selon…

    Preuve est faite, une fois de plus, que la France est un désert en matière de spectacles musicaux.
    Pourtant, ce ne sont pas les talents qui manquent et l’argent non plus visiblement (Mozart, c’est 7 millions de budget: avec cette somme à Londres, ils montent 3 spectacles de qualité). Mais où est l’ambition?!

    Je n’ai rien contre le groupe Superbus, mais qu’est-ce que c’est que cette chanson à part un pâle copier-coller de ce qu’ils ont l’habitude de se composer pour eux-même? Ce qui marche pour un concert rock n’est pas forcément valable pour une comédie musicale. Là, musicalement, on touche le fond!
    Et je ne parle même pas du texte, affligeant (un texte? Quel texte?!).

    Alors, une fois de plus, on aura de bô costumes, de jolis décors (des paillettes en veux-tu en voilà!) et…rien.

    La musique? Accessoire! Une mise en scène? Pour quoi faire…(Kamel Ouali chorégraphe, oui, mille fois oui, mais metteur en scène…ahaha) Une intrigue un tantinet construite? Nooooooooon!

    L’argent est le nerf de la guerre, évidemment. Mais n’est-il pas possible de créer des spectacles musicaux dignes de ce nom? Est-on obligé de se farcir ces tours de chants aseptisés, construits à base de singles et de promo radio et sans aucune logique musicale et narrative?

    On aura beau dire que ce genre de show amène (enfin) la comédie musicale en France et habitue le public hexagonal à un genre auquel il n’est pas encore familier, le seul avantage que je reconnais à ces productions (ne parlons même pas de spectacle car il est clair ici que ce n’est pas le sujet!), c’est qu’elles permettent à certains artistes de bosser. Ce qui, en ces temps difficiles pour tout ce qui touche à la culture, n’est pas un luxe!

    Et pourtant, il y’a tellement matière à faire de belles choses chez nous pour peut qu’on s’en donne les moyens…

  2. Une fois de plus, on aura un concert costumé devat un décor et sans aucune mise en scène !
    En tout cas, chanson nulle à chier !!!!

  3. Et dire que j’adore Jennifer Ayache en temps normal !
    Elle, son style, son groupe, ce rock aseptisé, ces mélodies faciles et entraînantes, ce côté enfantin, décalé…

    Mais non d’une pipe ! Vouloir créer le buzz avec ce single 1,2,3 ! C’est invraisemblable !

    D’une pauvreté harmonique sans nom (et vas-y que je t’enchaine des petits arpèges de si mineur, suivis d’un nombre incalculable de fa#…) pour les non-avertis, entendez là : une ligne mélodique du chant à pleurer, restant sans broncher du début à la fin sur la même note.
    J’ose à peine parler de ce petit passage de modulation… Monstrueux ! Aviez-vous tellement peu d’idées, Jennifer, que vous vous êtes dit qu’il fallait tout de même créer quelque chose afin que nos oreilles ne se dessèchent pas trop ?
    D’une lassitude rythmique détonante ( boîte à rythme des années 80, poum tchak poum tchak…).

    C’est à se demander plusieurs choses :
    Anaïs Delva ne s’est-elle pas sentie stupide en voyant la partition de ce qu’elle s’était engagée à chanter ? N’a-t-elle pas pris quelque cours de chant lui prouvant combien sa voix ne serait pas mise en valeur ?
    Pourquoi Jennifer Ayache a décidé d’offrir son style, sa patte, sa chanson pour servir une cause qui va à l’opposé de ce qu’elle a pu faire jusqu’à présent ?

    Et je préfère m’arrêter là.

    J’aimerais simplement vous rappeler qu’en France, il y a une culture de la musique « bien faite » et réfléchie très présente (que ce soit dans le milieu de la comédie musicale ou ailleurs) !

    Un jour peut-être, les compositeurs seront choisi pour leur audace, leurs innovations, leurs recherches acoustiques…
    Un jour peut-être, les interprètes auront le pouvoir de refuser les navets.
    Un jour peut-être, cette chanson ne récoltera pas des milliers de « j’aime » sur facebook…
    Un jour, les oreilles des français seront plus exigeantes car habituées à des choses construites, réfléchies, bien interprétées…

  4. et ben…je croyais qu’on avait touché le fond avec les précédents « spectacles »…mais non! record battu!
    et dire qu’une bonne partie de la population française pense que c’est ce genre de truc les comédies musicales….

  5. Eh oui Philippe et c’est cela qui est triste.
    A force d’habituer le public français à des drouilles infâmes, celui-ci n’imagine même pas que ce n’est pas une fatalité et qu’il existe de merveilleux spectacles musicaux par ailleurs.

    Mais pendant ce temps-là, l’adaptation française de « Legally Blonde » est discrètement passée à la trappe et celle de « Hairspray » part sur de mauvaises bases (formulation la plus soft possible!)…

  6. Totalement d’accord avec vous tous…

    Et je suis encore plus sidérée lorsque je vois les plus de 9000 fans sur leur facebook (pas grand chose sur la population française me direz vous) mais bien plus que pour certains groupes musicaux de qualité, mais qui n’ont pas l’argent eux pour être médiatisés et connus du grands public!

    Oui en France, tout est calculé, et le talent est remplacé par le « pognon »!
    On recycle toujours la bonne vieille médiocrité qu’on ressert en faisant croire à de l’innovation au public! On est vraiment pris pour des imbéciles en France!

    La chanson est d’une nullité sans nom, il n’y a pas d’autre mot. Et on veut nous faire avaler ça?!!
    Oui c’est sur ça plaira aux gans de Superbus, population de 7-15ans d’age! Mais les comédies musicales ne sont elles pas faites pour tous??!

    C’est juste une honte de voir ça, déjà que « Cléopatre » était à mourir de rire, là on atteind carrément le point de non retour…un Dracula pré-pubère qui a le charisme d’une casserole, et des personnages tellement clichesques et ininspirés que ça frise le comique.
    Oui Kamel est un bon chorégraphe, et ça s’arrête là! Chacun sa place et chacun son talent! A croire que ses ambitions sont plus grosses que son ventre…

Laisser un commentaire